Rechercher un article

John Greiner-Ferris

Preview

À l’école, on nous a appris à faire bien exposer et bien imprimer. Nous n’avions pas le droit d’utiliser le flash. Nous ne pouvions même pas intituler nos propres images; le travail devait être complètement autonome. La matière? Nous étions scolarisés pour le National Geographic et le Topeka Capital Journal. Il m’a fallu des années pour éliminer ces contraintes de mon travail, cette vision étroite de ce qu’une photo est supposée être, plutôt que d’une vue étendue de ce qu’une photographie peut être.

J’aime ces images parce qu’elles ne sont pas “romancées”. Elles ne sont pas abstraites. Elles sont ce qu’elles sont: couleur et ligne, forme, texture, ton, lumière et ombre. J’ai commencé cette série à la fin de l’été 2017. Je suis devenu compulsif et obsédé par la prise de vue comme celle-ci. Je pensais en photographier quelques-uns de plus, puis passer à autre chose, mais j’ai continué à photographier en hiver (et je continue à les photographier jusqu’à ce jour.) La première chose que j’ai constatée, c’est que, bien que la Nouvelle-Angleterre soit connue pour son automne brillant, les bois aussi deviennent très argentés. Et après de longues réflexions, je suis finalement arrivé à la conclusion que ce projet était ma tentative de trouver la beauté et l’ordre dans le chaos, ce que je vois dans le monde à l’heure actuelle. 

 

www.johngreinerferrisstudio.com

Merci de vous connecter ou de créer un compte pour lire la suite et accéder aux autres photos.

Installer notre WebApp sur iPhone
Installer notre WebApp sur Android