Rechercher un article

L’Art d’Être Là : Se Souvenir d’Olivier Rebbot par Jacques Menasche

Preview

Il y a quarante ans le mois dernier, Olivier Rebbot est décédé dans un hôpital de Miami à l’âge de 31 ans après avoir été blessé par balles au Salvador – ce qui en soi est une raison suffisante pour se souvenir du photographe français. Mais cette année, lorsque les assauts contre la presse ont été légitimés de bas en haut et, mis en quarantaine, nous nous sommes retrouvés dans une guerre contre la vérité, cela vaut la peine de revenir sur l’histoire de ce jeune chevalier fringant du journalisme de magazine pas simplement à cause de sa mort, mais aussi parce que sa vie a illustré l’antidote à la désinformation et au mensonge: être là.

Voici quelques-uns des «là» où Olivier, semblable à Zelig entre 1973 et 1980, était: il a couvert les révolutions en Iran et au Nicaragua, la guerre civile au Liban, l’accident nucléaire à Three Mile Island, la panne d’électricité à New York, les funérailles d’Elvis Presley, il était avec Richard Nixon lorsqu’il a annoncé: «Je ne suis pas un escroc», avec Saddam Hussein à Bagdad, Kadhafi à Tripoli, Arafat à Beyrouth, Sadate au Caire et avec le pape Jean-Paul II à Auschwitz. Il a été arrêté à la frontière mexicaine, battu et emprisonné en Bolivie, cloué au sol par des coups de feu à Managua. Et ainsi de suite… et ainsi de suite.

Olivier n’était pas particulièrement unique à cet égard. Il y en avait peut-être une centaine d’autres comme lui, dont beaucoup étaient ses amis – un petit groupe d’aventuriers parcourant le monde avec des caméras, pour la plupart américains ou français, pour la plupart masculins et pour la plupart blancs: la presse photographique internationale.

Peu d’entre eux se considéraient comme des artistes. Au contraire, «F8 et être là», le dicton de Weegee sur la façon dont il a fait de bonnes photos, aurait pu être leur devise. Mais c’était leur pouvoir, et le pouvoir de la photographie d’actualité depuis que les premiers journaux illustrés sont sortis des presses au 19e siècle, – que cela place le spectateur là où se tient le photographe. Et comme nous l’avons vu le 6 janvier, quand une foule portant un chapeau de MAGA s’est déchaînée dans la capitale américaine, révélant la violence au cœur du Trumpisme, il y a une différence entre croire quelque chose et le voir de ses propres yeux. Tout comme à l’époque d’Olivier, il y avait une différence entre lire sur l’anti-américanisme croissant en Iran et regarder dans les yeux de l’ambassadeur américain William Sullivan alors qu’un militant iranien lui tenait un couteau à la gorge. Ou entre lire sur les escadrons de la mort salvadoriens et voir une photo d’un tas de corps nus devant une morgue de fortune.

Mais en plus du courage, «être là» demande un certain savoir-faire, de l’habileté ou de la persévérance ou, dans le cas d’Olivier, la capacité de charmer. Cela explique quelque chose de la nature démesurée et dérangeante de ce groupe. Et par groupe, je veux dire les amis et collègues d’Olivier, qui comprenaient David Burnett, Alex Webb, Peter Howe, Arthur Grace, Matthew Naythons, Raymond Depardon, Susan Meiselas, Patrick Chauvel, et bien d’autres, un casting, en gros , de personnages autodidactes qui, comme Robert Capa, le saint patron des photographes nomades, se sont réinventés derrière l’objectif. Olivier a incarné le type. Un exilé, un pied noir élevé au Maroc, en Algérie et en France, sans véritable patrie. Parents séparés. Un élève médiocre qui, fin 1971, fauché et désespéré, a quitté Paris pour New York, où il a souffert et a connu un début difficile . un Personnage issu de nulle part dont les images, à la fin de la décennie, seraient vues dans le monde entier.

Alors comme maintenant, le timing est tout en photographie. Et celui d’Olivier n’aurait pu être meilleurs, en arrivant à New York avec la montée du photojournalisme couleur, alors que les hebdomadaires d’information disposaient de beaucoup d’espace et de pages et de gros budgets pour payer autant de photos qu’il en fallait pour les remplir. Maggie Steber, tout juste à ses débuts, a rappelé une blague que les photographes avaient l’habitude de partager à propos du magazine Time, « les directeurs de la photographie allaient travailler et quand ils arrivaient, ils ouvraient une fenêtre et jetaient dix mille dollars par la fenêtre, puis fermaient le fenêtre et se mettre au travail. »

Si aujourd’hui cette image d’une armée de cow-boys avec des caméras et des indemnités journalières parachuter dans les points chauds semble appartenir à une époque dépassée et quasi-coloniale, alors considérez le revers de la médaille: le long essai sans aucun financement de Rebbot sur la prostitution des enfants à Times Square , où il a photographié des garçons d’à peine onze ans cherchant des clients à deux pas du New York Times (un journal qui, comme presque toutes les autres publications dans le monde, a refusé de le publier). Considérez également que la grande histoire de la semaine où il a été mortellement blessé n’était pas le Salvador, mais l’inauguration de Ronald Reagan à Washington, DC, où se trouvaient la plupart de ses amis, de sorte que sa décision de voyager au cœur des ténèbres d’Amérique centrale où quatre femmes religieuses américaines venaient d’être violées et assassinées ne suivait pas exactement les autres.

Il y a quelques années, alors que j’interviewais Raymond Depardon, qui avait travaillé aux côtés d’Olivier au Liban, il posait, rhétoriquement je supposais à l’époque, cette question:

Quelle est la fonction d’Olivier Rebbot?

La chose étrange à propos de la question était qu’il l’avait posée au présent. Pas quelle était la fonction, mais quelle est la fonction. Aujourd’hui. À l’heure actuelle. Alors que les agences photo s’effondrent en ce moment autour de nous, ce n’était pas une pensée oiseuse. Maintenant vous pouvez voir des diapositives sortir de sacs à ordures noirs déchirés sur les trottoirs du centre-ville de New York, et les éditeurs de photos, dans une sorte de tri d’images,  enfonçaient des clous dans des piles de Kodachrome – des piquets au cœur du passé.

Alors qu’est-ce qui est sauvé? Qui est sauvé?

En tant que rédacteur chez Contact Press Images, où les images d’Olivier sont conservées depuis sa mort, j’ai finalement réalisé que ces décisions relevaient en quelque sorte de moi. Et ainsi en 2010, après avoir aidé à rassembler les mémoires de David Burnett sur la Révolution iranienne, 44 Days (un livre dans lequel le visage espiègle d’Olivier n’arrêtait pas d’apparaître, et qui a reçu le prix Olivier Rebbot du Overseas Press Club of America pour le meilleur reportage de l’étranger) , J’ai décidé de regarder de plus près son travail. Dans une arrière-salle au 7e étage d’un bureau de la 38e rue, j’ai rassemblé les archives d’Olivier, les feuilles de contact, les boîtes de diapositives, les pages imprimées, les lettres, qui rentrent tous parfaitement dans six boîtes de banquier – et je me suis plongé.

Oh, comme j’aimerais pouvoir transmettre cette sensation irréproductible (et que peu d’entre eux auront jamais à nouveau) de retirer le couvercle de cette première boîte, l’explosion d’images mélangées par le temps, le dynamisme de la vie non photoshoppée et non durcie – une expérience si intense que j’ai passé les cinq années suivantes à voyager à travers le monde pour essayer de contextualiser le matériau et de comprendre comment Olivier s’inscrivait dans le cadre plus large de la photographie des années 1970. Seulement je posais la mauvaise question, me semble-t-il maintenant, je demandais quelle était la fonction au lieu de quelle est la fonction.

Quant à cette nouvelle formulation, je pense qu’aujourd’hui la réponse est claire. Comme le disait Patrick Chauvel, qui a travaillé avec Olivier en Iran: «Je pense qu’il est important de raconter l’histoire de Rebbot parce qu’il est un exemple de la façon dont ces jeunes, pleins de vie, croyaient en ce qu’ils faisaient et allaient jusqu’au bout.”

Un exemple, oui.

Nos goûts, disent-ils, se forment dans l’enfance. Et quand Olivier est mort à Miami, j’étais à quinze kilomètres de là, un jeune de seize ans qui prenait des photos pour mon journal de lycée, et qui avait une chambre noire dans le garage et coupait régulièrement des articles de Newsweek pour mes fichiers pour des débats en équipe. C’est ainsi que j’ai vu pour la première fois les photos d’Olivier sans jamais savoir qui il était. Tout comme j’ai vu David Burnett et Arthur Grace dans des publicités télévisées pour le Canon AE-1 («Tellement avancé, c’est simple»). Dans la vague de l’idéalisme post-Watergate, sans en être pleinement conscients, ils ont été mes modèles, ceux qui m’ont attiré dans le journalisme et ont façonné mes idées à ce sujet: que c’était une mission (même si vous ne direz jamais) , que vous êtes allé à la guerre pour faire vos preuves et que, même si vous étiez un étranger, avec un appareil photo, vous pouviez être chez vous n’importe où. Tout ce que vous aviez à faire était d’être là.

Jacques Menasche

jacquesmenasche.com

instagram: jacquesmenasche

 

Un documentaire sur la vie et l’œuvre d’Olivier Rebbot est actuellement en post-production. Une campagne gofundme a été créée par Sylvie Rebbot, la sœur d’Olivier ex directrice des archives Magnum photos et directrice de la photographie magazine GEO,collaboratrice l’Oeil de la photographie, pour aider à finaliser sa réalisation. Vous pouvez contribuer sur  https://www.gofundme.com/f/cacjec-olivier-rebbot-documentary-fund

 

Merci de vous connecter ou de créer un compte pour lire la suite et accéder aux autres photos.

Installer notre WebApp sur iPhone
Installer notre WebApp sur Android