Rechercher un article

MAMM : Erwin Olaf : Shangai – Palm Springs

Preview

Dans le cadre de la Biennale ‘Fashion and Style in Photography 2021’, le Multimedia Art Museum, Moscou présente une exposition d’Erwin Olaf, l’un des photographes contemporains les plus importants au monde. Notre musée a exposé les projets d’Olaf lors de plusieurs biennales de printemps, démontrant la variété des idées et des méthodes créatives de cet artiste. Des projets artistiques grandioses dans l’esprit de productions théâtrales imprégnées du grotesque et de l’ironie inhérents au langage figuratif d’Olaf (son exposition personnelle pour « Fashion and Style in Photography 2005 ») ont été suivis de réflexions poignantes sur la recherche d’identité (les « Développements récents » projet « Mode et style en photographie 2009 ») et, enfin, un jeu d’ombre et de lumière subtil, presque abstrait, dans les images d’un photographe impressionné par sa visite des carrières de calcaire de Reims, inscrites au patrimoine mondial de l’UNESCO Site (l’exposition ‘Lumière’, ‘Mode et Style en Photographie 2015’).

Cette année, le MAMM présente les séries ‘Shanghai’ (2017) et ‘Palm Springs’ (2018) d’Erwin Olaf, dans lesquelles l’artiste explore les problèmes de la civilisation moderne et analyse leurs conséquences – solitude, perte, déconnexion, inégalité et le désir de paraître sans l’être… Comme point culminant de cette exposition, chaque série présente des portraits vidéo, pour lesquels Erwin Olaf demande aux personnages principaux qui regardent la caméra de s’adresser directement au spectateur avec des demandes claires et sensibles à tous : « Aimez-moi », « Écoutez moi” ou “Touche-moi”.

La série “Shanghai”. 2017

Shanghai est un important centre industriel chinois et représente pour l’artiste un symbole d’énergie inépuisable ainsi que de progrès inexorable, à l’image de l’adolescent qui n’est pas encore habitué au doute. Le projet est conçu dans le style des années 1920 à 1940, la période entre les deux guerres mondiales. A cette époque, la ville connaît une reprise économique rapide, même si Shanghai est déchirée par des problèmes économiques et politiques : la Grande-Bretagne, l’Amérique, la France, le Japon et l’Allemagne divisent la ville en territoires avec leurs propres juridictions, ce qui entraîne inévitablement des conflits avec la Chine. Ce n’est qu’après la Seconde Guerre mondiale que la ville est devenue une partie de la République populaire de Chine.

Dans la série « Shanghai », Erwin Olaf traduit magistralement l’atmosphère animée et le rythme « pulsé » de la vie dans une métropole qui ne dort jamais, soulignant dans ce contexte la solitude toujours croissante de ses personnages, car ils existent de manière anonyme parmi une multitude de personnes. Dans cette série, l’artiste se concentre sur la jeune génération qui cherche à découvrir son identité, tiraillée entre tradition et modernité, pauvreté et richesse.

L’artiste fait appel aux émotions universelles. Cela devient particulièrement visible dans les portraits vidéo de la série « Shanghai ». Le format des vidéos courtes en boucle ressemble à des publicités, mais contrairement à la publicité, qui vise à susciter le désir du public, Olaf utilise des vidéos pour attirer l’attention sur les besoins fondamentaux des personnes, qui sont refoulés dans la société moderne : dans un monde où tout est subordonné au travail , il n’y a pas de temps pour la vie personnelle et cela conduit à l’isolement, au manque d’intimité. Il semble que les personnages égocentriques de la série « Shanghai » aient déjà perdu la capacité de faire un geste salvateur les uns envers les autres.

Le filtre de couleur verdâtre qu’Olaf a utilisé pour photographier la série confère aux images une atmosphère cool, et l’éclairage rappelant les néons des grandes villes ne fait que souligner davantage la solitude des gens.

La série « Palm Springs ». 2018

Palm Springs est la plus grande ville du comté de Riverside, en Californie. Dans les années 1960, elle est devenue un lieu de résidence et de villégiature pour la haute société. Le glamour de la vie d’après-guerre est encore visible aujourd’hui dans les vastes propriétés de la ville avec des villas conçues par Richard Neutra (1892-1970), Albert Frey (1903-1998) ou Donald Wexler (1926-2015). La ville attire toujours les célébrités, mais perd lentement de son lustre. Dans ce paradis du désert des amateurs de casino, spa et golf, même la verdure se fane sans attendre une irrigation qui coûte cher et ne se justifie plus d’un point de vue économique ou environnemental. Dispersés dans toute la ville, des moulins à vent sont construits afin de produire au moins une partie de l’électricité à partir de sources renouvelables.

Les paysages aident Erwin Olaf à révéler la grande distance entre le rêve et la réalité, le passé glorieux et le présent sans joie. Dans les photographies mises en scène de l’artiste, les pique-niques idylliques et les scènes de fête faciles à vivre recréées dans l’esprit des années 60 contrastent fortement avec les nuages ​​​​d’orage et l’herbe desséchée.

Lors du choix des modèles de cette série, Olaf a consciemment sélectionné des personnes avec des tons de peau différents car il voit ce travail comme une déclaration contre le racisme : « Qui peut-on encore discriminer quand tout le monde est mélangé les uns aux autres ? », dit l’artiste. « J’ai pris cela comme point de départ pour le casting. » Cependant, nous devons admettre que dans la poursuite de l’égalité sociale, l’humanité n’a pas fait de progrès significatifs. L’artiste a cependant dû admettre que son désir d’égalité sociale ne correspond pas à la réalité.

 

Commissaire : Anna Zaitseva

Projet présenté par le Studio Erwin Olaf et la galerie Rabouan Moussion, Paris

 

Erwin Olaf : Shanghai – Palm Springs

2 juin 2021 — 29 août 2021

Multimedia Art Museum, Moscow

Ostozhenka, 16 ans

Moscou, Russie

www.mamm.art

 

Merci de vous connecter ou de créer un compte pour lire la suite et accéder aux autres photos.

Installer notre WebApp sur iPhone
Installer notre WebApp sur Android