Rechercher un article

Shahidul Alam : Truth to Power

Preview

Shahidul Alam, est, depuis 40 ans, un militant, luttant pour les droits des travailleurs et des peuples opprimés, avec un appareil photo – une technologie basée sur l’objectif entre les mains d’Alam est une puissante arme de déploiement. Il la déploie pour documenter et essayer de corriger les torts qu’il voit autour de lui. Après avoir commencé à être chercheur scientifique, sa vie a pris un tour fortuit. Il a acheté un appareil photo pour un ami, qui ne pouvait pas le payer, alors Alam a commencé à l’utiliser. Avec cet appareil photo, il est devenu témoin de la façon dont les gouvernements et les entreprises corrompus écrasent les gens sous leurs croyances erronées.

Le 5 août 2018, le gouvernement bangladais du Premier ministre Sheikh Hasina a arrêté Alam pour ce qu’il a qualifié de “fausses” et de “provocatives” déclarations dans une interview accordée à Al Jazeera au sujet d’un étudiant protestant contre le taux élevé de décès de piétons dans les rues de Dacca. Des mots qui ont irrité le parti au pouvoir avec leurs critiques sincères. Shahidul Alam a été emmené de chez lui la nuit, enfermé et torturé jusqu’à ce que des pressions internationales et locales forcent sa libération le 20 novembre. Pendant 107 jours sans caméra, à l’intérieur, il n’a cessé de faire campagne pour les droits humains du peuple – comme ses codétenus. Il les a mobilisés pour prendre l’initiative, réalisant des dizaines de peintures murales à l’intérieur de la prison, dont l’une de ses précieuses photos de bateaux de pêche naviguant sur la rivière Brahmapoutre.

Truth to Power, le titre de son exposition au Rubin Museum de Manhattan, New York, est présenté jusqu’au 4 mai 2020. Cette exposition documente 40 ans d’art visionnaire de la caméra d’Alam, réalisée dans le monde entier comme l’activiste avec agitation, avec une grande énergie, révélant la Vérité qui confronte les Pouvoirs abusifs de son Bangladesh natal et d’autres pays. De ses premières photos de manifestations de travailleurs et de réfugiés en mouvement dans les années 1980, aux portraits et images de la beauté du Bangladesh. Alam a constamment révélé la lutte et la fierté de son peuple. Alam observe le Bangladesh comme un initié, où il est un témoin citoyen depuis quarante ans, et non comme un visiteur de l’extérieur.

Une section poignante présente ses photos effrayantes de pantoufles en croûte de boue et de morceaux de tissu – tout ce qui reste après qu’une jeune militante Kalpana Chakma a été enlevée par les militaires au milieu de la nuit de ses Chittagong Hill Tracts et a disparu, pour ne jamais être revue.

Alam, est également professeur de photographie, 24 des 26 membres du corps professoral de l’école de photographie Pathshala, créée par Alam, étaient d’anciens élèves de l’école. Un témoignage pour eux et leur mentor. Ils travaillent pour diffuser leurs documents à travers le monde en faveur des droits de l’homme et contre les gouvernements répressifs, les entreprises et les patrons.

En même temps, il a publié avec Steidl, un livre de sa vie de photographe activiste: The Tide Will Turn (la marée va tourner), dans lequel il raconte tous ses voyages et ses défis. Dans les premières pages du livre, il cite le grand écrivain activiste Arundhati Roy:

«Je crois que la marée va tourner. Ce sera. Elle doit. Cette cruauté stupide et myope cédera la place à quelque chose de plus gentil et de plus visionnaire. Ce malaise particulier, cet accès de mauvaise santé qui a englouti notre planète passera. »

Cela vaut également pour les États-Unis. Espérons que Shahidul Alam et les autres en montrant la vérité renverseront la vapeur et nous ramèneront dans un monde plus doux et plus compatissant.

Robert Stevens

 

Shahidul Alam : Truth to Power

Jusqu’au 4 mai, 2020

The Rubin Museum

150 W 17th St, New York, NY 10011

https://rubinmuseum.org/

 

 

Merci de vous connecter ou de créer un compte pour lire la suite et accéder aux autres photos.

Installer notre WebApp sur iPhone
Installer notre WebApp sur Android