Rechercher un article

Arles 2012: Mehdi Meddaci

Preview

Le travail plastique de Mehdi Meddaci demeure distancié, de l’ordre du « poétique », témoignant d’un attachement profond à l’espace méditerranéen. Il se construit par strates successives sous forme de dispositifs ou de modules autonomes comme Corps Traversés (2007), Lancer une pierre, (2008) ou Sans-titre, Alger la blanche (2009) qui mettent en résonance photographie, vidéo et cinéma. À l’image d’une « mer au milieu des terres », tout réside dans le déplacement, entre le son et l’image, le document et l’artifice, entre le vacillement des corps et la prégnance des paysages. Le montage entretient chez le spectateur un certain désir de déconstruire pour reconstruire, donnant de l’importance à la présence de mondes possibles. Le visible est porté par l’étrange sensation d’un manque, celui d’une Histoire, peut-être. En altérant les signes d’apparitions de cette Histoire, Meddaci tente de réaffirmer une continuité menacée, aux limites de la disparition. Ses images montrent de manière littérale ou métaphorique un motif, un corps immergé entre deux rivages. Des personnes cadrées frontalement mais absentes, ancrées dans un décor et un contexte sociopolitique fort mais en errance profonde. Paradoxalement c’est dans l’attente, contre le mur, que le besoin de « traversée », de « retour », est le plus perceptible.

This content is for Abonnement annuel et Abonnement mensuel members only.
Log In Register

Merci de vous connecter ou de créer un compte pour lire la suite et accéder aux autres photos.

Installer notre WebApp sur iPhone
Installer notre WebApp sur Android