Rechercher un article

Adieu Göksin –par Yan Morvan

Preview

C’est une grande douleur, une très grande douleur, quand Didier Rapaud mercredi matin m’a annoncé la perte de Göksin Sipahioglu.
Un homme d’une grande générosité, d’une grande patience qui m’avait accueilli en août 1980 de retour de Bangkok, après six mois de descente aux enfers, et m’avait fait confiance.
Je le quittais en janvier 1988, peu avant qu’il quitte les bureaux de la rue Roquépine pour les somptueux locaux de la rue Murat. Mais déjà presque tous les photographes qui avaient fait la réputation de l’agence l’avaient quitté.

This content is for Abonnement annuel et Abonnement mensuel members only.
Log In Register

Merci de vous connecter ou de créer un compte pour lire la suite et accéder aux autres photos.

Installer notre WebApp sur iPhone
Installer notre WebApp sur Android