Rechercher un article

Arthur Tress : In Recess : Écoles Fermées du Nord de la Californie

Preview

C’est formidable de recevoir des nouvelles d’un photographe que vous avez aimé et qui semblaient avoir disparu.

C’est ce qui vient d’arriver avec Arthur Tress le photographe surréaliste américain, star d’Arles dans les années 70 et 80, ami et complice de Michel Tournier.

Sont apparus sur l’écran ces images et ce texte :

 

In Recess (En Récréation) : Écoles Fermées du Nord de la Californie

En mars 2020, j’ai commencé à chercher un projet Covid approprié, et j’ai pensé que j’essaierais de photographier la fermeture complète des nombreuses écoles locales de la région de la baie de San Francisco.

Cela semblait relativement sûr, car souvent lorsque j’arrivais masqué pour photographier, après avoir trouvé les écoles sur Google Maps, les institutions étaient complètement désertées moi-même la seule personne sur les lieux pendant des heures, ou jusqu’à ce qu’un un gardien surpris ou un agent de sécurité furieux ne me chasse.

La plupart du temps, je devais faire des photos à travers les clôtures en mailles métalliques entourant les bâtiments, mais souvent les terrains extérieurs de l’école étaient encore partiellement ouverts au public, de sorte que je pouvais accéder à l’ensemble des zones du campus sans problème.

Ces vastes espaces vides donnaient un sentiment étrange presque surréaliste comme un De Chirico , car ils semblaient avoir étés soudain désertés et rapidement abandonnés, avec des bureaux ou des chaises éparpillés dans les cours d’école, aux côtés de manuels de classe laissés dans des cartons trempés par la pluie.

Les jardins de l’école «écologiques» étaient devenus rapidement envahis par les mauvaises herbes en raison de la négligence tandis que les terrains de sport étaient un chaos de piles de poteaux de but et d’équipement de baseball oublié.

Secouer par le vent, les commandes obligatoires de port de masque Covid et des panneaux recommandant des distances de 2 mètres pendaient à des morceaux de ruban déchirés.

Les toboggans, les balançoires et les structures de jeu étaient encordés par des mètres de ruban jaune signalant «ATTENTION».

Des morceaux occasionnels de pulls molletonnés, de casquettes, de dessins d’enfants ou de jouets avaient été oubliés dans un coin étrange.

les vastes parkings vides étaient fermés par des avertissements “Pas d’Intrusion”, “Campus Fermé”.

Les panneaux électroniques d’annonces qui clignotaient toujours pour personne, avaient des messages d’espoirs désespérés: “Vous nous manquez”, “Rendez-vous en septembre”.

Tout cela donnait une impression des séquelles d’un film catastrophe… un Tchernobyl à nos portes… un endroit silencieux condamné attendant tranquillement peut-être que les étudiants exilés reviennent un jour.

Au fur et à mesure que je poursuivais le projet, j’ai pris conscience de certaines implications d’inégalité sociale. Il est vite devenu évident que les écoles des zones économiquement défavorisées étaient plus gravement délabrées et décrépites, avec des fenêtres cassées, de la peinture écaillée ou des ordures non ramassées, que celles des parties les plus riches de la région de la baie, tandis que les nombreuses écoles privées et catholiques, que fréquentent maintenant la majorité des étudiants de San Francisco, étaient soit encore ouvertes, soit parfaitement entretenues, presque comme des hôtels de villégiature.

Mais les problèmes sociaux affirmés de 2020 ont pénétré à travers les portes verrouillées des écoles.

Il y avait le mouvement “Black Lives Matter” qui pouvait utiliser, dans plusieurs cas, le mur extérieur de l’école ou les clôtures comme zones de rassemblement pour les affiches de protestation faites maison ou les dépôts de fleurs.

De nombreuses écoles sont devenues les bureaux de vote temporaires pour l’élection très disputée de cette année décisive controversée.

De plus, après quelques mois, ces terrains académiques, qui avaient souvent tendance à être magnifiquement aménagés, ont été furtivement réaménagés par les habitants du quartier comme des zones de loisirs spontanées pour le jogging, le vélo, les promenades des chiens, des terrains de jeux improvisés pour les enfants trop énergiques“ et ” des pop up ‘sites de pique-nique en famille, et progressivement ces intrus masqués sont entrés dans mes cadrages.

Étrangement maintenant, à 80 ans, c’était presque un retour circulaire à mon premier travail «The Dream Collector», dont une grande partie a été produite dans le même genre d’environnements d’apprentissage désolés, mais cette fois sans les enfants.

En même temps, les sentiments vides et évidés que ces lieux évoquaient reflétaient peut-être mes propres émotions intérieures de solitude et d’isolement communes aux personnes âgées, mais aussi ironiquement ces images clairsemées reflétaient un certain zen comme la paix du Soi intérieur dissous d’un vieil homme méditatif.

Au fil du temps, j’ai visité plus de 100 écoles, collèges et universités dans un rayon d’environ 200 miles de San Francisco sur une période de 12 mois de Sébastopol à Pismo Beach.

J’utilise toujours mon appareil photo analogique Hasselblad d’origine et j’ai utilisé plus de 1000 rouleaux de film Tri-X au cours de l’année.

Aussi, j’ai décidé d’utiliser un format inhabituel en forme de “diamant “, car pour moi, il convenait le mieux aux géométries angulaires nettes de ces bâtiments institutionnels et donnait également un certain sentiment de “ malaise de guingois ” à ces images parfois ultra silencieuses.

Maintenant que les écoles commencent à rouvrir lentement, j’espère en faire une exposition et trouver un éditeur de livres, qui pourrait donner un document permanent à cette “année la plus étrange de tous les temps”.

Arthur Tress

www.arthurtress.com

 

 

 

 

Merci de vous connecter ou de créer un compte pour lire la suite et accéder aux autres photos.

Installer notre WebApp sur iPhone
Installer notre WebApp sur Android