Rechercher un article

Arles 2012 – Off: Guillaume Chamahian

“On dit que la musique adoucit les moeurs”... C’est sur cette phrase que Guillaume Chamahian termine le texte de sa série intitulée “Bosnia”. Sans doute un petit clin d’oeil à une vie antérieure. “J’ai arrêté ma scolarité en troisième. A 18 ans on m’a offert un appareil photo, j’ai commencé à faire des images et à toucher à l'écriture et à la peinture. Je rentre aux Beaux-Arts de Marseille que je trouve trop scolaire. J'y reste 6 mois et pars à Londres. En 1995, je découvre le milieu underground, la techno, les Spiral Tribe (célèbre sound system londonien) et passe deux ans à mixer. En 1997 je rentre en France, les free parties battent leur plein, je traîne à Marseille avec les Metek, Okupe ainsi que les Sound conspiracy. Je suis ce que l’on appelle un traveller, mon sound system “Intrabass” me fait passer quatre ans sur la route. L’arrêt sera brutal avec la mise en place de l’amendement Mariani : à la fin d’une soirée la police saisit nos trois bus, 20 kilos de son et toutes nos affaires. Nous n’avons jamais rien revu”.

This content is for Abonnement annuel et Abonnement mensuel members only.
Log In Register

Merci de vous connecter ou de créer un compte pour lire la suite et accéder aux autres photos.

Installer notre WebApp sur iPhone
Installer notre WebApp sur Android