Rechercher un article

Thames & Hudson : Vivian Maier

Preview

L’arrière-pays énigmatique de Vivian Maier par Sean Sheehan

L’histoire a maintenant été racontée à maintes reprises : une personne ne paye plus le garde meuble, le contenu est mis aux enchères et une aubaine de films, de négatifs et de tirages non développés est révélée. Lorsqu’une partie du matériel est publiée sur Internet, on découvre que le photographe inconnu est une femme, Vivian Maier, une résidente de Chicago où elle a vécu pendant cinquante ans.

La majorité des tirages fait durant la vie de Maier étaient des paysages français, le pays que sa grand-mère avait quitté et où Vivian a acheté son premier appareil photo lorsqu’elle s’y est rendue en 1950 pour réclamer un héritage. Photographe autodidacte, elle a poursuivi son passe-temps après son retour à New York et a obtenu un emploi stable en tant que nounou. L’achat d’un Rolleiflex, tenu à hauteur de taille, a permis de prendre des photos discrètes dans les rues de la ville – elle les a appelés « safaris de tir » – et a encouragé son penchant pour les autoportraits sur des surfaces réfléchissantes. Après un déménagement sans intérêt en Californie, elle est arrivée par hasard à Chicago où elle s’est installée, à nouveau en tant que nounou, a poursuivi sa passion pour la photographie et a pris six mois de congé pour voyager à travers le monde en tant que passagère sur un cargo.

Maier est passée aux Leicas et aux diapositives couleur au milieu des années 1970 et a commencé à faire des films Super 8 avec un lecteur de cassette audio à la poursuite d’interviews avec des inconnus et des personnes qu’elle connaissait. La thésaurisation est devenue obsessionnelle et ses économies ont été déployées pour louer un espace dans un garde meuble pour ce qui est devenu un portefolio de plus de 140 000 images. Revenant rarement pour les voir ou les partager avec d’autres, la passion de Maier pour la photographie est restée clandestine, son propre territoire secret énigmatique.

Vivian Maier, initialement publié pour accompagner une exposition de son travail au Musée du Luxembourg qui s’est achevée en janvier 2022, est le témoignage éloquent d’une photographe sui generis de premier ordre. Ce qui l’a poussée à poursuivre une vocation de vie largement cachée et qui a influencé son approche de la prise de photos reste inconnue. Son œil vagabond était omnivore et son champ de vision largement ouvert aux événements sociaux et politiques ainsi qu’aux célébrités du cinéma, à la haute société de la Cinquième Avenue mais aussi aux vies marginales dans les quartiers miteux et aux criminels amenés dans les commissariats. Une généalogie de son style de photographie suggère le travail de Diane Arbus, Helen Levitt et Weegee mais ils ne peuvent pas définir ou expliquer Maier.

La richesse des photographies de Vivian Maier est divisée en huit sections : certaines ont des titres évidents (« Portraits », « Streets », « Color ») – tandis que d’autres (« Gestures », « Cinematic », « Forms ») soulignent l’hétérogénéité de leur contenu. Les trois rédactrices en chef, Anne Morin, Christa Blümlinger et Ann Marks, contribuent chacune à un essai contenant des informations instructives sur la nature singulière de la vie et de l’œuvre de Maier. Morin s’appuie sur une foule de références, du film de Samuel Beckett à des penseurs comme Levinas et Virillio, pour aider à élucider la qualité de l’œuvre de Maier; Blümlinger se concentre sur son travail cinématographique ; et Ann Marks fournit une biographie utile qui s’en tient aux faits fascinants sans succomber au mythe.

Sean Sheehan

Vivian Maier est publié par Thames & Hudson.

Merci de vous connecter ou de créer un compte pour lire la suite et accéder aux autres photos.

Installer notre WebApp sur iPhone
Installer notre WebApp sur Android