Rechercher un article

Reims 2012, Nicolas Bruant

Preview

« Quand les hommes sont morts, ils entrent dans l’histoire. Quand les statues sont mortes, elles entrent dans l’art » : c’est sur cette constatation qu’Alain Resnais et Chris Marker ouvraient en 1959 leur film « Les statues meurent aussi ». Ces bois sculptés se font donc « œuvres » pour entrer dans nos catégories où se juxtaposent l’art et le non-art, le religieux et le profane alors qu’en Afrique tout communique, tout est art et tout est religieux. « Un objet est mort quand le regard vivant qui se posait sur lui a disparu », continuaient Resnais et Marker. Effectivement, extraits de leur contexte social et culturel, les masques, les statues, les instruments rituels que nous admirons dans les musées meurent d’une hémorragie de sens. Ils n’ont pas été créés pour notre délectation, pour satisfaire un frisson d’exotisme ou un simple plaisir des yeux.

This content is for Abonnement annuel et Abonnement mensuel members only.
Log In Register

Merci de vous connecter ou de créer un compte pour lire la suite et accéder aux autres photos.

Installer notre WebApp sur iPhone
Installer notre WebApp sur Android