Rechercher un article

In memoriam : Hélène Véret par Tala Skari et Cathy Nolan

Preview

Hélène Véret avait une gouaille, une joie de vivre, une passion pour la photographie fascinantes.

Elle fut Madame Life en France durant les années 60, 70, 80 et 90 quand le magazine tenta de ressusciter. L’un des plus beaux et desintérèssés personnages que j’ai eu la chance de rencontrer.

Ses collaboratrices Tala Skari et Cathy Nolan ont écrit ce très joli texte :

 

L’Ange du Bureau Parisien du Magazine LIFE

Quiconque a rencontré Hélène Véret, ou Madame Véret, comme elle était connue de beaucoup, savait qu’elle était une force de la nature. Cette semaine, nous avons donc eu le cœur brisé d’apprendre qu’Hélène, responsable de la photographie  pour le magazine LIFE et l’une des personnalités les plus appréciées de la communauté journalistique parisienne, décédait à 88 ans.

Une telle force “dynamique“ – pour utiliser un terme qu’elle aimait. Joie de vivre en effet. Elle a attiré TOUT LE MONDE dans son cercle de lumière”, déclare David Friend, ancien directeur de la photographie de LIFE qui a travaillé en étroite collaboration avec Hélène au fil des ans. L’ancien correspondant du TIME, William Dowell, l’a exprimé ainsi: ”Un trou dans l’univers” le dit mieux. Hélène était plus qu’une personne amusante à côtoyer. Elle a été une inspiration qui a façonné nos vies et certains des meilleurs moments de toutes nos vies. Elle nous a permis de continuer pendant les moments les plus sombres”. Jordan Bonfante, ancien directeur du bureau TIME Paris, se souvient: “Je faisais parti de l’ancien magazine LIFE où Hélène était déjà la belle du bal…. notre pile électrique, adorable et intelligente. Quelle amitié nous a-t-elle accordé à tous? Combien de faveurs a-t-elle fait pour nous, chacun de nous dans tous les domaines. Combien de crises de rires avons-nous eu pour chacun de ses blasphèmes, mon chéri? Laissez-moi compter”

Hélène nous a inspiré et rendu plus heureux d’innombrables façons. Elle était irrépressible, vibrante, glamour, une bombe blonde – une femme fatale française sans les ingrédients toxiques, une féministe d’esprit libre née au naturel. Elle était une conteuse fascinante avec un répertoire encyclopédique de showtunes et de chansons ridicules. Nous nous sommes délectés de ses épithètes colorées pour les gens. Elle s’est adressée à nous avec mon bebe, mon trésor, mon nounours, belle dame, mon beau jeune homme (pouvait être n’importe quel homme, âgé de 15 à 90 ans), charmante dame. Elle n’a jamais juré mais fait un usage judicieux de «Mercis à Dieu» (avec un S de trop) et de l’euphémisme à l’ancienne scrogneugneu, qui sonnait en fait pire que le sacré nom de Dieu original. Elle était chaleureuse, généreuse, gentille, sage, tolérante, diplomate – et elle a toujours livré tout ce que New York réclamait.

Les années de jeunesse d’Hélène ont été riches en aventures et lui ont donné un ensemble de compétences uniques qui se sont avérées parfaitement adaptées à un emploi dans un magazine américain. Elle est née en 1932 en Bretagne et a appris à marcher avec des sabots traditionnels en bois. Son père était ingénieur, sa mère institutrice. Hélène avait évidemment une âme pionnière car elle partit aux États-Unis pour étudier la littérature anglaise à la Bucknell University, en Pennsylvanie, puis décampa à San Francisco où elle enseigna l’anglais le jour aux enfants de l’amiral Chester Nimitz de la flotte de la Seconde Guerre mondiale. La nuit, elle chantait des chansons françaises au cabaret Fallen Angel, où elle partageait  la scène avec Johnny Mathis.

De retour en France, elle a fait du stop à travers l’Europe. Vers la fin des années 50, elle et son ami Bob Hussong fondent l’Américain in Paris Club, un service d’aide aux expatriés désemparés qui arrivaient en masse dans la capitale française à l’époque. Parmi ses amis à l’époque se trouvaient l’écrivain James Jones et l’acteur Anthony Perkins (l’un de ses galants). Quelque part là-dedans, nous a-t-elle dit une fois, elle traînait dans une boîte de nuit enfumée de Saint-Germain-des-Prés et un bel inconnu l’a invité à danser. Il s’est avéré être Albert Camus («C’était un bon danseur»).

En 1961, Hélène s’installe – pour ainsi dire. Elle épouse Jean-Louis Veret, un architecte qui a cofondé le célèbre Atelier de Montrouge et a travaillé avec Le Corbusier, notamment sur sa ville en Inde. (Ils ont été mariés pendant 50 ans, jusqu’à sa mort en 2011, et ont eu deux filles, Estelle et Diane). Elle n’a jamais regardé en arrière, travaillant pour de nombreux chefs de bureau par la suite.

Elle adorait ces jours où LIFE était hebdomadaire, où les fêtes étaient à la Tour d’Argent et où le champagne coulait en magnum. Elle n’a pas hésité à relever le défi de faire face à de gros ego, à des patrons capricieux et à des reporters fanfarons de LIFE se présentant en treillis et fumant des cigares (comme le correspondant de guerre Michael Mok).

Tout au long de sa carrière, Hélène a triomphé dans presque toutes les situations. Impossible de trouver une chambre d’hôtel à Arles pendant le festival photo? Tout ce que vous aviez à faire était de déposer son nom au bureau. «La femme aux lunettes rouges? Ah oui, je pense qu’on vient de trouver quelque chose pour toi. Lorsque Pierrette Le Pen, ex-épouse du politicien d’extrême droite Jean-Marie Le Pen, a posé pour le Playboy français dans une petite tenue de femme de chambre, les rédacteurs du mensuel LIFE ont voulu l’histoire mais ont insisté pour refaire un portrait plus « familial». Le boss de Playboy a hésité au début, mais quelques minutes plus tard, Hélène et lui ont pu être entendus au téléphone, chantant à haute voix des chansons risquées. Quand Hélène a raccroché, elle avait le numéro de téléphone personnel de Pierette.

En fait, la seule fois où Hélène a manqué son coup professionnellement, c’était une fois dans les années 80 lorsqu’elle était assise lors d’un gala à côté d’Henry Grünwald, le grand patron de l’empire TIME-LIFE. “Alors, Hélène, comment va la vie?”, L’entendit-elle demander. À sa manière enjouée et sociable, elle lui a donné une mise à jour détaillée et amusante sur sa famille et ses activités récentes. “Je voulais dire le magazine,” grogna Grünwald.

Au fil des années, elle a charmé et cajolé de nombreuses légendes photographiques. David Douglas Duncan, Robert Doisneau (il habitait dans la rue), Marc Riboud, Dmitri Kessel, Sabine Weiss, Harry Benson, Stanley Greene. Henri Cartier-Bresson était un ami proche, tout comme sa femme, la photographe Martine Franck (Hélène a joué à l’entremetteuse en les présentant). Un jour, LIFE a demandé à Hélène d’arracher une citation à HCB sur un autre photographe bien connu. Il a renvoyé par télécopieur cinq mots spirituels – mais désobligeants. Hélène a pris le téléphone et a dit à l’icône photographique française que la citation était inacceptable. Lorsqu’il a refusé de la changer, elle l’a qualifié de «monument hystérique». Ce n’est qu’alors qu’il a cédé – et il lui a faxé une citation fade mais publiable.

Elle a souvent inventé des surnoms affectueux – monument hystérique – pour les photographes. Un autre photographe tumultueux était pour toujours “La Bête de l’Est”. Mais dans sa position la plus durable de correspondante photo de LIFE – jusqu’à sa disparition définitive en tant que mensuel en 2000 – elle n’a jamais été le genre d’éditeur photos qui a rejeté le travail des gens ou balayé d’un rev ers de la main leurs projets. Au contraire, elle les a encouragés. Elle était véritablement intéressée par les endroits d’où ils venaient de rentrer, qu’il s’agisse d’une zone de guerre ou d’un endroit obscur d’une beauté exceptionnelle. Beaucoup ont déversé leurs malheurs, se confiant à elle sur la période de plus en plus difficile pour gagner gagner suffisamment d’argent, où  gérer les absences familiales, etc. Ils partaient quelques fois sans avance financière ou commande dans le sac où cinq doubles pages mais toujours avec avec le sentiment qu’elle croyait en eux et ils pouvaient croire en eux-mêmes. Beaucoup sont venus même quand ils n’avaient pas de photos à présenter, juste pour parler. Et bien sûr, elle les appelait tous mon bébé.

Hélène a eu un autre job qu’elle a adoré. Elle a contribué à des commentaires à la BBC, couvrant tout, des défilés de mode aux funérailles du président François Mitterrand. Elle était capable de communiquer le côté français par excellence dans n’importe quelle situation donnée, le tout livré avec “l’accent français le plus chic”, comme un producteur de la BBC l’a remarqué  après une interview. Elle avait un talent inné pour raconter une histoire avec juste la bonne quantité de franglais – et la BBC adorait ça. Comme le rappelle Susanna Schrobsdorff, une ancienne collègue du TIME de Paris, “Une fois  je prenais mon petit-déjeuner à Brooklyn et il y avait un reportage à la BBC radio  sur, peut-être, la mort d’Yves Saint Laurent et j’ai entendu cette VOIX … cet accent français passionnant et totalement exagéré.. Et bien sûr, c’était Hélène, qui disait quelque chose sur les modèles avec “le very very big bottoms.”

Il y a d’innombrables anecdotes divertissantes que nous pourrions raconter sur Hélène en tant que collègue et amie, toutes les fois où elle nous a amusés et émerveillés. Comme à plusieurs reprises lors de la soirée de clôture du festival photo de Perpignan, dans un restaurant en bord de mer, quand elle a bondi dans les vagues à minuit vêtue uniquement de sa culotte. Ou le moment où elle a dispersé subrepticement un sac de cendres d’un ami américain dans le jardin de l’hôtel Ritz, honorant sa demande faite sur son de lit de mort. Ou la fois où elle a sauvé Audrey Hepburn d’un groupe de paparazzi, l’embarquant dans sa 2CV et emmenant la star de cinéma ravie faire un tour sur les Champs Elysées.

Hélène a amélioré nos vies de bien des façons. Elle incarnait la VIE (nous ne parlons pas seulement du magazine) et elle-même était plus grande que nature. Elle nous manquera beaucoup.

Puisse-t-elle être dans un cabaret quelque part en train de tenir une cour, de chanter, de porter du rouge.

Tala Skari et Cathy Nolan

Tala Skari a travaillé avec Hélène à LIFE en tant que correspondante à Paris dans les années 80 et 90, tandis que Cathy Nolan était responsable du bureau parisien de People Magazine.

Merci de vous connecter ou de créer un compte pour lire la suite et accéder aux autres photos.

Installer notre WebApp sur iPhone
Installer notre WebApp sur Android