Rechercher un article

New York : William Gedney, Tous les faits finissent par mener à des mystères

Preview

Une exposition d’importantes photographies de William Gedney faites dans le Kentucky et les Etats-Unis dans les années 1960 et 1970 sera à l’affiche à la Howard Greenberg Gallery jusqu’au 19 Mars 2016. William Gedney: Tous les faits finissent par mener à des mystères comprend les portraits intimes de l’artiste de mineurs sans travail et de leurs familles dans le Kentucky rural, des scènes de la culture hippie de San Francisco, et ses photos de rues solitaires la nuit faites pendant ses voyages à travers les Etats-Unis.

Gedney a été très apprécié de son vivant, bien que son travail n’ait pas été bien connu au-delà d’un petit cercle de ses collègues et de commissaires d’exposition, parmi lesquels les photographes Lee Friedlander et Raghubir Singh, et John Szarkowski qui a organisé Eastern Kentucky and San Francisco: Photographs by William Gedney (1968) au Musée d’Art moderne de New York. Gedney est mort du sida en 1989. L’exposition à la Howard Greenberg Gallery comprendra certaines de ses premières oeuvres, qui n’ont pas été vues depuis près de quarante ans.

Simples et directes, les photographies élégantes de Gedney récompensent le spectateur grâce à l’attention particulière que porte le photographe à des personnes vivant en dehors de la bonne société.  Comme Szarkowski l’a indiqué dans le communiqué de presse pour l’exposition de 1968, “les photos de Gedney nous montrent clairement que les individus sont plus complexes et plus intéressants que les clichés.” Les photographies de Gedney nous révèlent un point de  vue sympathique et élégant sur ses sujets; elles dépeignent avec la même sensibilité des hommes du Sud qui réparent leurs voitures , des enfants qui se lavent sur un porche dans le Kentucky, et des hippies au beau milieu d’une foule à San Francisco. Les photos nocturnes de Gedney – des voitures à l’arrêt et des maisons dans des rues vides – sont dépourvues de personnes et de mouvement et traduisent un sentiment  universel de solitude douloureuse.

Gedney écrivait sans cesse et tenait des journaux intimes, dont certains seront également exposés à la Galerie. En 1962, il écrit:
Ce qui m’importe surtout, est d’appréhender le pouls et le mode de vie des gens, et de voir leurs visages quand ils chantent à leurs mariages, pendant les récoltes et les funérailles; et à partir de toutes ces associations, de distiller et de préserver quelque chose de plus important qu’une chanson sur un disque, quelque chose qui aille au-delà de la musique et des mots, une essence abstraite qui demeurera une force de vie en vous.

En 1992 les archives de Gedney, qui comprennent des milliers de photographies et écrits, ont été données à l’Archive of Documentary Arts à la David M. Rubenstein Rare Book & Manuscript Library, à la Duke University à Durham, en Caroline du Nord.

EXPOSITION
All Facts Eventually Lead To Mysteries
William Gedney
Du 5 février au 19 mars  2016
Howard Greenberg Gallery
41 East 57th Street, Suite 1406
10022 New York
Etats-Unis
http://www.howardgreenberg.com

Merci de vous connecter ou de créer un compte pour lire la suite et accéder aux autres photos.

Installer notre WebApp sur iPhone
Installer notre WebApp sur Android