Rechercher un article

galerie Argentic : Willy Ronis : La Liberté, encore et toujours…

Preview

«  Mon père tenait un studio de portraits, de quartier. Lui, je l’aimais beaucoup, mais je n’aimais pas du tout son travail. C’était un travail honorable, qu’il faisait avec son cœur, avec sa naïveté, mais ce n’était pas du tout mon goût. Quand j’ai eu 16 ans, il m’a offert un appareil photo. Je prenais des photos en amateur, mais cela n’allait pas plus loin. Moi, je voulais écrire de la musique, pas être interprète. J’aurais préféré le piano, mais ma mère, qui était très autoritaire, m’avait imposé le violon. Elle était pianiste, elle pensait peut-être que nous allions jouer...

This content is for Abonnement annuel et Abonnement mensuel members only.
Log In Register

Merci de vous connecter ou de créer un compte pour lire la suite et accéder aux autres photos.

Installer notre WebApp sur iPhone
Installer notre WebApp sur Android