Rechercher un article

Le Questionnaire : Franck Laguilliez par Carole Schmitz

Preview

Franck Laguilliez : Sans artifices ni fioritures

Si très jeune il expérimente l’art et l’univers du portrait, ce seront ses rencontres qui permettront à Franck Laguilliez de découvrir sa vocation pour la photographie.  Ses prémières inspirations se puisent alors chez Bettina Rheims qui déclare « être un photographe de la peau » ou encore Mondino pour ses mises en scènes. Au fil du temps son regard s’aiguisera Franck aime explorer,  jouer avec la lumière pour entrer dans une réalité proche de l’imaginaire. Un jeu de vibrations intenses captées par l’objectif et un oeil curieux cherchant ce petit plus qui fera la différence. Au fil du temps, il passe habilement d’un style à un autre. Fasciné par l’être humain et plus particulièrement par les artistes pour tenter de capturer ce que de prime abord nous ne voyons pas. Sa passion, sa sensibilité et son empathie permettent à tout ceux que s’abandonnent devant sa caméra de lacher-prise au moins le temps d’une séance. Très sensible à la relation qu’il cultive avec son modèle, car c’est ce qui le permettra de faire ressortir l’essentiel, il parvient à mettre en exergue la nature profonde et quelques fois cachée derrière les visages de ces personnalités connues ou anonymes. Des clichés qui sensibilisent à la beauté… intérieure.

Adepte du noir et blanc, il se laisse guider par son instinct. En 2011, il publie son premier livre photo aux Editions Verlhac. Sorte de confidences d’artistes, “Raconte-moi ton Lit” met en scène des moments de la vie avec des personnalités du sport et des arts. Puis, pour des raisons personnelles, il met sa passion entre parenthèse, se laissant toutefois rattraper çà et là par ces paysages et ces visages qui le narguent, mais « juste pour le plaisir »argumente-t-il presque gêné. Qu’importe, il garde sous le coude quelques projets et comme il ne faut jamais dire jamais, il travaille actuellement sur un second ouvrage qui s’intitulera « on&off » … mais nous n’en saurons pas davantage pour le moment.

 

Votre premier déclic photographique ?

Franck Laguilliez : Très jeune je suis tombé sur une série photos d’Herb Ritts, un réel choc pour moi à l’époque. J’ai ensuite suivi son travail avec admiration.

 

L’homme d’images qui vous inspire ?

Franck Laguilliez : Sans hésiter Helmut Newton, sa façon de photographier était unique, chacune de ses photos respirent l’urgence de vivre.

 

L’image que vous auriez aimé faire ?

Franck Laguilliez : Le nu de Charlotte Rampling par Helmut Newton, pour moi la photo parfaite.

© Helmut Newton, courtesy Helmut Newton Foundation

 

Celle qui vous a le plus ému ?

Franck Laguilliez : L’afghane aux yeux verts de Steve McCurry, cette photo m’envoûte dès que je la regarde.

© Steve McCurry

 

Et celle qui vous a mis en colère ?

Franck Laguilliez : Une photo de Nick Ut lors lors d’une attaque au napalm pendant la guerre du Vietnam

© Nick Ut

 

La qualité nécessaire pour être un bon photographe ?

Franck Laguilliez : L’empathie, la génerosité et l’observation qui permettent d’exprimer ce que le modèle à tout au fond de lui.

 

Le secret de l’image parfaite, si elle existe ?

Franck Laguilliez : Réussir à capturer l’essentiel sans artifices ni fioritures. L’instant exact qui fera que c’est cette photo et pas une autre.

 

L’appareil photo de vos début ?

Franck Laguilliez : J’avais huit ans, c’était un Polaroid Kodak

 

Celui que vous utilisez aujourd’hui ?

Franck Laguilliez : Nikon D6 et Leica Q2

 

Votre drogue favorite ?

Franck Laguilliez : Le thé vert à la menthe

 

Votre plus grande qualité ?

Franck Laguilliez : L’écoute

 

Une image pour illustrer un nouveau billet de banque ?

Franck Laguilliez : Ce serait la photo de Dorothea Lange (Mère migrante) de 1936.

 

Le métier que vous n’auriez pas aimé faire ?

Franck Laguilliez : Un métier où la routine m’aurait empêché de créer et de m’évader

 

Votre plus grande extravagance en tant que photographe ?

Franck Laguilliez : Ma collection de livres photos, une inspiration sans fin.

 

Votre plus grand regret ?

Franck Laguilliez : N’avoir jamais photographié Romy Schneider. Pour moi cette femme avait la photogénie idéale.

 

Instagram ou snapchat ?

Franck Laguilliez : Instagram

 

Couleur ou N&B ?

Franck Laguilliez : Noir & Blanc off course

 

Lumière du jour ou lumière artificielle ?

Franck Laguilliez : Lumière du jour

 

Si Dieu existait lui demanderiez-vous de poser pour vous, ou opteriez-vous pour un selfie avec lui ?

Franck Laguilliez : Un portrait de dieu sur les toits de Paris, ça pourrait être pas mal (sourire)

 

L’image qui représente pour vous l’état actuel du monde ?

Franck Laguilliez : Une photo de Michael Klippfeld

 

Website : francklaguilliez.wixsite.com

Instagram : francklaguilliez

Merci de vous connecter ou de créer un compte pour lire la suite et accéder aux autres photos.

Installer notre WebApp sur iPhone
Installer notre WebApp sur Android