Rechercher un article

Peter Fetterman Gallery : The Power of Photography #11

Preview

Il s’agit du onzième volet de la série en ligne de la Peter Fetterman Gallery intitulée The Power of Photography mettant en évidence l’espoir, la paix et l’amour dans le monde. Nous vous invitons à apprécier et prendre le temps de la réflexion sur ces œuvres.

 

Edouard Boubat (1923-1999)

Le Pont de Brooklyn, New York, 1982

© Estate of Edouard Boubat/Courtesy Peter Fetterman Gallery

J’adore les images d’espoir, surtout maintenant.

On sait que cette jeune femme réussira tout ce qu’elle veut, emportée par l’énergie et l’esprit de ce que Steiglitz lui-même a dit pour une de ses plus belles photos, «La ville de l’ambition».

 

Ted Croner (1922-2005)

Central Park South, 1947-48

© Estate of Ted Croner/Courtesy Peter Fetterman Gallery

Je me souviens très bien de mon premier voyage à New York depuis Londres. J’étais un jeune étudiant et j’avais eu du mal à trouver un billet d’avion. Je suis monté dans un bus à l’aéroport et alors que nous approchions de la ville la nuit avec cette ligne d’horizon incroyable, je pensais que j’étais mort et que j’étais arrivé au paradis.

J’ai immédiatement entendu Gershwin dans ma tête.

J’étais tellement excité d’être là.

C’est l’une de mes images de NY préférées. Croner était un étudiant du laboratoire de design Alexey Brodovitch un parmi les nombreux étudiants de Richard Avedon à Diane Arbus.

Croner faisait des expériences spontanées cette nuit-là à Central Park South et a produit quelque chose de vraiment innovant. Chaque fois que je regarde cette image, elle évoque toujours cette première rencontre avec cette ville énergisante.

 

Jean Philippe Charbonnier (France, 1921-2004)

Backstage at the Folies Bergeres, 1960

© Estate of Jean Philippe Charbonnier/Courtesy Peter Fetterman Gallery

Jean Philippe est l’un des grands photographes classiques français des moins connus qui s’est fait connaître dans les années 50. Il a parcouru le monde en tant que journaliste photo expérimenté travaillant pour des magazines comme «Realities».

De retour à Paris, il a créé un grand ensemble d’œuvres capturant la ville qu’il aimait. Cette image de la vie dans les coulisses des célèbres Folies Bergère n’aurait pu être prise que par un Français. C’est l’essence de la nonchalance.

 

Fred Lyon (1927)

Foggy Night, Land’s End, San Francisco, CA, 1953

© Fred Lyon/Courtesy Peter Fetterman Gallery

Je ne vois pas souvent une image isolée qui me pousse à rechercher et à rencontrer le créateur derrière. Mais tel était le cas avec cette image extraordinaire. Cela m’a immédiatement frappé comme l’une des images les plus romantiques, tendres, mystérieuses presque “film noir” que j’aie jamais vues. Brassai vous dévore le cœur.

Comment se fait-il que je n’ai jamais entendu parler de son créateur? Puis je me suis souvenu qu’un bon collègue de l’édition photo m’avait mentionné son nom il y a quelques années. Je devais me précipiter d’une foire d’art à une autre et je n’avais jamais suivi l’information. Honte sur moi. Je suppose que les choses passent parfois entre les mailles du filet. Mais je crois au destin et que lorsque les choses sont censées être, elles sont censées être.

Enfin, je suis allé à San Francisco pour rencontrer Fred dans son studio et wow j’ai réalisé que je venais d’entrer dans la grotte d’Aladdin. Je pense que Fred était qu’un poulet de printemps de 85 ans à l’époque, mais son enthousiasme et son énergie étaient contagieux. Sans parler de l’intelligence, de l’esprit et du charme. Wow, je pensais qu’il était Cary Grant avec un appareil photo!

Mais c’est la qualité du travail qui m’a bouleversé. Grande image après grande image évoquant une ère perdue de style et de sophistication et de cœur et de beauté qui ne reviendra probablement pas. Et cette lumière spéciale de San Francisco. Personne ne possède une telle archive d’œuvres superbes inspirées de cette ville unique.

Fred n’est pas seulement un photographe humble, vraiment grand et important, mais un être humain très spécial et gracieux. Une race rare.

 

Myra Albert Wiggins

Advertising photograph for Eastman Kodak Company, c. 1900

© Estate of Myra Albert Wiggins/Courtesy Peter Fetterman Gallery

Myra Wiggins était une photographe pionnière qui s’est imposée comme une artiste du tournant du siècle très respectée.

Apparemment, c’était une dynamo d’1,50m ”, pleine d’énergie et de détermination, qui a attiré l’attention du grand photographe et impresario des arts, Alfred Stieglitz, qui l’a invitée à faire partie de son mouvement Photo Secession.

Ses compétences en matière d’éclairage et de composition ont également été remarquées par la société en plein essor Eastman Kodak avec qui elle a collaboré à une série de publicités spéciales pour leurs nouveaux produits. Qui étaient de belles images artistiques tendres.

«Le charme subtil de l’art, l’influence vivifiante de la récréation active, les joies de plonger dans les mystères de la chimie et de dévoiler ses secrets photographiques. Tout ou partie de ceux-ci sont en réserve pour l’homme/femme KODAK. En eux se trouve la SORCIÈRE DE KODAK. ”

Publicité Eastman Kodak – Ladies Home Journal. 1900

 

W. Eugene Smith

Albert Schweitzer

© Estate of W. Eugene Smith/Courtesy Peter Fetterman Gallery

W. Eugene Smith, d’après tous les récits que j’ai lus et connaissant les gens qui l’ont connu, était l’un des photographes de génie le plus intense, motivé, impossible et le plus génial de tous les temps. Son travail a toujours été une pierre de touche pour moi et j’ai cherché ses superbes tirages partout où je pouvais.

Cette image en fait partie. Le Dr Albert Schweitzer, lauréat du prix Nobel de la Paix, était tout aussi passionné et motivé dans sa vie. Médecin hautement qualifié, musicien expérimenté et vénéré, il a apparemment fait l’impossible en tant que pasteur et fondateur d’un complexe hospitalier à Lambarene en Afrique équatoriale française pour aider les pauvres et les exclus. Je connaissais assez bien une célèbre actrice anglaise qui, plus jeune, s’était portée volontaire pour l’aider pendant un an, émue par son altruisme. Les histoires qu’elle a racontées à son sujet ne m’ont jamais quittée … Ses actes et ses paroles résonnent particulièrement maintenant – «Le but de la vie humaine est de servir et de montrer de la compassion et la volonté d’aider les autres.»

Cette image fait partie du dernier grand essai photo de Gene Smith pour Life Magazine et l’un de ses plus beaux tirage que j’ai jamais vu. La combinaison parfaite du sujet et de l’artiste aboutissant à une vision de l’humilité et de la raison d’être.

 

Doris Ulmann (United States, b. 1882 – 1934)

Paul Robeson, c. 1920’s

© Estate of Doris Ulmann/Courtesy Peter Fetterman Gallery

L’un des plus beaux livres d’art jamais produits dans l’histoire de la photographie provient de photos prises par la grande Doris Ulmann. Elle est surtout connue pour sa documentation sur le Sud rural, mais elle a également été célébrée pour ses grands portraits d’intellectuels, d’artistes et d’écrivains éminents.

Paul Robeson était l’une des grandes icônes de la renaissance du siècle dernier. Athlète professionnel américain, écrivain, orateur multilingue (il parlait 15 langues), avocat et basso, chanteur de concert et acteur profond qui était également connu pour son vaste militantisme pour la justice sociale.

Comme il l’a dit un jour: «En tant qu’artiste, je viens chanter, mais en tant que citoyen, je parlerai toujours pour la paix et personne ne peut me réduire au silence.

Un autre accord parfait entre l’artiste et le sujet. Quand j’ai vu cette rare et exquise épreuve au platine, j’ai dû faire des efforts, car je savais que je ne la reverrais plus.

 

Henri Cartier-Bresson (1908-2004)

Natchez, Mississippi, U.S.A., 1947

© Fondation Henri Cartier-Bresson/Magnum Photos/Courtesy Peter Fetterman Gallery

Henri Cartier-Bresson a fonctionné avec un niveau d’intelligence et de perspicacité plus que tout autre photographe que j’ai jamais rencontré. Il était juste sur un autre plan, simple, analytique mais tellement humain en même temps. J’ai toujours pensé que le travail qu’il a réalisé aux États-Unis de la fin des années 30 à la fin des années 60 a produit certaines des images les moins vues de sa carrière, tout autant que cette photo prise à la volée dans le Mississippi.

Il n’était pas particulièrement intéressé par le paysage en soi préférant observer la condition humaine, les moments quotidiens d’interaction humaine qui révèlent tout, le langage corporel, le geste.

Mais ce n’était pas une position de distanciation culturelle froide. Il a apporté tout ce qu’il était en tant qu’Européen bien éduqué et sophistiqué pour essayer de comprendre le pouvoir, la beauté et l’espoir et le désespoir qui font partie de ce pays complexe à plusieurs niveaux. Des problèmes avec lesquels nous luttons tous encore aujourd’hui, tant d’années plus tard.

 

Felix Bonfils (French, b March 8, 1831-1885)

The Western Wall, a Friday, c. 1880s

© Estate of Felix Bonfils/Courtesy Peter Fetterman Gallery

Se tenir au sommet du mont des Oliviers comme je l’ai fait pour la première fois il y a tant d’années en voyant cette ville ancienne s’étendre devant vous est l’une des vues les plus inspirantes au monde. On recueille trois millénaires d’histoire, de beauté et de douleur. C’est l’âme de l’humanité. Accueil spirituel de trois grandes religions, le judaïsme, le christianisme et l’islam.

Felix Bonfils est considéré comme l’une des figures les plus importantes du développement de la photographie au Moyen-Orient.

Puisse la lumière magique de cette ville répandre l’éclat de la paix dans le monde en ces temps troublés et dans la nouvelle ère, espérons-la, éclairée à venir.

 

Baron von Stillfried (Czech Republic, b. 1839-1911)

Wind Costume (Rain Girl), c. 1875

© Estate of Baron von Stillfried/Courtesy Peter Fetterman Gallery

Dans les années 1870, le baron Von Stillfried, né en Autriche, était l’un des principaux photographes étrangers à Yokohama, principal port de commerce et de tourisme

Il s’agit d’une composition de studio intéressante où les rayures dans le négatif simulent la pluie et l’impression de vent est créée au moyen du kimono de la geisha replié et tiré par des fils sur le fond du studio.

 

Peter Fetterman Gallery
2525 Michigan Ave, #A1
Santa Monica, CA 90404

http://www.peterfetterman.com

Merci de vous connecter ou de créer un compte pour lire la suite et accéder aux autres photos.

Installer notre WebApp sur iPhone
Installer notre WebApp sur Android