Rechercher un article

Quoi de neuf, Sheila Metzner? Interview par Nadine Dinter

Preview

Sheila Metzner est une vraie grande dame dans le monde de la photographie. En tant que première femme photographe à collaborer régulièrement avec le magazine Vogue et première femme à être promue directrice artistique d’une agence de publicité dans les années 1960, Metzner a toujours été en avance sur son temps. Cela rend d’autant plus surprenant le fait que ses images évoquent la beauté et l’atmosphère du passé, malgré un sujet contemporain.  Pour la toute première fois, les œuvres de Metzner seront présentées en Allemagne sous forme d’une exposition personnelle complète, avec le travail de son ami de longue date, Helmut Newton (ainsi que de Joel Meyerowitz et Evelyn Hofer). C’était une raison plus que suffisante pour la rencontrer et discuter de son travail, de son exposition à la Fondation Helmut Newton et de Quoi de Neuf?

 

Nadine Dinter: Après l’université, vos premiers pas de carrière ont été dans le monde de la publicité, dans les années 1960. Parmi les artistes avec lesquels vous avez collaboré, il y avait Diane Arbus et Richard Avedon. Quels sont vos souvenirs de ces premières rencontres et collaborations?

Sheila Metzner: Diane Arbus et Dick Avedon étaient des amis proches. Je pense que j’ai rencontré Diane et sa caméra sur la seule marche pour la paix à laquelle j’ai assisté. J’ai rencontré Dick quand Melvin Sokolsky m’a envoyé à son studio en tant que modèle. Je n’étais pas mannequin, j’était une directrice artistique. Ces rencontres fortuites ont mené vers de nombreuses années a des collaborations sur des projets publicitaires, mais plus encore à des amitiés rares. Diane n’a jamais demandé à me photographier, mais Avedon a fait notre portrait de mariage.

Quelle liberté artistique votre travail publicitaire vous a-t-il accordé par rapport à votre carrière artistique ultérieure? Était-ce plus difficile de réussir en tant que femme dans le secteur de la publicité, de prouver la valeur de votre travail et de faire reconnaître vos réalisations?

SMetzner: Mon mari Jeffrey était directeur créatif chez Doyle, Dane, Bernbach, l’agence la plus innovante et la plus performante de l’époque. Il a apporté mon portefeuille au  chef de son département. C’était Dick Loew, qui a dit: «Jeff, ce gars est génial!” Bien sûr, Jeffrey a répondu: “Dick, ce n’est pas un mec, c’est une fille.” Ils m’ont embauché pour mon travail pas mon sexe, faisant de moi la première femme directrice artistique jamais embauché. J’ai eu une petite bataille pour l’égalité de salaire, que j’ai facilement gagnée. Nous avions une plus grande liberté à Doyle, Dane, Bernbach que toute autre agence à cette période. La seule vraie liberté dont dispose un artiste, c’est de travailler pour lui-même. Ou devrions-nous dire elle même?

J’ai lu que Julia Margaret Cameron vous avait inspiré pour vous aventurer dans la photographie. Quelles sont vos autres sources d’inspiration et idoles, s’il y en a?

SMetzner: Je crois que Edward Curtis a été ma première inspiration pour changer de vie. Quand j’ai vu ses portraits d’Indiens d’Amérique, il y a de nombreuses années à la Morgan Library. Je me suis dit à moi-même, «Oh. Voilà ce que peut être la photographie. » Mes enfants sont allés à l’école Steiner sur la 79e rue et la 5e avenue, donc les jours de pluie, nous allions souvent visiter le Met, Le Guggenheim et les nombreuses galeries,  sur Madison Avenue à l’époque. Mon mari et moi, lorsque nous étions en ville, avons passé de nombreux samedis à faire de même. Il y avait et il y a aussi le Musée d’Histoire Naturelle si impressionnant. Outre Curtis et Julia Margaret Cameron, j’ai étudié Steichen, Stieglitz, Weston et Man Ray, Frantisek Drtikol, Francis Bruguière et les Futuristes italiens. L’art, bien sûr aussi. Van Gogh. Gauguin, les Maniéristes, Leonardo Da Vinci, Michel-Ange, Sargent et Whistler. Je pourrais continuer! Art, littérature, la nature, la musique, les amis et la famille.

Un jour après avoir quitté le Guggenheim, en traversant la 5e avenue, J’e me suis dit à moi-même, “ça suffit. Tu en avez assez vu, maintenant, mets- toi  au travail. »

Vos premiers sujets photographiques étaient des membres de votre propre famille. En tant que mère de sept enfants et épouse d’un artiste (Jeffrey Metzner), vous aviez une maison pleine de motifs, d’idées et d’inspiration 24/7. Travailler avec votre famille était-il plus facile ou plus difficile que de travailler avec des personnes extérieures à votre entourage?

SMetzner: Mon mari, ses enfants et nos enfants continuent d’être une source de inspiration. Je travaille actuellement sur une série avec mes 14 petits-enfants, et je viens juste de terminer une nouvelle série sur les fleurs de mon jardin. C’est presque le même travail avec ceux que je suis chargée de photographier. J’étudie leur travail, leurs films, ou écrits, ou mode. Quoi qu’ils fassent dans la vie. J’essaye de les connaître et de  les photographier comme ils souhaitent être vus. Mon mari, ma plus grande muse, est décédé il y a environ 12 ans. Après 44 ans de mariage. Il reste mon ami le plus intime et mon inspiration.

Votre fille Bega est représentée dans de nombreuses images étonnantes (par exemple, Bega Peppers, 1982), que nous pouvons également voir dans l’exposition America 1970s/80s à la Helmut Newton Foundation. Que pense-t-elle de ces images aujourd’hui?

La réponse de Bega; «J’aime chaque image comme un flash-back dans un voyage dans le temps. Alors la plupart des photos prises par ma mère me rappellent des exemples exacts de mon enfance d’un temps et d’un lieu pleins de beauté, de sérénité, de fantaisie et imagination… Des contes de fées de la vraie vie sur lesquels j’aimerais pouvoir revenir, ainsi qu’un très different souvenir de la façon dont ma mère m’a placé avec les objets dans le décor. Maintenant que je suis plus âgée et mère moi-même, c’est aussi un sentiment un peu surréaliste car même si je peux me placer dans les images, je ne me vois pas quand je les regarde. Je vois de belles photographies inspirantes d’une jeune fille ou d’une femme vraiment intemporelles.

Au cours de votre carrière, vous avez travaillé avec de nombreux artistes emblématiques, tels que Robert Mapplethorpe et David Lynch, des beautés comme Paloma Picasso et Isabella Rossellini, et des actrices «qui déchirent grave» comme Tilda Swinton et Uma Thurman. Souhaitez-vous partager quelques anecdotes avec nous? Avec qui était-il plus facile de travailler, avec qui était-il plus difficile de travailler?

SMetzner: Robert Mapplethorpe, David Lynch, Paloma Picasso, Isabella Rossellini, Tilda Swinton, Uma Thurman, Warren Beatty, John Huston. Les êtres humains, comme ceux-ci, d’un tel caractère, ne sont ni faciles, ni difficiles. Tous de brillants professionnels. Qu’est-ce qui pourrait être un plus grand privilège, que de se retrouver, face à face, avec ces individus talentueux extraordinaires. Chaque réunion, ou séance, ou rencontre sociale, est une histoire trop longue à raconter. Pour une raison divine, nous nous sommes rencontrés comme des amis de longue date, et des égaux, et avons travaillé intimement, avec respect et dignité, en collaborant avec profondeur et humour, et, pourrais-je ajouter, passion.

En parlant d’anecdotes: vous êtes une amie de longue date d’Helmut et de June Newton. Comment et quand les avez-vous rencontrés? Avez-vous déjà collaboré professionnellement ou s’agit-il strictement d’une amitié privée? 

SMetzner: Oh… Helmut et June. La magie! Je les ai rencontrés dans de nombreux endroits. Tous les deux au Chateau Marmont, à Los Angeles, où ils vivaient pendant l’hiver. Helmut, principalement dans notre galerie commune, Fahey / Klein, ou dans un laboratoire, ou lors d’un événement ou d’un vernissage, jusqu’à notre semaine partagée à Monte Carlo quand j’ai été chargée de photographier leur vie à la maison. Puis, quand June (Alice Springs) est venu me photographier, chez moi à New York avec mes enfants. Ils étaient un couple inséparable, et audacieux, hilarants et amusants comme individus. Si unique et impossible à définir. J’espère que j’ai capturé tout leur rayonnement, dans mes photographies d’eux.

J’ai grandi avec la campagne à couper le souffle que vous avez réalisée pour les Parfums Fendi. La photographie principale représente une beauté féminine fragile, embrassant une sculpture en marbre. Comment en avez-vous imaginé le concept?

SMetzner: L’inspiration pour Fendi est venue du groupe créatif Elizabeth Arden. C’était une esquisse, de deux figures en hauteur, avec une sculpture, du mythe de Pygmalion. Pygmalion était un sculpteur tombé amoureux d’une statut qu’il avait sculpté. Une autre inspiration est venue de Karl Lagerfeld. Il a envoyé d’énormes tableaux d’humeur d’ images représentant l’art et les couleurs de Rome, qu’il a intitulé, «La passion de Rome.”

Nous avons passé dix jours à Rome pour faire une image. Bien sûr, nous en avons fait beaucoup plus. Le Campidoglio est un autre excellent exemple. La plupart des photographies étaient tirées par Fresson, publiées dans des campagnes publicitaires, affichées dans les fenêtres de Bloomingdales et transformées pour devenir le célèbre sac shopping Bloomingdales. Nous sommes retournés à Rome trois ans plus tard pour Fendi, Uomo. Marie Sophie était encore le modèle, même boucle d’oreille, mêmes cheveux. Comme dans Pygmalion, la statue deviant vivante.

Vous êtes connue pour vos tirages Fresson et un style qui évoque une atmosphère de sensualité préraphaélite, des décors soigneusement mis en scène et une humeur particulière qui transporte les spectateurs dans le passé ou les emmène dans un voyage onirique. Dites nous en plus sur votre façon de travailler et sur la façon dont vous sélectionnez vos paramètres et accessoires.

SMetzner: Au fil des années, je continue à être surprise, toutes ces photographies semblent avoir été prises par la même personne, au même moment. Quelle que soit cette personne, elle existe à la fois séparée de moi et au plus profond de moi. C’est du travail.

Mon travail contient tout ce que j’aime. Tout est dans chaque photographie. Pas d’obscurité. Pas de désespoir. Pas de mal. Sans peur. L’amour choisit les paramètres. L’amour choisit les accessoires. C’est à la fois le mythe et la réalité de mon existence. Ma vie sur terre, pour partager. En même temps, c’est un document et un hommage à tout ce qui m’a inspiré.

Que conseillez-vous à la prochaine génération de photographes en herbe en termes de «réussite» sur le marché de l’art, d’expositions personnelles et d’ élargir votre base de fans?

SMetzner: Soyez vous-même. Restez à l’écart du marché de l’art, jusqu’à ce que vous créiez un corps de travail pour vous-même. Gardez-le pour vous, vos amis, votre famille jusqu’à ce que vous le reconnaissez comme le vôtre. Ensuite, ce sera à vous de partager. Traitez votre travail comme quelque chose sacré.

Merci Sheila pour cette interview vraiment inspirante!

 

 

9 octobre au 16 mai 2020

Exposition «America 1970s / 80s», à la Fondation Helmut Newton, Berlin

Aux côtés des œuvres de Helmut Newton, Evelyn Hofer et Joel Meyerowitz

 

En savoir plus sur le travail, la vie et la carrière de Sheila Metzner sur: https://sheilametzner.com/

 

Merci de vous connecter ou de créer un compte pour lire la suite et accéder aux autres photos.

Installer notre WebApp sur iPhone
Installer notre WebApp sur Android