Rechercher un article

Berkeley: Ken Schles–Invisible City

Preview

La connaissance que nous pouvons avoir d'un lieu vient principalement de sa fréquentation ; des rencontres intéressantes que nous y faisons ; de ses murs, de ses rues et des gens que nous y croisons – et sur les images que nous mettons sur chacun de ces stimuli. Le monde s'insinue en nous : il colore et transforme la manière dont nous voyons les choses et ce que nous savons. Il nous change. Mon livre, Invisible City, portait sur ma présence à un endroit et à un moment particuliers : New York, dans les années 80, là où une révolution était en train d'éclore. C'était le lieu de naissance du mouvement no-wave, du punk et du hip-hop ; la scène artistique underground de l'East Village, les bars illégaux et les clubs éphémères, les galeries d'art, les immeubles en ruine, les grèves de loyers, les squats, les gens qui occupaient le dédale du métro, les junkies et les accros au crack ; la misère et la violence. Le nouveau fléau du sida avançait sournoisement ; des amis commençaient à mourir. Je trouvais alors un certain réconfort à photographier ma vie, sans savoir ce qui allait se passer ou ce que devais faire. Invisible City est introduit par un texte de l'historien et philosophe (et camarade new-yorkais) Lewis Mumford.

This content is for Abonnement annuel et Abonnement mensuel members only.
Log In Register

Merci de vous connecter ou de créer un compte pour lire la suite et accéder aux autres photos.

Installer notre WebApp sur iPhone
Installer notre WebApp sur Android