Rechercher un article

In Memoriam : Une entrevue avec le collectionneur et marchand d’art américain Daniel Wolf

Preview

De nos archives – 19 décembre 2016

Son nom, Daniel Wolf. Il fut l’un des grands marchands de la photographie dans les années 70 et 80. Il fut notamment à l’origine des acquisitions par le Getty Museum de quelques unes des collections photographiques les plus importantes au monde comme celle de Crane ou Wagstaff… Le site Arterritory.com vient de publier un entretien avec lui réalisé par Una Meistere. Le voici.

Le collectionneur est un critique

Les collectionneurs comparent parfois le processus d’acquisition d’une collection à celui de vivre une autre vie, une vie parallèle et distincte — les deux vies interagissent et chacune apporte quelque chose à l’autre. Si l’on voit les choses sous cet angle, le collectionneur et marchand américain Daniel Wolf a quinze vies. Il collectionne depuis quarante ans et possède actuellement quinze collections différentes:  photographies du 19e et 20e siècle, peintures contemporaines, céramiques chinoises, cristaux de quartz, art précolombien, oeuvres de Warhol de la fin des années soixante. ..Wolf possède également l’une des plus grandes collections de meubles design réalisés par des designers et architectes américains du vingtième siècle, dont des pièces de Frank Lloyd Wright, Greene & Greene, George Mayer et Charles Rohlfs.

Wolf est indéniablement un personnage légendaire. Il a commencé sa carrière comme marchand de photographies du 19e siècle et a ouvert sa propre galerie à New York en 1977. Plus tard il a commencé à s’intéresser à la photographie contemporaine et il a contribué à donner naissance au marché de la photographie. Par rapport à la peinture et à la sculpture, la photographie ,dans le marché de l’art des années 1970, avait peu de prestige; il n’y avait qu’un ou deux un collectionneurs pour s’intéresser activement au médium, et peu de musées achetaient de la photographie. À l’époque, Wolf dit qu’il était difficile de vendre une photographie, même pour deux cents dollars.

Dès 1983 Wolf a été considéré comme l’un des marchands les plus influents du monde et a joué un grand rôle dans le développement de la collection du Getty Museum. Aujourd’hui, il travaille à titre de courtier privé spécialisé dans la photographie, l’art de l’antiquité, l’art et le design du vingtième siècle.

Les médias ont récemment rapporté que Wolf et son épouse, l’artiste et architecte Maya Lin, ont acheté une ancienne prison sur les rives du Hudson à Yonkers, dans la banlieue de New York, où ils ont l’intention d’ouvrir un espace d’art privé. Au moment de cet entretien, le bâtiment était encore en cours de restauration et Wolf attendait avec impatience le moment où il serait en mesure de voir toutes ses quinze  collections sous le même toit.

Notre conversation a eu lieu en Octobre 2015, dans l’appartement de Wolf près du Metropolitan Museum of Art à New York. Il vit à l’étage supérieur d’un immeuble historique du début du 20ème siècle. Le salon est décoré avec des meubles de Frank Lloyd Wright et des pièces venant de toutes les collections de Wolf: peintures, plats en céramique sur lesquels figurent encore les numéros des ventes, plaques de cristal de quartz géantes sur les rebords de fenêtres, et ainsi de suite. La seule chose que l’on ne voit pas, c’ est la photographie: “ Pour moi la photo ne doit pas être au mur. Elle est entre mes mains, elle est dans un livre. Je n’aime pas les photographies comme décoration. Je préfère vivre avec des objets “.

Le soleil brille, donc nous discutons sur la terrasse. New York s’agite en bas, le vent souffle des feuilles autour de nous, et Wolf est vêtu d’une veste usée où manque un bouton. Il ressemble à quelqu’un qui n’a plus rien à prouver à personne. Il a exactement autant de temps pour notre entretien, qu’il en faudra pour que nous ayons froid dehors, dit-il en riant. Richard Prince, la superstar de la scène de l’art américain, vit en face. Il a une superbe collection d’art, dit Wolf. L’une des meilleures qu’il ait vues récemment. Très astucieusement et intelligemment développée. Wolf ajoute qu’il a récemment passé une semaine à Rome, consacrée entièrement à la peinture de la Renaissance. Il a regardé des peintures toute la journée. Il estime qu’il n’y a aucune différence entre collectionner à l’époque de la Renaissance et collectionner aujourd’hui. Collectionner a toujours été étroitement lié à l’ego. “Les gens ont beaucoup acheté, et le but de tout le monde était de créer la meilleure collection. Une concurrence constante. Et cela continue aujourd’hui, également dans le domaine de l’art contemporain. En outre, les gens ont très peur d’acheter quelque chose de différent. Il est très rare de voir une collection qui ait de la fraîcheur. ”

 

Interview par Una Meistere

Vous collectionnez différents types d’objets: photographie des XIXe et XXe siècles, peintures contemporaines, céramiques chinoises anciennes, vases anciens, cristaux de quartz…. Comment tout cela a-t-il commencé? Et quel domaine a été le premier?

La photographie…. Oh non non…. Il y a longtemps, quand j’étais enfant, ma grand-mère m’a donné un abonnement au magazine National Geographic. Un magazine sur deux contenaient une carte, et je sortais toujours la carte et la plaquais sur mon mur. Donc, ma première collection était des cartes du National Geographic. J’ai toujours été intéressé par ce genre de regroupement de choses qui ont un sens. Donc, je suppose que c’est tout naturellement que j’ai commencé à collectionner. J’ai grandi dans un endroit très ennuyeux et collectionner offrait un peu de fantaisie.

Mais le tout premier moment dont je me souviens avoir collectionné quelque chose, c’était quand j’avais dix-sept ans. J’étais en programme d’échange en France. J’habitais en Bretagne, et je suis entré dans un magasin d’antiquités qui avait un fabuleux bric-à-brac. Au sol, trois photographies, réalisées par un amateur du nom de Striebeck au XIXe siècle.

Quel monde merveilleux c’était! C’étaient des photographies faites il y a cent ans, et elles étaient plus belles que toutes les autres impressions que je pouvais imaginer. J’ai juste pensé – que se passe-t-il ici? C’était comme une confusion totale. Peut-être que je ne me souviens pas exactement, mais je pense que c’est comme ça que j’ai eu le premier click. Lorsque vous récupérez quelque chose, cette première secousse doit être là. C’est comme être connecté au circuit électrique et ce circuit ne s’arrête jamais. Et chaque nouvelle secousse est une autre connexion à laquelle vous devez faire face. La connexion est le mot clé. C’est quelque chose qui prend le dessus. Par exemple, j’ai regardé l’art africain toute ma vie. Mais je ne sais toujours pas si c’est de la camelote ou un chef-d’œuvre. Quarante ans à le regarder, et je n’ai aucune idée de ce que c’est. Je n’ai aucun lien avec cela. Je peux dire que j’aime ça, mais je ne peux pas en discerner la qualité ou l’importance.

Je collectionne activement environ 15 choses. Tout ce qui se connecte peut être une collection. C’est très intuitif, très organique. Et puis toutes les complications de la vie arrivent. Pourquoi collectionnez-vous, pour quelle raison? Est-ce une passion? Vous savez, toutes les choses psychologiques et sociales qui font partie de ce monde sont très impliquées. C’est une machine intéressante. Mais il m’a fallu quarante ans pour réaliser que la majorité du marché de l’art concerne la décoration pour les riches.

Vous avez vraiment eu besoin de quarante ans pour réaliser cela?

Oui, cela m’a pris quarante ans. Parce que pour moi, l’art est une question d’art. Il s’agit d’un dialogue intérieur. Mais pour beaucoup, le but n’est que la décoration en surface… mais quand on regarde plus profondément, il y a aussi toutes sortes d’aspects psychologiques… ego, appartenance, se sentir bien d’être riche, se sentir membre de ce club. De plus, c’est devenu un événement international. Mais en fin de compte, le monde de l’art est un monde formidable. Vous pouvez voyager dans de beaux endroits, voir des choses importantes, rencontrer des gens amusants. C’est un jeu sain. Je suis tout à fait pour.

L’art est-il une sorte de clé d’un monde dans lequel vous ne pouvez pas entrer autrement?

L’art est vraiment une clé pour y entrer. Une fois que vous êtes dans le club et que vous parlez la langue, c’est un excellent moyen de rencontrer des gens partout dans le monde. Et cela comporte toutes sortes d’avantages psychologiques et financiers. Je pense que c’est précisément l’aspect psychologique qui rend la scène artistique si vibrante. Il y a beaucoup de gens puissants dedans, et si vous supposez que tout le monde n’est pas sur de soi, même les riches et les puissants, alors vous commencez à comprendre les ramifications de la collection d’art.

Avec le recul, il y a eu des collectionneurs fantastiques et brillants qui ont passé toute leur vie à collectionner. La tristesse dans ce pays, en Amérique, est que vous ne pouvez pas laisser une collection à la génération suivante. Le système fiscal américain rend cela impossible. Si je veux laisser ma collection, disons, à mes filles, je dois essentiellement l’acheter à nouveau. Il a été payé une fois, puis la génération suivante doit payer 50% de plus pour la garder. C’est pourquoi les collections importantes en Amérique ne se transmettent pas de génération en génération, comme elles le sont en Europe. À Rome, par exemple, on peut encore voir au moins vingt villas appartenant à la même famille depuis la Renaissance. Et elles abritent de merveilleuses collections d’art.

Plusieurs grandes collections ont éclaté ces dernières années en Amérique. En ce moment, ils dispersent la collection Taubman chez Sotheby’s. C’est une belle collection. Elle n’est peut-être pas pleine de chefs d’œuvre absolus, mais elle est pleine de grand art. Cette collection devrait être conservée quelque part au lieu d’être dispersée.

Les collections doivent être maintenues car l’activité de collecte est souvent visionnaire et façonne ainsi la perception. Cela nécessite également du timing. Soit vous avez des sommes infinies, soit vous avez acheté au bon moment. Je pense que Barnes est un excellent exemple dans ce pays, car il a amassé la meilleure collection de Cézanne au monde. Il l’a fait avant tout le monde, il le savait et il a agi en conséquence. Il a fouillé tous les pays du monde pour trouver Cezannes. Il l’a juste fait, et il a agi en conséquence… plus vite et mieux que quiconque. Cela se produit à chaque génération. Le collectionneur est une partie très importante de l’histoire de l’art, car un collectionneur visionnaire est aussi un critique.

Je passe la plupart de mon temps à collectionner, à compléter des collections, à remonter mentalement l’histoire.

Et d’une certaine manière, vous recherchez toujours les liens manquants?

Regarder, regarder et regarder. Je passe quatre ou cinq heures par jour sur l’ordinateur. Je ne cherche pas, je regarde juste. Je vais à différentes enchères, parce que je collectionne et négocie dans des domaines si différents. Je ne cherche vraiment rien; je cherche juste quelque chose que j’aime. Quelque chose d’important. Par exemple, j’aime la culture française, en particulier celle du XIXe siècle. Et, du point de vue de la collecte, en termes de capacité à trouver des choses, le moment est venu de se concentrer sur cette période. Parce que le domaine contemporain domine absolument en ce moment. Les gens riches ont de grands murs blancs et ils doivent les remplir d’art. Et il y a beaucoup de galeries vendant de l’art pour les murs blancs. Il y a un grand phénomène de mur blanc en cours. En conséquence, tout ce qui est lié à la culture française du XIXe siècle est vraiment démodé, ce qui est très important si vous voulez être collectionneur. Vous pouvez créer une meilleure collection lorsque les choses ne sont plus à la mode. Vous ne pouvez pas créer une collection de quelque chose pendant que c’est à la mode, car alors c’est très cher. Il y a un moment optimal pour collectionner, comme acheter Cézanne. Je suis peut-être complètement fou et faux, mais je suis convaincu que dans deux générations, les gens diront: «Il a acheté ce truc pour quarante dollars pièce. Incroyable….”

L’art d’aujourd’hui a pris une importance religieuse, car il est devenu inestimable. Si nous y réfléchissons, l’art n’a pas de prix – c’est 25 000 dollars, 300 000 dollars, deux millions…. Et les gens y croient vraiment.

Pensez-vous que les collectionneurs croient vraiment que l’art coûte quatre, dix, trente millions?

Ils y croient…. C’est un substitut concret à la religion, ou il complète la religion. Ou il complète un quelque chose de spirituel…. Je ne sais pas ce que c’est. Mais il y a des forces puissantes qui convergent quand l’art devient vraiment cher.

Est-il vrai que vous avez contribué au développement de la collection du Getty Museum?

Vous savez, c’est difficile à imaginer, mais en 1982, 1983, lorsque nous le faisions, la photographie n’était pas là où elle en est aujourd’hui. La photographie ne faisait pas partie du canon naturel de l’art du XXe siècle. Il y avait beaucoup de grandes collections de photographie au début, mais dans les années 1980, le marché était dans une profonde crise et les gens étaient assez convaincus que cela n’allait nulle part rapidement parce que la photographie ne pouvait pas se débarrasser de son image de ne pas être vraiment si importante. C’était comme si les peintures étaient là-haut, et la photographie là-bas. Mais c’est formidable de voir comment tout a changé en trente ans. Comme je l’ai déjà dit, le facteur crucial dans la création de toutes les grandes collections est le timing. Il arrive un moment où il y a beaucoup de matériel sur le marché et que tout le monde veut s’en débarrasser. Donc, c’était ce moment.

Parce que tout le monde pensait que la photographie n’avait plus de valeur sur le marché?

Non, cela avait de la valeur. Mais la valeur n’avait pas beaucoup changé depuis de nombreuses années et il semblait y avoir peu de demande. Les choses ont des hauts et des bas. Ça a toujours été comme ça. Il n’ya toujours pas eu de creux réel depuis 1995, mais avant cela, le cycle était tous les sept ou dix ans. Haut, bas, haut, bas. Très prévisible.

À ce moment-là, la photographie était à son point le plus bas. Il y avait beaucoup de bons matériaux sur le marché. Nous ne savions même pas combien il y en avait, ce n’était que le début d’un énorme moment – tout le monde voulait vendre. Et puis je suis allé au Getty, et j’ai dit que c’était ce que je pouvais faire parce que j’ai parlé avec tous ces gens. Et John Walsh, le directeur du Getty, a dit oui. C’est ainsi que tout a commencé. Nous avons acheté 14 collections différentes.

Combien de temps cela a-t-il pris?

Depuis le moment où j’ai contacté le Getty jusqu’au moment où cela a été annoncé publiquement, cela a probablement pris deux ans. J’ai voyagé dans le monde entier et le point culminant pour moi a été la collection Volker Kahmen de près d’un millier de tirages vintage d’August Sander (1876-1964). C’était le plus grand trésor de Sander au monde, et donc un trésor national pour l’Allemagne. Il y avait quelque chose de très puissant dans le fait de transporter légalement le patrimoine culturel d’un grand pays à un autre. C’était comme, wow… c’est sérieux.

L’Allemagne ne connaissait pas la valeur de la collection, pour lui avoir permis de quitter le pays?

Légalement, l’Allemagne ne pouvait pas l’arrêter, car les exportations étaient autorisées si elles n’avaient pas plus de 100 ans. Il fallait juste payer pour une licence. Plus que toute autre chose, cela vous indique simplement où se trouvait la photographie à l’époque. Aujourd’hui, la vente aurait été bloqué.

La collection que je crée activement en ce moment existe depuis plus de 20 ans. C’est une collection d’art préhistorique américain. J’avais collectionné de l’art précolombien au Mexique et en Amérique du Sud et, de temps en temps, j’achetais également des pièces d’Amérique du Nord parce que je sentais que c’était des avant-postes de la Méso-Amérique et il y avait des liens culturels d’une certaine manière. Il y a une hypothèse dans ce pays qu’il n’y avait rien en Amérique avant l’arrivée de Christophe Colomb … que c’était juste des singes transportant des roches, et j’ai dû vivre avec ce préjugé pendant des années avant qu’un jour j’aie mon moment a-ha: l’art préhistorique du Nord L’Amérique n’est pas du tout provincial. Il est sophistiqué et les motifs de la poterie sont de classe mondiale. Après une telle prise de conscience, vous voyez les choses d’une manière complètement différente. Mon intérêt pour le matériel a grandi et j’ai reconnu l’opportunité de collecter ce matériel, comme ce que c’était de collectionner la photographie dans les années 1970 … très peu de gens en étaient conscients et il y avait une abondance de matériel de qualité sur le marché sans concurrence, à bas prix.

Où trouvez-vous ces choses?

Vous les trouvez aux enchères partout dans le Midwest et le sud-ouest; certaines pièces aux enchères en Europe, certaines vendues par des marchants, certaines peuvent être trouvées sur Internet. De temps en temps, de grandes collections sont vendues. Auparavant, vous aviez besoin des galeries pour collectionner des œuvres d’art, car c’est là que les gens allaient avant Internet. Maintenant je fais ma collecte sur Internet. C’est formidable parce que vous pouvez couvrir autant de domaines – c’est tout simplement incroyable de voir combien de choses sont devenues disponibles de cette manière. Je suis un des premiers adeptes de tout cela, car la plupart des gens ont peur d’acheter quelque chose de cher sans le voir au préalable. Mais pour moi, s’il est bien photographié, je me sens à l’aise pour acheter en ligne. S’il y a un problème, j’appelle l’expert pour obtenir des tonnes de conseils. Ou je leur demande d’envoyer plus de photos. Les possibilités offertes par les photographies numériques d’aujourd’hui sont tout simplement infinies, car un appareil photo peut stocker tellement d’informations que c’est comme voir l’original.

Vous voulez dire que la révolution technologique a aussi en quelque sorte changé le monde de l’art?

Oui. C’est très efficace. Je suis sûr qu’à l’avenir, il n’y aura qu’une seule plate-forme pour échanger tous les arts.

Selon vous, quelle a été la chose décisive qui a changé le statut de la photographie dans le monde de l’art?

Je pense que ce qui a rendu la photographie populaire – pas populaire, mais acceptée – c’est que les grandes photographies sont bonnes sur de grands murs blancs. Cindy Sherman, Thomas Ruff, Andreas Gursky… vous savez, ce sont de très grands artistes, ils ont fière allure et ont permis aux collectionneurs de «passer le cap».

 Qu’est-ce qui vous fascine dans la photographie? Susan Sontag a dit un jour….

Non, s’il vous plait….

Vous n’aimez pas Sontag?

Je pense que c’est illusoire de regarder à travers les yeux des autres….

Pourquoi j’aime la photographie? C’est ce zap, cette secousse. Un jour, j’avais sept ans, j’ai pris une photo d’un coucher de soleil. Et c’est ça le premier choc. C’est la même raison pour laquelle je suis dans l’art. Il y a eu un moment, quand j’avais dix ans, où j’ai regardé Van Gogh à Paris et j’ai su que c’était tout pour moi. Je savais que ça ferait partie de ma vie. Je pense que l’art offrait aussi un «quelque chose» psychologique à l’époque. Cela m’a donné une voix alors que je n’en avais probablement pas. J’avais besoin de m’identifier à quelque chose, et la photographie était ma façon d’être connecté… identité, connexion – tout ce que cela signifie dans le monde adolescent. Je n’en ai plus aucune idée, mais une chose est claire: une fois que j’ai eu ce premier choc de la photographie, cela ne m’a jamais quitté. Même après cinquante ans, je regarde toujours des photos tous les jours. Je pense à elles tout le temps. Parce qu’il s’agit d’un nouveau domaine, des images inconnues sortent toujours sur le marché. La communauté de la photographie est un grand groupe de personnes. Nous sommes de bons amis, copains, collègues. Il y a une sorte de communauté parce que nous y sommes tous pour la même raison. Je ne peux pas expliquer ce que c’est, mais nous sommes tous des photographes et c’est notre langage. Peut-être que c’est encore quelque chose de psychologique, car c’est un langage commun. Si vous dites Watkins, tout le monde sait exactement ce que cela signifie…

Mais tous les champs ne sont pas identiques. J’adore le domaine des maîtres anciens car il est vraiment très proche et excentrique. Le domaine contemporain est un peu rude pour moi. C’est sérieux, avec beaucoup de gens très intelligents qui traitent avec beaucoup de gens très intelligents. Mais personnellement, pour moi, il ne s’agit pas de grands murs blancs. Il s’agit de ce qui me relie. Je ne m’attends pas à ce que quiconque soit d’accord avec mes goûts. Je me souviens toujours d’une chose: Van Gogh n’a pas vendu de tableaux de son vivant. C’est tout ce dont vous devez vous souvenir. Je peux me tromper complètement en termes de balayage de l’histoire. Les gens que j’aime ne seront peut-être jamais considérés, même pas une seule fois, mais je les aime et pour moi ce sont les plus grands. Peu importe ce qui se passe, car j’ai eu cette secousse, cette connexion. Je continue à chercher et à apprendre. C’est tout ce que je veux.

En fin de compte, collectionner, c’est apprendre. J’apprends à travers le visuel; Je n’apprends pas par les mots. J’aime aussi quelque chose que dit un excellent professeur, mais je suis une personne visuelle. C’est comme ça que je pense, c’est comme ça que j’assimile. Je ne veux pas lire, je veux voir.

Être ouvert et réceptif au nouvel art prend du temps. Il m’a fallu des années avant de pouvoir éliminer toutes les conneries de mes propres préjugés avant de pouvoir regarder objectivement l’art préhistorique américain. Comment cela a-t-il pu prendre autant de temps pour y arriver? Parce que le lavage de cerveau était vraiment si profond – si vous marchiez dans la rue et interrogiez quelqu’un sur l’art préhistorique américain, ils ne sauraient rien.

Mais comment pouvez-vous être sûr que votre collection d’art préhistorique américain est authentique? 

Tout d’abord, j’achète des contrefaçons, j’ai acheté des contrefaçons et je suis sûr que j’achèterai plus de contrefaçons. Cela fait partie du risque si vous collectionnez dans presque tous les domaines, nouveaux ou anciens. La plupart du temps, cela se produit lorsque vous n’avez pas fait vos devoirs. Vous devez être intelligent. J’ai des experts pour tous les domaines dans lesquels je vais. C’est crucial, car vous économisez ainsi beaucoup de temps et d’argent. Et, heureusement, il est toujours possible d’utiliser des tests spéciaux. Les rayons X vous permettent de tout voir, y compris les preuves de restaurations antérieures.

Mais surtout, je fais confiance à mon œil. Regarder très attentivement et voir si c’est faux ou non. L’une des principales raisons d’acheter des contrefaçons est l’ego. Comme, oh mon Dieu, je peux posséder un grand chef-d’œuvre. Les faussaires savent ce que vous voulez, et ils savent à quoi vous aspirer. Vous devez être très objectif avec vous-même. C’est en grande partie la première impression. C’est incroyable comment la première impression fonctionne vraiment. Si vous avez des doutes, des doutes lorsque vous le voyez pour la première fois, tournez la page. Ne revenez même pas. C’est une perte de temps.

Mais je suppose que vous y êtes parfois retourné après tout….

Absolument. Surtout dans le domaine dont je m’occupe, qui est l’art ancien. Vous ne pouvez pas traiter dans un domaine où les choses coûtent des milliers de dollars et être absolument certain. Avec de la pierre, vous ne pouvez pas en être certain, avec de l’argile c’est plus simple vous pouvez réellement la tester.

C’est une chose pour vous en tant que collectionneur d’acheter un faux, mais vendre un faux en tant que revendeur en est une autre.

Vous devez arrêter de traiter. C’est ce que vous devez faire. Il y a certains domaines, comme la pierre chinoise, où vous ne pouvez même pas commencer à traiter. J’ai vu des usines en Chine où ils fabriquent ces faux, et il y a beaucoup de choses brillantes, des milliers de pièces. Mais si vous collectionnez ces choses, il vaut mieux supposer qu’elles sont fausses que de supposer qu’elles sont réelles. Donc, si je regarde quelque chose, la première étape consiste à supposer que tout est faux. Ce ne sont des années d’expérience. On me propose des choses tout le temps. Certaines des personnes que je connais, d’autres que je ne connais pas. Même les minéraux sous leur forme naturelle peuvent être falsifiés. Tout ce qui est valorisé peut être truqué. Et maintenant, avec de très bonnes techniques de copie, cela devient de plus en plus difficile et risqué. Mais je prendrai souvent le risque.

Pourquoi?

Parce que je vais vraiment faire confiance à mon jugement et dire, OK, je pense que c’est réel. Cela me semble juste. Et vous devez vous faire confiance. J’espère qu’un jour je pourrai tester la pierre. La pierre est un gros problème. Il n’ya toujours aucun moyen de vraiment tester l’âge de la pierre. Il vous suffit de la regarder de très près de vos propres yeux. Regardez, regardez, regardez. C’est un risque total. Je sais que je le fais, je sais que c’est un risque, mais si cela s’avère réel, c’est un bel ajout. Il n’y a pas d’autre moyen. Et je suis sûr que tous les grands collectionneurs ont acheté des contrefaçons.

Il existe également de nombreux faux dans les collections des musées.

Oh oui. J’aimerais pouvoir être un marchand de tableaux de maîtres anciens, mais il y a trop à apprendre. À ce niveau, des contrefaçons et des copies… c’est très grave.

Voulez-vous dire que dans ce créneau, même votre propre œil averti serait incapable de distinguer un original d’un faux?

Non, mes yeux ne sont pas formés pour les maîtres anciens. Je les adore, mais je pense que c’est un domaine qui peut demander toute une vie pour apprendre. Il est trop tard pour moi.

Est-ce le domaine le plus difficile du monde de l’art à traiter?

Oui, pour moi, ce serait le plus difficile. Parce qu’il y a tellement de bons artistes dont vous n’avez jamais entendu parler mais qu’il faut replacer dans leur contexte. Il faut des années et des années de recherche. Je veux dire, juste voir tous les artistes des XVIe et XVIIe siècles à Rome seulement…. Ce serait vraiment amusant. Et c’est pourquoi j’admire ce domaine. Je pense que les gens doivent prendre beaucoup de risques.

Comment avez-vous formé votre œil en tant que revendeur?

Regardez, regardez, regardez, regardez…. À la recherche tout le temps. Seulement à la recherche. Ne lisez pas trop. Fondamentalement, le regard vous apprend. Cela se passe de différentes manières. Quand j’étais marchand de photographie dans les années 1970 et 1980, je suis allé à de nombreuses ventes aux enchères, car l’histoire de la photographie était alors en cours de réécriture. Des choses que personne n’avait même vues avant sont sorties, et toute la communauté photographique courait aux enchères. C’était la façon d’apprendre  juste aller et regarder ce qui sortait. Maintenant, tout est sur Internet, donc c’est encore plus facile car vous pouvez regarder toute la journée.

Et en gros, il n’est plus nécessaire d’assister physiquement aux enchères?

Non. En fait, je reçois assez souvent des commissions pour enchérir, mais je ne suis pas dans les salles. Je refuse d’être dans une pièce pendant la vente aux enchères parce que j’ai besoin de me concentrer sans avoir personne autour de moi et sans que mon ego intervienne .

La présence physique stimule l’ego?

Oui, parce qu’il y a des pensées comme «je peux dépenser plus d’argent que lui» et ainsi de suite. En tant qu’enchérisseur absent, il est beaucoup plus facile de se concentrer. Je ne peux plus enchérir dans les salles.

Mais vous aviez l’habitude de le faire? 

Oh, je l’ai fait pendant des décennies. C’est dans mon sang. Je viens d’une famille de chiffonniers juifs de l’époque de la dépression. Les ordures de quelqu’un d’autre sont mon trésor. Je pense que c’est très génétique. Je l’espère. Pourquoi pas?

Toutes les enchères sont désormais en ligne, regroupées dans différents portails. Il y en a cinq, six ou sept. C’est le meilleur endroit pour acheter de l’art, car le monde entier est là. C’est un marché aux puces international géant. Il faut tellement moins de temps pour trouver quelque chose à acheter de nos jours. C’est tellement efficace. C’est une bénédiction pour les collectionneurs.

Donc, en substance, ce que vous faites au jour le jour est de fouiller dans un énorme tas d’ordures? 

Oh oui! Des quantités infinies. C’est comme chercher de l’or. Vous vous améliorez, mais vous faites aussi d’énormes erreurs. Par exemple, je suis un grand fan de Bansky. Il était à New York, et alors que je traversais un parc un jour, j’ai remarqué un groupe de peintures que quelqu’un avait signé comme Bansky. Je suis devenu très en colère, parce que je le respecte vraiment et j’étais contrarié que quelqu’un les simule et capitalise sur sa renommée. Trois mois plus tard, je me suis réveillé au milieu de la nuit et j’ai couru vers mon ordinateur sous le choc – il s’est avéré que Bansky avait fait toutes ces peintures! C’étaient des originaux. Et j’étais là, au sommet de ma carrière, complètement dupe. Je me rappelle cela assez souvent, à quel point je suis stupide. Des choses que vous avez vendues, des choses que vous n’avez pas achetées, etc. C’est l’occasion de comprendre que vous n’êtes qu’humain, que vous pouvez faire beaucoup d’erreurs.

Et vous pouvez en rire?

Bien sûr, je ris, car je sais à quel point je suis un idiot. Parfois, vous pouvez être vraiment, vraiment intelligent et faire les choses extrêmement bien avant que quiconque le fasse, ou vous pouvez complètement manquer la cible. Vous savez, Sugimoto est venu dans ma galerie et m’a montré ses photographies. Et je ne voulais pas lui montrer. Une autre photographe à qui j’ai fait la même chose était Sally Mann. Je n’avais pas vraiment un grand œil pour la photographie contemporaine. Ce n’était pas le domaine sur lequel je me concentrais. Et le monde de l’art était très divisé à l’époque. Minimalisme, champ de couleurs, conceptuel, postmodernisme – tout le monde était dans un camp, comme dans un grand jeu de société. Cela n’existe plus. Une grande transformation s’est produite; tout est pareil tant que c’est bien sur un grand mur blanc.

Pendant de nombreuses années, vous avez gardé vos collections hors du public. Il y a quelque temps, les médias ont rapporté que vous vous préparez à ouvrir un espace artistique dans une ancienne prison de Yonkers à la périphérie de New York. Pourquoi?

Oui, c’est un grand changement dans ma vie. Tout ce que j’ai collectionné depuis quarante ans me sera désormais accessible… Je pourrai voir ce que j’ai collecté. Il a généralement été stocké, et maintenant il sera dans un “espace ouvert”.

Mais pourquoi avez-vous décidé de le faire?

Je viens de dire que je fais cela depuis quarante ans et j’aimerais voir ce que j’ai.

Alors, vous le faites pour vous?

Oui, c’était aussi simple que cela. Je voudrais simplement regarder tout cela et en profiter.

Mais peut-être que l’espace sera trop petit. Avez-vous calculé s’il y aura de la place pour vos 15 collections?

Il devrait y en avoir assez. Et je me débarrasse aussi de certaines choses de temps en temps. Je m’attends à ce qu’un jour la céramique chinoise se vendra et que l’art précolombien se vendra. Quand le temps viendra.

En tant que marchand, est-il facile pour vous de dire adieu aux œuvres d’art de votre propre collection?

Sûr. Mais ce n’est pas un problème avec la plupart des choses. Habituellement, les éléments qui entrent dans une collection sont destinés à rester en tant que collection. Et puis vient le temps de passer à autre chose. C’est le cycle. Habituellement, lorsque vous terminez votre propre cycle d’études à ce sujet, vous avez complètement compris quelque chose et cela fait partie de vous – alors vous pouvez laisser aller. Je ne pense pas aux objets de ma collection comme des objets que je possède. Non, je ne pense pas à posséder ces pièces. Je pense à les avoir pendant une période pour apprendre, puis passer à autre chose. Posséder n’est pas le but. L’apprentissage l’est.

Et, lorsque vous les laissez partir, est-ce important pour vous où ils aboutissent?

Oui, il est important pour moi où ils vont et aussi que les gens puissent les voir. Je ne peux pas imaginer ne pas collectionner. Je ne peux pas imaginer ne pas m’intéresser aux choses. C’est juste un luxe comme l’opéra. La première fois que j’ai vu de l’art dans un musée, c’était génial, et vous pouvez le posséder? Vous savez, c’était vraiment aussi simple que cela. Le monde de l’art est un environnement vraiment formidable, car tout le monde en vit. Vous avez également trouvé une vie, en écrivant simplement sur des fous comme moi!

Indéniablement. Parfois, j’ai l’impression de devenir moi-même une sorte de collectionneur. Je collectionne les conversations.

Bien sûr, vous l’êtes.

Vous souvenez-vous encore de tout ce que vous avez dans vos nombreuses collections?

Non. Ce sera intéressant quand j’aurai tout dans la prison. Ensuite, il y aura de nombreux moments à retenir. Il existe également de nombreuses collections dans une collection. Lors de l’achat de groupes plus importants, je me dis souvent: «Est-ce que cela ferait un livre intéressant?» J’ai récemment acheté une collection de 60 négatifs en verre d’Ellis Island, et c’est une sorte de nostalgie, et cela a un lien avec mon passé, car c’est ainsi que ma famille est arrivée en Amérique. Ça pourrait être mon grand-père là-bas.

Comment gérez-vous toutes vos collections? Avez-vous un conservateur?

Nous sommes très organisés. Tout est digitalisé et accessible. Pour ce faire, il faut trois personnes: la gestion de l’information, la logistique et la comptabilité.

Arrive-t-il un moment où vous pouvez dire qu’une collection est complète?

Oui. Dans ma façon de collectionner, une collection doit avoir et doit accomplir beaucoup de choses avant d’être terminée. Elle doit avoir de l’ampleur et de la profondeur et elle doit contenir des chefs-d’œuvre. Et puis, quand vous ne pouvez plus y ajouter parce qu’aucune pièce ne sera meilleure que la dernière, alors c’est fini. Mais je continue d’ajouter à certaines collections même quand elles sont terminées. «More is more» est une notion avec laquelle je suis très à l’aise. Comme ma collection minérale, je la mesure en tonnes.

Quelle est la particularité du quartz?

La nature est le plus grand artiste. La plus grande expérience artistique au monde est la foire aux minéraux de Tucson en Arizona chaque février. Elle occupe toute la ville, des kilomètres et des kilomètres de minéraux. Des gens du monde entier viennent acheter des minéraux. C’est incroyablement excitant, car vous en voyez tellement.

Y a-t-il des différences dans le processus de choix de l’art et des cristaux?

C’est le même. C’est basé sur l’esthétique. Regardez-le. L’art a son propre récit, tout comme les minéraux. Parfois, il peut y avoir cinq ou six chapitres différents de l’histoire géologique en un seul morceau. J’aime particulièrement les «plaques». Elles sont incroyablement belles.

Mais vous n’achetez pas de cristaux sur Internet, n’est-ce pas? 

Presque toujours, surtout de Chine. Il existe de nombreux revendeurs en Chine, en Inde et en Russie.

Vous n’avez pas besoin de lumière pour les évaluer?

Non, vous avez juste besoin d’une photo.

Selon vous, quelle est la responsabilité d’un collectionneur, le cas échéant?

Aucun. Je respecte l’ordre du jour de chacun. Je ne dépense jamais l’argent des autres. Ils peuvent faire ce qu’ils veulent. Je pense que la seule responsabilité – n’appelons pas cela une responsabilité, c’est une préférence est de ne pas l’enterrer, mais de la partager. Laissez les gens voir ce que vous avez, donnez-leur accès. Cela ne veut pas dire leur ouvrir ma vie, mais si vous avez des choses qui ajoutent à l’histoire de l’art, il ne faut pas les garder secrètes. Les gens devraient les connaître. Les gens devraient les voir. C’est la seule chose.

L’ancienne prison sera-t-elle ouverte au public?

Pas pour le grand public, seulement pour les professionnels, les directeurs de musée, les conservateurs, les collectionneurs, etc. Je veux que le public voie ce matériel, mais c’est une tout autre affaire et je laisse cela aux musées, où j’espère que mes collections finiront par résider.

Pourquoi ne voulez-vous pas l’ouvrir au grand public, comme un musée?

Je ne suis pas intéressé à passer mon temps à enseigner. Je suis intéressé à passer mon temps à collectionner. Je suis accro.

Il n’y a pas de remède?

Bien sûr, il existe un remède: plus d’argent. Mais tant que vous pouvez y être, c’est un domaine rempli de plaisir et d’opportunités. C’est plus amusant de trouver quelque chose à ajouter à votre collection que d’acheter des parts d’IBM. C’est la même activité, mais sans inconvénient. Cela garde l’esprit actif et vous obtenez quelque chose de beau. Et cela offre un dialogue intérieur. Quand on collecte, ça continue – pourquoi ai-je fait ceci ou cela, comment ai-je fait ceci ou cela, pourquoi ce langage est-il resté ainsi, et ainsi de suite…. En outre, toutes les collections sont en grande partie liées les unes aux autres.

Si vos collections finissent par aboutir dans un musée, sera-t-il important pour vous que votre nom y soit associé?

Pourquoi pas? J’ai un ego, mais ce ne sera pas un facteur décisif. Mais d’une certaine manière, cela aiderait vraiment. J’adorerais laisser une marque et une réputation de grand collectionneur, car cela aide à construire une bonne provenance. Sur le plan professionnel, et compte tenu de la réalité des choses et de la forme du pouvoir dans ce monde, ce serait formidable d’avoir un nom reconnu. J’adorerais si tout ce qui était nécessaire pour qu’une pièce ou une collection ait de la gravité était «Provenance: Daniel Wolf».

 

Par Una Meistere, Arterritory.com

Una Meistere est rédactrice en chef du magazine «Arterritory Conversations with Collectors» et directrice du site Web d’art et de culture Arterritory, qui se concentre sur l’art balte, scandinave et russe.

Merci de vous connecter ou de créer un compte pour lire la suite et accéder aux autres photos.

Installer notre WebApp sur iPhone
Installer notre WebApp sur Android