Rechercher un article

Gregor Sailer : Mise en scène. De la série Potemkin

Preview

Espacio / Jhannia Castro, à Porto présente l’exposition Staged. De Potemkin du photographe autrichien, Gregor Sailer.

Pour décrire l’art de la façade, il y a le terme Potemkin Village. Le terme décrit et constitue une imposture. Il désigne des villages suggérés par de fausses façades pour cacher la misère à la tsarine lors de son voyage à travers les nouvelles régions occupées de Crimée en 1787. Ce mensonge a longtemps circulé pour discréditer Grigori Aleksandrovitch Potemkine, commandant en chef de l’armée russe et amant de Catherine II. Cependant, ce qui était une falsification de l’histoire à la fin du XVIIIe siècle est présenté comme la vérité au début du XXIe siècle. En fait, Gregor Sailer l’a trouvé dans la Russie d’aujourd’hui, dans des villes dont toutes les avenues ne sont constituées que de grandes toiles qui font croire à l’existence d’immenses complexes de bureaux, comme au pied de l’Oural, à Oufa, installés à l’époque du sommet des BRICS et l’Organisation de coopération de Shanghai en 2015, où ils ont imité les datchas, comme ce fut le cas à Souzdal en 2013, lors d’une visite du président Vladimir Poutine.

Le style du photographe Gregor Sailer s’inscrit dans le “style documentaire” avec une approche rationnelle de la réalité, révélatrice, de l’architecture et des structures sociales qui nous guident, portée notamment par l’ambition d’affirmer certaines vérités sur les relations de pouvoir qui nous régissent. Ce qui qualifie la série The Potemkin Village, outre les travaux de recherche très avancés, c’est la rigueur de la composition des images, l’homogénéisation des couleurs et des lumières, pour que nous glissions en douceur du désert de Mojave aux plaines enneigées de Suède . Avec cette série, Gregor Sailer parvient à placer au même niveau des univers très divers pour composer le sien: un monde de façades dépeuplées et absurdes, conçues pour la destruction, le mensonge ou tout simplement les dommages collatéraux d’une économie qui tente de se sauver par l’excès.

 

Gregor Sailer est né à Schwaz, Tyrol, Autriche. Il a étudié la photographie à l’École de photographie de Prague et à l’École de photographie et d’optique de 2001 à 2002. Jusqu’en 2007, il a étudié le design en communication, le focus sur la photographie et le film expérimental, à l’Université des sciences appliquées et des arts de Dortmund, où Il a également étudié la photographie de 2012 à 2015.

Depuis 2005, il vit et travaille au Tyrol en tant que photographe et designer.

Depuis qu’il a commencé à travailler en tant que photographe, il a remporté de nombreux prix tels que DAM Architectural Book Award 2018, European Architectural Photography Prize 2017, St.Leopold Friedenspreis en 2016. Il a déjà exposé partout dans le monde, en particulier sa dernière œuvre ” The Potemkin Village ”a été exposé au Centre de la Photographie à Genève, Suisse; à la Freelens Galerie, à Hambourg, Allemagne; à la Galerie Fotografic, à Prague, République tchèque; lors des Rencontres d’Arles, en France; à la Kehrer Galerie, à Berlin; et au FO.KU.S, Foto Kunst Stadtforum, à Innsbruck, en Autriche.

 

Gregor Sailor : Staged. From the Potemkin Series

14 mars – 2 mai

Espacio/ Jhannia Castro

Rua Adolfo Casais Monteiro, 16 (Oporto)

https://espaciojhanniacastro.com/

 

 

 

 

 

Merci de vous connecter ou de créer un compte pour lire la suite et accéder aux autres photos.

Installer notre WebApp sur iPhone
Installer notre WebApp sur Android