Rechercher un article

Aperture – Diane Arbus (1972)

Preview

La même année que « North American Indians” d’Edward S. Curtis est publié la première monographie de Diane Arbus, un an après son suicide. Deux leçons de portrait, deux regards sur une Amérique qui se transforme, deux façons de rencontrer un autre méconnu. Dans le cas d’Arbus, c’est une approche audacieuse de la photographie de rue, des rues de New York, dont elle pioche les personnages comme un directeur de casting le ferait pour un film d’horreur. Ses gros plans souvent déformants accentuent l’étrangeté des visages qu’elle capture sans flatterie, reflétant la réalité esthétique d’une époque ou la mode commence à lisser les critères de beauté. Elle célèbre le familier, défiant le regard du spectateur à la recherche du séduisant, gêné par ce qu’il est tenté de qualifié d’étrange, voire de monstrueux.

This content is for Abonnement annuel et Abonnement mensuel members only.
Log In Register

Merci de vous connecter ou de créer un compte pour lire la suite et accéder aux autres photos.

Installer notre WebApp sur iPhone
Installer notre WebApp sur Android