Rechercher un article

Kenro Izu : Requiem pour Pompei

Preview

En attendant de revoir directement les 55 photographies inédites que Kenro Izu a données à la FMAV – Fondazione Modena Arti Visive, un aperçu virtuel peut être consulté grâce aux clips vidéo dédiés à l’exposition au FMAV MATA (www.fmav.org/mostre-e-attivita/). Requiem for Pompei traite de la ville antique et de la fascination subtile des ruines que l’éruption du Vésuve a laissées en 79 après JC. En outre, Kenro Izu a composé ses images, y compris les moulages des victimes (le corps d’argile de ceux qui vivaient autrefois ici) dans la pitié, le respect et la compassion, comme s’il regardait la scène à travers les pietas des anciens. L’exposition, organisée par Chiara Dall’Olio et Daniele De Luigi, est co-promue par le parc archéologique de Pompéi.

L’idée de Kenro Izu n’est pas une simple documentation des ruines de Pompéi, aussi fascinante et célèbre soit-elle. Au lieu de cela, son objectif est de souligner l’atmosphère suspendue de cet endroit même, rappelant en quelque sorte les sentiments que Giuseppe Fiorelli a ressentis en découvrant le drame inclus dans chacun de ces moulages, qui étaient autrefois des humains. En effet, leurs corps sont restés dans la même position que lorsque le flux pyroclastique les a frappés et la forme de leurs corps a été préservée, étant recouverte de couches de cendres.

Lors de son premier voyage en Égypte, en 1979, Kenro Izu a été émerveillé par le sens de la transcendance communiqué par les ruines: c’est le tout début d’une de ses séries les plus célèbres, Sacred Places, qui a relié bon nombre de ses «campagnes» photographiques dans certains des sites archéologiques les plus connus au monde.

Les gens demandent souvent à Kenro Izu la signification de son travail sur les monuments. «C’est ce qui se rapproche le plus de quelque chose capable de durer éternellement (malgré le fait que même) la pierre n’est pas éternelle, comme nous l’enseigne le bouddhisme. Notre propre vie, la vie d’une fleur, même celle d’une pierre ne sont qu’un instant dans l’éternité », explique Izu.

Requiem for Pompei est un projet qu’il a commencé en 2015, en collaboration avec la Fondazione Fotografia Modena, dédié à la ville campanienne. Comme l’expliquent les commissaires Chiara Dall’Olio et Daniele De Luigi, «Kenro Izu, a l’extraordinaire capacité de faire tomber les murs du temps, reliant nos esprits à ceux des gens du passé. Sa prière pour Pompéi nous rapproche des victimes de cette lointaine tragédie, mais, comme le souligne l’artiste, elle nous rappelle en même temps des calamités similaires qui pourraient survenir à tout moment et en tout lieu du monde aujourd’hui ».

Comme le dit Daniele Pittèri, le directeur du FMAV, «grâce également à l’extraordinaire noir et blanc de ses images, Kenro Izu compose la partition d’un requiem pour la civilisation contemporaine à travers les traces humaines qu’il disperse parmi les ruines de Pompéi, emportées par la violence de la nature (…). Kenro Izu utilise le contraste entre l’immobilité des corps humains pétrifiés et les ruines monumentales qui sont devenues une partie du paysage et de la nature environnante, ainsi que la staticité «définitive» de ses images, pour imaginer un avenir amer pour l’humanité, avec son inconscience au passé et l’incapacité de réaliser les conséquences de ses actions. ”

«Les moulages en plâtre de Pompéi, idée originale de Giuseppe Fiorelli, ont toujours éveillé la curiosité (…). Nous pouvons nous souvenir et avoir pitié des victimes de l’éruption, grâce à cette forme qu’il a réussi à donner à la douleur de la mort. Pompéi est donc déjà un Requiem pour ceux qui ont vécu cette tragédie. Mais plus encore, il s’agit d’une réflexion sur l’impuissance de l’humanité (…) devant notre sort. Avec ses photographies touchantes, (…) Izu parvient à raviver ce profond sentiment de compassion envers le drame humain préservé par la cité antique. (…) », Ajoute Massimo Osanna, directeur du parc archéologique de Pompéi.

 

Requiem: Le livre

Requiem est le livre de Kenro Izu, publié simultanément avec l’exposition de Modène. Il comprend 72 images et contributions de Malcolm Daniel (Gus et Lyndall Wortham Curator of Photography, The Museum of Fine Arts, Houston), Massimo Osanna et Filippo Maggia.

«La cendre tombait maintenant (…) Une noirceur dense se profilait derrière nous, nous poursuivant comme un torrent déversé sur la terre (…). Nous nous sommes levés encore et encore pour secouer les cendres, sinon nous aurions été couverts et même écrasés par le poids ». C’est la scène terrifiante décrite par Plinius le Jeune. Comme le souligne Malcolm Daniel, la lettre envoyée par Plinius à Tacite, «est le seul récit d’un témoin oculaire survivant à l’éruption du Vésuve». Et ces cendres ont fait de Pompéi une «capsule temporelle unique scellée avant que quiconque puisse envisager ce qui était ou n’était pas digne d’être préservé pour l’avenir».

Quant aux autres endroits qui ont fasciné Izu, le temps était un élément essentiel des photographies d’Izu, même pour Pompéi. Bien qu’il ait utilisé un appareil photo numérique moyen format, il a également pris des photos avec son appareil photo grand format. Et cela prend du temps. Je ne veux pas seulement dire que le temps de pose, car inclure tout le sublime dans un plan, est un processus lent, comme l’a si bien dit Stendhal.

«L’œuvre d’Izu n’est ni une réinterprétation historique fictive (…) ni une photographie mise en scène; c’est plutôt un hommage au peuple de Pompéi et d’Herculanum », ajoute Filippo Maggia.

Le livre est un texte bilingue, publié par Skira editore (120 pages, 72 images).

Paola Sammartano

Paola Sammartano est journaliste, spécialisée dans les arts et la photographie, basée à Milan

 

Kenro Izu: Requiem pour Pompéi

6 décembre 2019-30 mai 2020

FMAV MATA – Ex Tobacco Factory

via della Manifattura dei Tabacchi 83

2041121 Modène, Italie

www.fmav.org

www.fmav.org/mostre-e-attivita

 

 

Merci de vous connecter ou de créer un compte pour lire la suite et accéder aux autres photos.

Installer notre WebApp sur iPhone
Installer notre WebApp sur Android