Rechercher un article

Gilles Peress : Whatever You Say, Say Nothing – Dimanche

Preview

The Closeness of Place (La Proximité du Lieu) – Texte par Donovan Wylie

Ayant grandi à Belfast dans les années 1970, de nombreux photographes y sont venus pour photographier “The Troubles”. Je me souviens être assis dans ma classe, et bien sûr, toutes les quelques semaines, un photojournaliste venait nous photographier pendant que nous étudiions. L’Irlande du Nord est devenue un spectacle pour les photographes, qui ont souvent créé le décor en payant des enfants pour qu’ils jettent des pierres. Et puis les photographes partaient, pour ne plus jamais être revus. A la réflexion, c’était une forme d’agression.

Mais pas Gilles. Gilles a toujours été différent. Il avait un esprit critique, il comprenait le contexte, et probablement le plus important, sa vie s’est mêlée à ce lieu ; il en est devenu une partie, et dans une certaine mesure une victime, parce qu’il s’y est donné. Gilles a apporté une perspective, dans son propre contexte, qui est devenue un cadeau pour le Nord.

J’utiliserai un mot qui sera beaucoup utilisé, mais c’est vrai : Whatever You Say, Say Nothing m’a submergé. La boîte est arrivée et j’étais un peu intimidé au début, même juste en l’ouvrant. J’ai dû laisser reposer sa présence sur le sol pendant une journée, puis je l’ai confronté et, profitant de la lumière du printemps irlandais, j’ai travaillé lentement sur les trois volumes jusqu’au coucher du soleil.

La proximité du “lieu” – ce lieu, le nord de l’Irlande – et le sens et la relation de Gilles à ce lieu, c’est comme regarder un film moderne rythmé ; chaque élément de la séquence est aigu, réfléchi et conceptuel. L’œuvre a une « présence » sincèrement réelle qui va au cœur de la photographie, peut-être même de l’art ; on la sent à l’intérieur du temps, et aussi transcendant le temps.

Je devrai regarder les images encore et encore pour apprécier pleinement l’éclat du travail, quelque chose que j’ai hâte de faire. De la même manière que je crie toujours à quel point In Flagrante de Chris Killip est l’un des livres de photographie les plus modernes que je connaisse, Whatever You Say, Say Nothing a pris cette place. J’ai les livres sur une table, pas dans la bibliothèque. Il faudra un certain temps avant qu’ils n’e rejoignent les étagères.

Annals of the North, le volume de textes et d’images de Chris Klatell et Gilles qui accompagne What You Say, Say Nothing, est probablement l’un des livres d’art les plus analytiques sur le nord de l’Irlande que j’ai rencontrés. Il fonctionne comme un document, et semble d’abord en être un, mais au fur et à mesure que vous poursuivez votre lecture, vous réalisez qu’il est conçu pour confronter la nature même du “lieu” et de l’ ”histoire”. En fin de compte, c’est un livre sur le concept du temps lui-même, et il se situe à cet endroit doux et essentiel entre l’art et le document.

Donovan Wylie

Merci de vous connecter ou de créer un compte pour lire la suite et accéder aux autres photos.

Installer notre WebApp sur iPhone
Installer notre WebApp sur Android