Rechercher un article

Neal Slavin, Une chronique de 40 ans

Dans son ouvrage fascinant, The Theatre of the Face (« Le Théâtre du visage »), Max Kozloff développe l’idée selon laquelle nous serions des « liseurs de visages », en ce que la première chose à laquelle nous nous identifions lorsque nous parlons à quelqu’un, c’est son visage. Or, c’est ce phénomène qui rend les portraits si fascinants.

This content is for Abonnement annuel et Abonnement mensuel members only.
Log In Register

Merci de vous connecter ou de créer un compte pour lire la suite et accéder aux autres photos.

Installer notre WebApp sur iPhone
Installer notre WebApp sur Android