Rechercher un article

The Unseen Eye tombe amoureux à Londres

Preview

Mon compte-rendu sur Photo Londres est un billet doux. La foire était super, oui, lisez ailleurs à ce propos.

The Unseen Eye est tombé amoureux.

Pas le genre d’amour fou, éperdu, mais plutôt le genre timide, névrotique, tremblant, incertain. C’est un type anglais, excentrique, j’imagine – et j’espère – un artiste du nom de Tom Lovelace.

Je conseille aux collectionneurs en herbe de regarder leurs pieds quand ils sont à une foire d’art ou dans un musée ou une galerie. Vos pieds vous conduiront aux choses que vous aimez. C’est sans doute irrationnel, mais votre inconscient possède le savoir, et vous mènera au travail que vous aimerez vraiment. Croyez-moi.

Après plusieurs jours passés dans une foire d’art – Photo Londres par exemple – vous allez vous mettre à concocter des excuses boiteuses pour expliquer pourquoi vous ne cessez de revenir à un certain stand pour vous planter en face d’une image particulière. Vous les aimez toutes, mais le rapport entre vous et l’objet de votre affection est inébranlable. Chris Littlewood à la galerie Flowers est attirant, et même sexy; il est tout à fait charmant, mais c’est pour l’oeuvre d’art que je revenais, pas pour le galeriste.

Alors qu’est-ce que je regardais ? Une photo non-photographique, un photogramme “ready-made”, parce que la lumière avait passé la surface d’un tableau d’affichage recouvert de tissu rose. C’est une bâche venue de l’extérieur d’un théâtre en Ombrie. (Note aux artistes et amateurs d’art, apportez un tournevis parce qu’on ne sait jamais…). On peut y discerner les marques des bulletins qui avaient été affichés. La série que j’aimais, “Sans titre rouge 1, 2, et 3”, est maintenant encadrée et elle est protégée par un verre filtrant pour ne plus changer … enfin, peut-être.

Je me trouve de plus en plus attiré par les travaux sobres, purs et minimalistes comme les sculptures photos de Clare Strand et les œuvres monochromes de Wolfgang Tillman qui sont à mi-chemin entre photo et sculpture. Après avoir passé sa vie à regarder, il semble qu’il arrive un moment où on a envie de simplicité. Laissez-moi en paix. Je veux apporter à l’acte de regarder l’instinct et la passion de la recherche sans élaboration intellectuelle, une tabula rasa à la recherche d’une autre. Je possède l’intelligence et l’expérience qui me permettent de combler le vide.

M. Lovelace a rempli le cœur, l’esprit et l’âme de The Eye. Je vous remercie. Quel nom, hein? Love-Lace (Amour – dentelle).

Merci de vous connecter ou de créer un compte pour lire la suite et accéder aux autres photos.

Installer notre WebApp sur iPhone
Installer notre WebApp sur Android