Rechercher un article

Howard Greenberg revient sur Saul Leiter

Preview

L’exposition en ligne de la Howard Greenberg Gallery rassemble une sélection de la photographie de rue en couleur emblématique de Saul Leiter, où les reflets et les abstractions règnent si souvent en maître, avec ses peintures et collages rarement vus, un travail qu’il a produit aux côtés de sa photographie pendant toute sa vie. Ensemble, ils illustrent la profondeur de son expérimentation visuelle et de sa curiosité, dont aucune ne peut être satisfaite par les limites d’un seul médium.

À l’occasion de la présente exposition, Howard Greenberg a réfléchi à son amitié avec Saul et aux qualités de sa photographie les plus mémorables et distinctives.

 

Q: Votre l’expérience lorsque vous avez découvert  les premières boites du travail de Saul, en noir et blanc, puis en couleur?

HG: Lors de notre première rencontre, dans son appartement, il avait préparé quelques cartons à me montrer. Nous nous sommes assis dans son «salon» qui était aussi son atelier de peinture, son entrepôt, son lieu de repos et plus encore. Si vous avez déjà vu le documentaire, In No Great Hurry, vous avez vu ce que j’ai vu. Je dois dire que je m’attendais seulement à voir du travail en noir et blanc. C’est de cela que parlait la New York School et je n’avais vraiment aucune connaissance de sa carrière dans la mode qui se faisait principalement en couleur. Et j’ai vu du noir et blanc. Les boîtes étaient vieilles et poussiéreuses. Quand je les ai ouvertes, j’ai fait l’expérience de ce dont Eikoh Hosoe me parlait – l’aura des imprimés. Ils brillaient et étaient, à mes yeux, l’incarnation de ce que j’aimais dans le travail vintage des années 50, avec les magnifiques papiers disponibles à l’époque. Bien sûr, il y avait des images, du pur Saul, et comme je l’ai compris, cela ne pouvait être que cela. Il ne m’a pas fallu longtemps pour lui demander si je pouvais montrer son travail. Il m’a testé à sa manière, et pas très pressé, a dit oui.

Environ deux ou trois ans après notre première exposition, qui a été un succès, il est venu dans la galerie pour me montrer une partie de son travail de couleur. Une boîte, d’environ 25 tirages 11×14 récemment imprimés de travaux plus anciens. Ils étaient assez bons – la sensibilité de Saul était très présente. Cependant, je n’étais pas sûr de la palette de couleurs et au début, j’avais l’impression que ses diapositives avaient peut-être disparu. Alors, bêtement, je lui ai demandé. Il m’a regardé et a rapidement dit “Howard, je ne pense pas que ce soit pour vous”, puis s’est levé brusquement. Carrie Springer, qui travaillait pour moi à l’époque, et qui était la personne clé pour Saul, m’a jeté un regard terrifié. Alors je me suis précipité vers Saul avant qu’il ne puisse sortir, je me suis à demi-excusé, et lui ai demandé si je pouvais avoir les photos pendant quelques jours et les regarder sans me précipiter. Il a accepté et l’année suivante, nous avons eu la première exposition «In Color» de Saul Leiter. 

Q: En quoi le travail de Saul, en termes d’impressions et d’imagerie, était-il distinct de la New York School en general?

HG: Eh bien, maintenant son travail est bien connu, et je crois que le succès vient de la qualité poétique et picturale de la couleur, et quelles que soient les voitures ou la mode dans ses images, le sentiment d’être perdu dans le temps. Peu importe que vous regardiez la couleur ou le noir et blanc. La sensibilité de Saul transcende son médium, et cela inclut la peinture. C’est un grand artiste, immédiatement reconnaissable, original et tellement fidèle à lui-même.

Je ne dis pas que les autres soi-disant photographes de la New York School sont inférieurs. Ils ont tous leurs propres sensibilités dans le genre, et chacun à sa manière est un grand photo-artiste. Mais Saul est différent, en partie parce qu’il est peintre et a une capacité distinctive avec la photographie en couleurs, et en partie à cause de sa marque artistique unique.

Q: Avec le temps que vous avez passé avec Saul, à la fois professionnellement et personnellement, qu’est-ce qui vous a le plus marqué?

HG: Il m’est resté beaucoup de choses sur Saul. J’ose dire que je ne me suis jamais senti aussi émotionnellement proche d’un autre photographe. Saul fait partie de la famille de la galerie. Il a assisté à notre fête, a passé des heures et des heures dans la cuisine de la galerie, “kibitzing” (bavassant) avec le personnel et les visiteurs, en y prenant beaucoup de plaisir. Personnellement, bien qu’il puisse aussi être un artiste impétueux, je le considérais comme un oncle ou un cousin proche, avec qui j’étais définitivement engagé. Je pense souvent à sa voix, à la façon dont il parlait. Je pense à ses petites perles de sagesse, «le Saulisme» comme Margit (Erb, maintenant directrice de la Fondation Saul Leiter) et j’ai aimé les appeler. Son rire était contagieux. Peut-être que j’étais amoureux de lui? Pourquoi pas, tout le monde l’était. Oui, je suppose que vous pouvez dire que Saul et ses photographies sont une seule et même chose; vous ne les aimez pas, vous les adorez.

 

Howard Greenberg Gallery

41 East 57th Street

Suite 1406

New York, NY 10022

(212) 334-0010

www.howardgreenberg.com

 

 

Merci de vous connecter ou de créer un compte pour lire la suite et accéder aux autres photos.

Installer notre WebApp sur iPhone
Installer notre WebApp sur Android