Rechercher un article

La Rephotographie 2.0–par Pauline Auzou

Preview

En 1975, la George Eastman House à Rochester inaugure l’exposition New Topographics : Photographs of a Man-altered Landscape réunissant des photographes comme Robert Adams, Stephen Shore ou encore Lewis Baltz. Cette exposition collective marque un tournant dans la représentation des paysages urbains en photographie. La comparaison que fontt ces photographes entre la topographie contemporaine et les paysages anciens est implicite ; à la même période, les « enquêtes rephotographiques » consistent à reprendre une même photo à l’endroit exact de sa prise de vue, avec le même objectif, afin de montrer très précisément l’impact de l’homme sur la topographie urbaine, sur son environnement entre deux moments donnés. Débuté à l’été 1977, un des premiers et des plus importants travaux de rephotographie s’intitulait Second View : The Rephotographic Survey. Une équipe de photographes dans la lignée de l’exposition New Topographics et menée par le photographe originaire d’Arizona Mark Klett, s’était donné pour mission de « rephotographier » des lieux immortalisés un siècle plus tôt par Timothy O’Sullivan ou William Henry Jackson dans l’Ouest américain. L’idée est de réaliser des clichés à l’identique en étudiant la photo originale à l’aide des règles trigonométriques, en reproduisant le même cadrage, la même profondeur de champ, etc, et ensuite associer les images par paire afin de montrer les évolutions. En bref, cherchez l’erreur !

This content is for Abonnement annuel et Abonnement mensuel members only.
Log In Register

Merci de vous connecter ou de créer un compte pour lire la suite et accéder aux autres photos.

Installer notre WebApp sur iPhone
Installer notre WebApp sur Android