Rechercher un article

Quoi de neuf, Mattia Baldi? Interview par Nadine Dinter

Preview

Mattia Baldi est un vrai cosmopolite. Né en Italie, travaillant plus tard en Chine avant de s’installer en Thaïlande, cet artiste interdisciplinaire a une vraie histoire à raconter. En 2019, il a commencé à planifier son premier livre, qui était censé devenir «un livre sur les femmes» – une représentation authentique des femmes vivant à Bangkok et sa propre vision de la féminité en même temps. Après avoir entendu parler du concept fascinant de cette série, j’ai décidé de creuser un peu plus et d’en savoir plus sur le projet, ainsi que sur les nouveautés

 

Nadine Dinter : Votre nouveau livre Casting n’est pas ce à quoi les gens peuvent s’attendre en lisant simplement le titre. Comment avez-vous développé le concept et combien de temps vous a-t-il fallu pour tout mettre en place?

Mattia Baldi : L’idée m’est venue il y a quelques années. J’ai commencé à prendre des photos des modèles avec lesquels j’avais travaillé, sur mon toit, en plein jour. Je sentais que j’avais besoin de faire quelque chose pour moi, quelque chose de réel et loin de tout ce que je faisais dans mon travail commercial. Je voulais me concentrer sur le fait de donner au modèle un espace pour s’exprimer, pour saisir le moment qui exprime ses sentiments. Je ne voulais pas lui donner l’impression d’être dans un environnement de studio contrôlé avec des assistants et des gens autour du plateau. Mon toit était idéal: un mur gris, beaucoup d’espace et tout Bangkok à regarder d’en haut. Parfois, nous avons atteint quelques minutes de silence et de paix absolus. J’avais l’impression d’avoir disparu et elle était enfin libre de toute surveillance. C’est ainsi que devrait être un casting de modèle.

 

C’est censé être «Un livre sur les femmes» – mais vu à travers les yeux d’un photographe masculin. Quels ont été les critères selon lesquels vous avez sélectionné les modèles? Y avait-il des conditions pour rejoindre la session de casting?

MB : Je ne crois pas qu’il y ait un point de vue masculin, et cela compliquera les choses si nous commençons à parler d’orientation sexuelle. Il y a tellement de types de désirs sexuels dans ce monde que définir une façon de percevoir les gens uniquement par leur sexualité est assez trompeur. J’ai demandé à toutes sortes de modèles féminins si elles aimeraient faire une séance photo pour ce projet de livre. Elles ont toutes accepté également de venir habillés simplement, dans leurs vêtements de tous les jours. Je ne leur ai donné aucune direction pendant la séance parce que je voulais capturer des moments naturels et significatifs. J’ai le sentiment que les gens entièrement habillés prennent la personnalité des vêtements qu’ils portent, mais cela arrive aussi s’ils sont entièrement nus. Je voulais que les modèles soient comme si personne n’était devant eux. La façon dont vous vous endormez est probablement le seul moment où vous ne vous souciez pas d’être regardé.

 

Toutes les photographies sont en noir et blanc, avec de forts contrastes. Quelle était votre idée derrière l’esthétique? Le concept aurait-il aussi fonctionné en couleur?

MB : Dès le début, l’idée était de se concentrer sur les aspects cachés des sujets. Les couleurs ont tendance à impressionner par leur intensité, comme un cri qui touche le cœur. Au lieu de cela, je voulais fermer le bruit et laisser la danse des formes prendre le dessus sur l’intellect, pour éveiller des souvenirs et des espoirs. Il n’ya pas de symphonie valable sans moments de silence imprévisibles. Je voulais que le silence parle. Comme un désert avec des dunes d’ombre silencieuses. Je n’ai jamais voulu que ce soit quelque chose de relatable ou d’agréable, je voulais que les gens soient choqués par la logique quotidienne des images.

 

En feuilletant les différents portraits, c’est beau et rafraîchissant de voir qu’il n’y a pas un «type» de femme, mais de toutes sortes: asiatique, noire, tatouée et percée, danseuse, androgyne … Comment avez-vous trouvé ces femmes?

MB : J’ai photographié plus de 200 modèles pour cette série. Celles qui ont abouti dans la dernière sélection ont toutes été choisies en fonction de leur caractère unique. Elles ont souvent des origines ethniques assez diverses. J’ai aimé l’idée de représenter de nouvelles personnes, qui sont loin des standards de beauté du monde de la publicité. Comme une femme d’origine ghanéenne / thaïlandaise ou brésilienne / marocaine / française. Je suis toujours à la recherche d’histoires intéressantes derrière la forme humaine. Il y a tellement de sortes de beauté dans ce monde, tellement que les gens n’ont jamais vues. J’ai de la chance, car ici à Bangkok, il y a un melting-pot incroyablement inspirant de personnes, de cultures et de religions.

 

Depuis un certain temps, la publicité et le marketing effacent toutes sortes d’âges, les filtres de beauté et les retouches sont utilisés au maximum, et les procédures cosmétiques de toutes sortes sont monnaie courante. Votre livre était-il une sorte de contre-réaction à cette évolution de la société?

MB : J’ai déménagé à Pékin en 2006 et depuis, je vis et travaille en Asie. Cela fait maintenant quelques années que les idéaux de beauté des jeunes générations sont désormais presque entièrement définis par le monde numérique. C’est un phénomène mondial, bien sûr – les gens d’aujourd’hui regardent Instagram plus qu’ils ne se regardent dans le miroir. Nous nous précipitons vers une réalité où il est normal d’avoir de lourdes modifications corporelles et de montrer nos aspects physiques améliorés grâce à des filtres numériques. Je pense qu’il est important de continuer à montrer comment les gens sont réellement. Toute photographie est une interprétation de la réalité, mais je crois en la vérité à travers la lumière naturelle.

 

Autant que je me souvienne, vous aviez l’intention de mettre en scène et de tourner un autre «casting» dans d’autres villes également. Est-ce toujours le cas, et si oui, quelle est la prochaine ville?

MB : En ce moment, nous nous concentrons entièrement sur la conception d’une édition collector de Casting. La première édition étant presque épuisée avec seulement quelques exemplaires restants dans les librairies, l’éditeur Stefano Vigni et moi pensons faire quelque chose de spécial pour la deuxième édition. Une version étendue de Casting avec probablement plus de pages, avec une couverture rigide, et incluant une impression fine art, ressemble à la direction que nous allons prendre. Je fais confiance à Stefano et à son point de vue pour concevoir quelque chose d’unique pour cela. Pour l’instant, je ne pense pas à faire un nouveau livre dans une autre ville – la situation mondiale actuelle est trop incertaine pour planifier un nouveau casting. J’ai une idée dont je discute maintenant sur un nouveau projet qui sera tourné ici à Bangkok.

 

Vous êtes un photographe italien, résidant en Thaïlande, venant d’un emploi publicitaire à Pékin. Quelle est votre histoire?

MB : J’ai commencé avec l’art au lycée, puis je suis allé à l’école d’art et j’ai obtenu un baccalauréat en peinture. Ensuite, j’ai obtenu une maîtrise en photographie de studio et j’ai déménagé en Asie. À Pékin, je me suis davantage concentré sur l’étude de la culture et du moment particulier de l’histoire avant les Jeux Olympiques. Ma dernière exposition de peinture a eu lieu à Pékin en 2010 au Times Art Museum. Depuis, je me suis concentré uniquement sur la photographie, à la fois sur des projets commerciaux et indépendants.

 

Venant du monde professionnel de la publicité, y a-t-il eu un point de basculement spécifique lorsque vous avez décidé de vous concentrer sur votre propre photographie artistique?

MB : J’ai commencé avec la photographie alors que je peignais encore; l’état d’esprit était le même. Alors disons que la mienne n’était pas une approche de photographe depuis le début. Depuis le collège, je me suis consacré au dessin et à la peinture et la transition de ce monde à la photographie a pris du temps. J’ai commencé la photographie avec un appareil photo grand format car c’était le seul type de photographie qui pouvait répondre à mes attentes artistiques. J’ai pris les appareils photo numériques au sérieux, plus tard, disons même récemment. Il y a environ 10 ans, la photographie publicitaire en tant que profession a pris le dessus dans ma vie et j’ai commencé un nouveau chapitre. Aujourd’hui je sens que ma recherche artistique est une méditation sur mon travail commercial.

 

Quelle a été la réaction au livre jusqu’à présent? Y a-t-il eu des commentaires d’amis et de collègues?

MB : Il a été bien accueilli, de nombreuses librairies l’ont pris immédiatement, également grâce au beau design et à la qualité d’impression exceptionnelle de Seipersei. Le retour que j’ai reçu de beaucoup était “ça a l’air incroyable et ça sent bon!” et cela m’a rappelé à quel point il est important de créer quelque chose de physique, de tactile. J’ai toujours aimé les livres de photographie, des images qui ont un lien avec vous par le son, le toucher et l’odorat. Aujourd’hui, nous percevons la photographie principalement sur les écrans de nos téléphones et il est important de retrouver le plaisir de feuilleter des photographies grand format.

 

Quels conseils donneriez-vous à la prochaine génération de photographes qui envisagent de travailler sur des projets indépendants?

MB : La mienne était une manière non conventionnelle d’aborder le monde de la photographie, donc je ne suis pas sûr de pouvoir recommander de faire de même. Je vois aujourd’hui de nouveaux talents agir de manière très audacieuse, arriver à des résultats solides en peu de temps. Mais aussi, je les vois démissionner après les premiers échecs ou succès. Ma vision de la photographie part de l’histoire de l’art, qui devient l’histoire de la photographie et de la publicité. Je pense juste qu’il faut avoir une passion pour la communication visuelle sous toutes ses formes. Étudier le passé est le seul moyen de savoir ce qui a été fait avant nous, et travailler sur le présent crée le prochain avenir. Il est important de vous pousser à faire plus. Nous sommes tous des pirates sauvages à la recherche de notre île au trésor.

 

Assurez-vous de suivre Mattia sur @mattiabaldi_personal

  

À propos du livre: Casting – A Book About Women

Photographie par Mattia Baldi

Éditeur: Seipersei, Siena, Italie.

Edition: 300 exemplaires, Dimensions: 24x32cm

Housse: Fedrigoni Materica Verdigris 360gr

Reliure: style suisse, avec dos ouvert; dos protégé par une toile.

Intérieur: 96 pages sur Garda Patt Klassica Duotone imprimé 150gr avec couche de vernis protecteur.

ISBN: 978894490633 // Prix: 30,00 EUR

Avec les essais de trois femmes extraordinaires: Benedetta Barzini, Benedetta Frucci, Nadine Barth

Merci de vous connecter ou de créer un compte pour lire la suite et accéder aux autres photos.

Installer notre WebApp sur iPhone
Installer notre WebApp sur Android