Rechercher un article

Quoi de neuf, Rankin? Interview par Nadine Dinter

Preview

Rankin. Pur. Fort. Iconique.

Né en Grande-Bretagne, John Rankin Waddell (* 1966) est l’un des photographes de mode et portraitiste le plus renommé et reconnu dans le monde, de la publicité et des films narratifs.

Avec une approche fraiche, originale et unique, il a créé un portefolio impressionnant de célébrités, de modèles et d’influenceurs.

Son exposition actuelle «RANKIN. From Portraiture to Fashion ”, présentée dans la galerie 29 Arts in Progress de Milan, permet au photographe emblématique d’expérimenter avec des réalisations plus complexes. Pendant quatre mois, il présentera une exposition tournante de son travail, célébrant le Festival du film de mode (novembre) et la Semaine de la mode féminine (février 2020).

Le principal attrait était de “vraiment faire partie du tissu culturel d’une ville”, a expliqué Rankin avant l’ouverture de l’exposition.

Entre les différentes parties de son exposition, nous avons eu l’occasion de parler à Rankin de son exposition monumentale d’archives, de son amour des magazines, de ses réflexions sur les selfies et des nouveautés de son monde.

 Nadine Dinter: Du portrait à la mode ”est censé être l’exposition la plus complète à Milan à ce jour. Quels étaient les défis et comment tout est-il arrivé?

Rankin Waddell: Chaque exposition comporte ses propres défis, en particulier lorsqu’elles se déroulent à l’international, comme celle-ci. Couvrant trois aspects différents de mon travail – la mode, l’art, le portrait – c’est l’exposition la plus complète que j’ai fait à Milan. 29 Arts in Progress ayant seulement exposé mon travail à Photo London auparavant, c’est donc une expérience enrichissante pour nous deux. Nous avons commencé à travailler grâce à une grande amie, Barbara Silbe, qui a présenté mon équipe à la galerie. Ils se sont rencontrés à Londres et nous avons commencé à travailler ensemble à partir de là. Ils ont été vraiment géniaux. Nous avons mis au point un concept difficile, particulièrement pour la logistique, étant donné que les travaux évoluent avec le temps. Mais ils étaient vraiment réceptifs à nos idées et ils ont travaillé en étroite collaboration avec mon équipe pour organiser une exposition forte.

Peut-il y avoir un portrait sans sens pour la mode, ou une photographie de mode sans le sens d’un bon portrait? Comment séparez-vous ces deux genres dans votre propre travail?

RW: Je ne dirais pas que mon style diffère vraiment entre la manière dont je photographie le portrait ou la mode. Je trouve la mode intéressante, mais je pense que les gens sont toujours plus attrayants que les vêtements qu’ils portent. Donner le nom de la série From Portraiture to Fashion est plutôt un jeu sur les vues traditionnelles de ces types de photographie. Nous l’avons conçue pour que vous puissiez acheter quelque chose de la première, de la deuxième et de la troisième rotation et qu’elles s’harmonisent. Il y a un dialogue entre chaque catégorie mais les aligner est le sens de mon authenticité du modèle. Je veux toujours me connecter aux modèles, je parle beaucoup sur le plateau, on rigole tous et on s’amuse – je veux que la personne brille, peu importe l’artifice de l’image.

Avoir une exposition à Milan est-il un défi plus important, car cette ville respire et vit à fond la mode et abrite toutes les grandes maisons de mode, par opposition à une exposition à Berlin, connue pour être plus expérimentale, audacieuse et non conventionnelle? Quelle est votre vision curatoriale sur les deux villes?

RW: J’aime Milan et Berlin, mais oui, ce sont deux villes très différentes. À Milan, nous nous sommes concentrés sur la mode et l’art. C’est une ville connue pour son style et nous voulions vraiment en tenir compte dans l’exposition. Nous ne pouvions pas non plus résister à l’idée de présenter une photo étonnante de Monica Bellucci. Je l’avais autrefois décrite comme «la reine d’Italie» et je m’en tiens vraiment à cela. De même, je ne pense pas que je pourrais faire une exposition en Allemagne sans une image de leur reine: Heidi Klum. A Berlin, j’ai tendance à montrer des choses un peu plus expérimentales et un peu plus sombres. Bien que ce soit toujours un endroit à la mode, il y a un élément plus grungier à Berlin qui est amusant.

Votre travail est principalement en couleur, mais vous avez également de nombreuses images en noir et blanc très fortes. Pensez-vous que la photographie couleur est plus moderne et qu’elle fait partie de l’ère numérique, et que le noir et blanc a une impression plus classique qui rappelle les temps anciens et analogues?

RW: J’aime réellement les images en noir et blanc. Je fais beaucoup de portraits en noir et blanc tout le temps et dans mon magazine HUNGER, nous avons toujours quelques éditoriaux qui ne sont pas en couleur. Je pense que cela semble un peu plus classique, mais si vous l’utilisez correctement, cela ne devrait pas sembler historique. En réalité, l’aspect amusant de l’ère numérique est de constater à quel point chacun souhaite donner à ses images un aspect historique. Il existe une application dans laquelle vous prenez des photos qui ressemblent à des images granuleuses. Vous pouvez également filtrer sur votre iPhone les images qui donnent à vos photos l’apparence de polaroïds, avec des erreurs de traitement.

 

En Allemagne, votre travail a été présenté à beaucoup de gens grâce à votre participation au «Next Top-Model» allemand de Heidi Klum. Est-elle toujours votre modèle préféré et qu’est-ce que vous appréciez le plus chez elle?

RW: Heidi est l’une de mes personnes préférées. Nous travaillons ensemble depuis des années et avons même créé deux livres ensemble. Sur le plateau, nous nous amusons toujours, mais en même temps, elle est très professionnelle et vous savez toujours que les images seront superbes.

 

Que pensez-vous de la première génération de super-modèles, tels que Turlington, Schiffer, Campbell, etc., par rapport aux modèles actuels, comme les Hadid Sisters, Kendell Jenner, etc.?

RW: Kate Moss a fait une remarque très intéressante dans mon livre Unfashionable. Nous parlions de selfies et elle a dit: “On ne ferait jamais cela de nos jours”. Et c’est tellement vrai! La première génération ne poserait jamais devant des miroirs en se photographiant C’est un monde différent et l’échelle même de la représentation visuelle constante  aujourd’hui. J’ai tourné avec Claudia Schiffer, et j’ai tourné à la fois avec Gigi et Bella Hadid c’est une expérience complètement différente: les médias sociaux ont différents types de modèles et il est donc très difficile de les comparer.

 

 Les selfies d’aujourd’hui sont à la fois fascinants et dégoûtants, avez vous déclaré dans une interview. Aimez-vous prendre des selfies vous-même ou est-ce plus une chose faite par les personnes que vous photographiez?

RW: Si je veux être honnête, je dois dire que je suis un peu obsédé par les filtres. J’aime jouer avec comment je peux changer mon visage, me faire ressembler à un bébé ou à un pirate ou bien en train de bruler. C’est génial d’essayer les personnages et de s’amuser. Mon épouse a un jour mentionné que je le faisais un peu trop, mais j’aime bien prétendre que je fais des expériences avec le médium. Je m’amuse peut-être  mais je suis également au courant des progrès de la culture visuelle.

 

 À votre avis, est-il important que les photographes fassent valoir leur propre image ou se connectent au public par le biais des médias sociaux, par exemple, afin de renforcer la visibilité de leur travail? Ou est-ce “juste” sur les photos, qui devraient parler pour elles-mêmes, peu importe qui les prend?

RW: J’ai eu cette discussion avec le maquilleur Marco Antonio dans le livre que nous venons de publier. Il était clair que nous avions tous deux des sentiments contradictoires à propos des médias sociaux. Bien que ce soit formidable de toucher les gens, c’est simplement un écho dans une chambre à idées que vous aviez déjà et avec lesquelles vous êtes d’accord. En plus de cela, c’est un monstre affamé qui ne se nourrit jamais. Si vous n’interagissez pas avec elle, elle se met dans votre poche en criant: «nourris-moi». Vous devez toujours photographier et partager, et ce n’est pas un moyen pour les créatifs de travailler. Je suis un fervent partisan de la nécessité de s’ennuyer avoir un espace pour être inventif avec son travail.

La gestion de vos propres magazines et vos propres activités d’édition ont-elles une influence sur ce que vous pensez de d’autres magazines – ou le séparez-vous strictement?

RW: J’aime les magazines. Les imprimés en général en fait. Je collectionne des livres, j’achète des magazines et les gens m’envoient des choses tout le temps. Vous ne pouvez pas publier en vase clos, vous devez savoir ce qui se passe dans l’industrie. Il serait donc préjudiciable d’essayer de rester à l’écart.

 

Qui avez-vous admiré en grandissant et admirez-vous toujours les photographes, malgré votre grand succès?

RW: Je suppose que je suis arrivé à la photographie un peu tard. Cela ne faisait pas partie de ma vie, mais je l’ai découverte et suis tombé amoureux. Je suis allé dans une bibliothèque et, de A à Z, je me suis renseigné sur les photographes. Pour trouver, du documentaire à la mode, ce qui inspire mon travail. Je regarde encore beaucoup de photographies à présent, d’artistes émergents et d’icônes bien établies. Dans mon bureau, une image de David Bailey Rolling Stones se trouve dans la pièce devant mon bureau. C’est une planche de contact d’un tournage incroyable et la regarder me donne une impulsion chaque jour pour essayer de trouver ma propre magie sur le plateau.

Merci beaucoup, Rankin, d’avoir pris le temps de partager tes dernières pensées et nouvelles avec nos lecteurs!

 

“RANKIN. From Portraiture to Fashion” sera visible jusqu’au 24 février 2020 à la Galerie 29 Arts In Progress, Via San Vittore 13, 20123 Milano, www.29artsinprogress.com

À partir du 12 novembre, la galerie présentera la deuxième rotation avec des œuvres plus conceptuelles (“Art”). Lors de la 3ème semaine de janvier 2020, à proximité de la Women Fashion Week de février 2020, ils présenteront la troisième rotation axée sur les œuvres “Fashion”.

 

 

 

 

 

Merci de vous connecter ou de créer un compte pour lire la suite et accéder aux autres photos.

Installer notre WebApp sur iPhone
Installer notre WebApp sur Android