Rechercher un article

Arles 2012 – Off: Ulrich Lebeuf

C’est en bordure des arènes, au n°45. Il y a de la terre battue, des gravats, et c’est merveilleux. Des fauteuils disposés de part et d’autre en bas accueillent le visiteur, le regardeur. On se sent un peu chez soi, un peu ailleurs, le temps de gravir les quelques marches qui mènent à la salle d’exposition éclairée de lumières blanches. Sur un mur, une multitude de cadres fait penser à l'accrochage des portraits de famille dans les maisons américaines. La tentation est grande de plonger, de s’immiscer. Ulrich Lebeuf est là et nous échangeons des mots, des phrases autour de sa série qui porte le nom évocateur de Tropiques du Cancer. Une série déconstruite et reconstruite. Une intimité, ici même, est livrée au monde. Ce sont des instants d’une vie qui sont dévoilés. Des polaroids aux couleurs passées, comme délavées par le temps. Des images bousculées, abîmées, sauvées. Les sentiments se mêlent, se démêlent. “Je n’avais pas pensé montrer ces images un jour” me dit-il. “C’est très différent de ce que j’expose habituellement”.”

This content is for Abonnement annuel et Abonnement mensuel members only.
Log In Register

Merci de vous connecter ou de créer un compte pour lire la suite et accéder aux autres photos.

Installer notre WebApp sur iPhone
Installer notre WebApp sur Android