Rechercher un article

Michel Haddi : Anthology – Legends

Preview

Je dois l’admettre, j’ai attrapé au vol l’obsession de faire des images depuis mes vingt ans. L’histoire est anecdotique. Étudiant, je me baladais moustache au vent près du Dôme à Montparnasse quand, de l’autre côté, du boulevard j’ai vu sur le kiosque à journaux présent depuis des lustres, une couverture de Vogue avec un mannequin en cire. Miracle ou épiphanie de jeunesse, ma tête fit trois tours sur elle-même.

Je suis comme un chien faisant des cercles à la manière d’un derviche tourneur, j’aboie, je suis même à deux doigts de pisser contre un arbre. « Enfin Michel, un peu de tenue je vous prie, tenez votre rang », me dis-je.

Cette image m’avait interpellé, ma voie était alors tracée comme la Voie lactée. Le photographe qui avait réalisé la couverture – je vous le donne en mille – était Helmut Newton. La raison de mon enthousiasme était plus simple que ça, ce n’était pas celle d’un idiot qui tombe en pâmoison devant son gourou ou son maître à penser, je me disais « S’il fait des images aussi folles, j’en ferai aussi, j’ai des chapelets d’idées. »

Toute ma carrière à travers le monde a été basée sur cela : faire des photos, surprendre, et non pas devenir un dandy de cour qui est là comme une potiche à miauler.

J’ai eu la chance de travailler pour les meilleurs magazines du monde, d’avoir mon nom en haut de l’affiche. Mon très cher Jean-Jacques Naudet m’a même envoyé sur un projet à la Légion étrangère – vous me direz cela n’a rien à voir avec mon univers – eh bien si : j’aime la beauté, peu importe où elle se trouve, et les légionnaires sont beaux.

Si je devais mourir demain après la sortie de ce livre, mes dernières paroles seraient : « Est-ce que j’ai aimé ? Oui. Est-ce que j’ai été un homme honorable ? Oui. Et surtout, est-ce que j’ai aimé être   photographe ? Bien entendu. »

Si c’était à refaire, je referais la même chose. En changeant simplement une variable :   provoquer plus, beaucoup plus, jusqu’à plus soif comme un alcoolique de comptoir.

Ah j’oubliais, j’adore remercier les gens que j’aime. Ma douce, ma tendre amie, ma muse Marisa Berenson qui m’a envoyé un rayon de soleil en écrivant la préface, que du bonheur n’est-ce pas…

À la mort d’Helmut Newton, j’ai été dans le cimetière à Berlin où il repose. Pour photographier sa tombe fleurie. Vous savez qui est près de lui pour l’éternité ? Marlene Dietrich.

J’appelle cela une mort élégante.

Michel Haddi

 

Michel Haddi : Anthology – Legends

Editeur : Yuri & Laïka

Dimensions : 9.33 x 1.22 x 11.5 inches

ISBN-10 : 2490945017

ISBN-13 : 978-2490945016

Contact éditeur : comm@yurietlaika.fr

https://www.amazon.com/Michel-Haddi-Anthology-LEGENDS-French/dp/2490945017

 

Merci de vous connecter ou de créer un compte pour lire la suite et accéder aux autres photos.

Installer notre WebApp sur iPhone
Installer notre WebApp sur Android