Rechercher un article

Antwerp Art Weekend : 13 – 16 mai 2021

Preview

Une lumière au bout du tunnel du Covid 19? par John Devos

Ce week-end du jeudi 13 mai au dimanche 16 mai Anvers redevient une ville d’art – Voici une sélection de quelques initiatives photographiques – cette liste est incomplète mais considérez-la comme une invitation à découvrir toutes les magnifiques expositions!

 

SUDA – LAMRABAT – RE-COLLECT

FOMU – Waalsekaai 47 2000 Antwerpen
fomu.be

ISSEI SUDA – MY JAPAN

Issei Suda (1940-2019) est un nom célèbre dans le monde de la photographie japonaise, mais son travail est relativement inconnu en Europe. FOMU veut changer cela avec cette première grande rétrospective hors du Japon. En près de soixante ans, Suda a construit une œuvre idiosyncratique avec des images souvent surréalistes. Il développe son propre langage visuel cohérent, caractérisé par le format carré et les impressions en noir et blanc à contraste élevé. La réalité de tous les jours obtient un éclat enchanteur à travers son objectif.

MOUS LAMRABAT – WE GONNA BE ALRIGHT

L’espoir et la beauté sont au cœur du travail de Mous Lamrabat. Ses photos sont absurdes et surréalistes, parfois subtilement provocantes, mais toujours colorées et ludiques. Lamrabat fait un clin d’œil aux icônes du monde de la mode et jongle avec les symboles de la culture populaire et nord-africaine. Il crée un univers visuel unique dans lequel il combine des vêtements traditionnels et des attributs impressionnants.

RE-COLLECT –

Dirk Braeckman, Bieke Depoorter, Boris Mikhailov, Max Pinckers, Annemie Augustijns, David Claerbout, Jacques de Lalaing, Kimbei Kusakabe, Zanele Muholi, Vincent Delbrouck… Ce ne sont là que quelques-uns des photographes auprès desquels la FOMU a acheté des œuvres pour sa collection au cours des 10 dernières années.

«re-collect» vous emmène dans une promenade associative à travers une décennie d’acquisitions de collections. Nous optons pour un agencement non chronologique, qui crée de nouvelles connexions entre les œuvres. Trois points focaux traversent les acquisitions de la collection en tant que fils communs: un focus sur les photographes belges, sur des photographies d’intérêt social internationalement pertinentes et un lien clair avec nos expositions. Dans le même temps, l’exposition offre un aperçu du passé, du présent et du futur de la collection.

 

LOTHAR WOLLEH – INBOX: Intuition! Interaction! 7 May—30 May 2021

Muhka, Leuvenstraat 32   2000 Antwerpen

LOTHAR WOLLEH – INBOX: Intuition! Interaction! 7 May—30 May 2021

Lothar Wolleh (Berlin, 1930 – Londres, 1979) est un photographe allemand qui s’est surtout fait connaître grâce à ses contacts intensifs avec la scène artistique d’avant-garde internationale. De 1963 à 1979, il a représenté des dizaines d’artistes de premier plan, dont le premier était Lucio Fontana. Installé à Düsseldorf, le jeune photographe s’est d’abord concentré sur la scène artistique rhénane, mettant en scène des artistes tels que Günther Uecker (1963), Otto Piene (1964) et Gerhard Richter (1966), sans toutefois perdre de vue les icônes européennes comme René Magritte (1967) ). Son travail a une telle intensité et caractère que ses photographies sont souvent devenues les portraits les plus fréquemment utilisés de ses sujets représentés.


Wanda Tuerlinckx Androids & Issei Suda Hibi: fragments of daily life   – 13 May—6 Jun 2021

Ibasho Tolstraat 67   2000 Antwerpen

ibashogallery.com

WANDA TUERLINCKX

Wanda Tuerlinckx, une photographe belge basée à Amsterdam, a créé une série fascinante sur les «Androïdes». Depuis 2015 et en collaboration avec le professeur Erwin R. Boer, professeur de robotique cognitive à l’Université de technologie de Delft, Tuerlinckx a parcouru le monde, principalement le Japon, pour documenter la révolution robotique actuelle. La révolution industrielle d’aujourd’hui nous donne, pour la première fois dans l’histoire, l’occasion de donner une forme physique et peut-être même spirituelle à notre imagination inépuisable. Jusqu’à récemment, nous ne pouvions créer que des Humanoïdes, un robot à la forme humaine. Les humanoïdes ne nous donnant pas le sens de l’identité humaine, ils sont assez rapidement acceptés dans notre société. Cependant, les robots Android, qui ressemblent à des humains avec des expressions faciales et des mouvements émotionnels humains, sont parfois fascinants mais aussi terrifiants car de subtiles imperfections d’apparence les rendent étranges.

ISSEI SUDA

Dans le cadre de la grande exposition rétrospective à FoMu Antwerp des œuvres d’Issei Suda, nous aimerions présenter les œuvres de ce photographe japonais très talentueux, mais sous-évalué, malheureusement décédé en 2019. Dans une petite exposition qui commence le premier jour de l’Antwep Art Weekend (13 mai) au 6 juin, les visiteurs peuvent se familiariser davantage avec le style très reconnaissable dans lequel ce photographe de rue a enregistré la vie quotidienne au Japon sur une période de près de 60 ans. Suda a combiné une pure appréciation des coutumes japonaises avec un œil d’investigation acéré. Dans sa série d’œuvres la plus célèbre, «Fushi Kaden» de 1976, Suda a réussi à capturer l’extraordinaire qui existe dans l’ordinaire.

 

Vivian Maier Stephan Vanfleteren Capturing Life 8 May—19 Jun 2021

FIFTY ONE Zirkstraat 20    – 2000 Antwerpen
gallery51.com

La galerie FIFTY ONE surprendra ses visiteurs avec un jumelage inhabituel de deux maîtres photographes: Vivian Maier (États-Unis, 1926-2009) et Stephan Vanfleteren (Belgique, 1969). L’histoire extraordinaire de Vivian Maier est bien connue de beaucoup: travaillant la majeure partie de sa vie d’adulte en tant que nounou, pendant son temps libre, elle parcourait secrètement les rues de New York et de Chicago avec son appareil photo Rolleiflex autour du cou. Presque personne ne connaissait ses activités photographiques, jusqu’en 2007, lorsque l’agent immobilier de Chicago John Maloof a découvert son travail par accident et a commencé à reconstruire et promouvoir avec succès son œuvre.

Les photographies de rue de Vivian Maier – qui nous montrent un aperçu de la vie urbaine dans une Amérique prospère du milieu du siècle, avec un intérêt particulier pour les personnes vivant en marge de la société – ont une affinité surprenante avec la photographie de rue de Stephan Vanfleteren. Ses portraits pénétrants en noir et blanc de personnes de tous horizons ont fait de lui l’un des photographes belges les plus connus de tous les temps.

 

William Klein Platinum 8 May—19 Jun 2021

FIFTY ONE TOO Hofstraat 2 2000 Antwerpen

gallery51.com

FIFTY ONE TOO présentera une série de 9 tirages au platine de l’influent photographe, cinéaste, graphiste et peintre américain William Klein (né en 1928, vit et travaille à Paris, France). L’exposition présente certaines des images de mode les plus connues que cet «enfant terrible de la photographie» a réalisées en commande pour le magazine Vogue. Le procédé d’impression au platine – reconnu pour sa qualité et sa beauté exceptionnelles – confère à ces photographies légendaires une profondeur, une netteté et une gamme de tons sans précédent, spectaculaires à découvrir en personne.

 

DAIDO MORIYAMA – Lips and Tights 16 Apr—23 May 2021

Stieglitz 19 Klapdorp 2   2000 Antwerpen

stieglitz19.be

Daido Moriyama (né en 1938, Osaka) est mondialement connu comme le père de la photographie de rue au Japon et comme un provocateur d’avant-garde. Avec ses photographies en noir et blanc, il a documenté la vie urbaine à Tokyo au moment du changement culturel japonais d’après-guerre des années 1960 et 1970, alors que les valeurs traditionnelles s’érodaient face au renforcement des influences américaines. Se référant à On the Road de Jack Kerouac comme sa grande influence, Moriyama a hérité de la philosophie d’un vagabond incessant, qui sillonne le Japon et sillonne ses rues pour des rencontres inattendues. Caractérisé par un regard brut et graveleux, son travail pousse la photographie à ses limites, mettant en valeur un côté sombre de la vie urbaine japonaise, dans le chaos de la vie quotidienne. Ses photographies se concentrent sur ce qui est abandonné, étrange et érotique, ayant souvent l’air prédateur et pourtant saturé par une beauté mélancolique de la vie dans ses aspects les plus ordinaires.

 

Joseph Beuys & Lothar Wolleh   Wer nicht denken will fliegt raus!   13 May—17 Jul 2021

Coppejans Gallery Falconplein 17   2000 Antwerpen
coppejansgallery.be

La galerie Coppejans présente une exposition en duo de mai à juillet avec des œuvres de Joseph Beuys (Krefeld, 1921-1986) et du photographe Lothar Wolleh (Berlin, 1930-1979). Sous le titre « Wer nicht doen will, fliegt raus! » la collaboration intensive entre les deux artistes allemands est mise en évidence.

Les archives de la Fondation Lothar Wolleh à Berlin contiennent plus de 900 négatifs représentant Beuys. Sur ces images, désormais mondialement connues, on voit l’artiste sous toutes ses facettes: Beuys en tant qu’interprète, éducateur, chercheur, activiste et plasticien. Dans le même temps, les portraits montrent également les éléments essentiels du travail de Wolleh en tant que photographe: l’intuition et l’interaction. Dans l’exposition, précisément ces caractéristiques fondamentales des deux artistes sont liées les unes aux autres sur la base d’objets multiples et originaux de Beuys et de photos analogiques de Wolleh. La collaboration entre Beuys et Wolleh culmine en 1971 avec la préparation et la réalisation de l’exposition personnelle de Beuys au Moderna Museet de Stockholm.

 

Karin Borghouts   The house 13 May—12 Jun 2021

Behind Bars Otto Veniusstraat 18 2000 Antwerpen

karinborghouts.be/news

behindbars.be

La maison d’enfance de la photographe Karin Borghouts a été détruite par un incendie. Malgré les sentiments de tristesse, de chaos et d’irrévocabilité, Borghouts est devenue fascinée par la beauté de la dévastation laissée derrière. Sa décision intuitive de capturer l’intérieur carbonisé à ce moment-là a conduit à une série d’images obsédantes et en mouvement. A l’occasion de cette exposition, un nouveau livre de photographie The House est édité.

 

Margaret Lansink Body Maps 30 Apr—26 Jun 2021

Ingrid Deuss Gallery Provinciestraat 11 2018 Antwerpen

ingriddeussgallery.com

la peau ne ment pas:
c’est la carte de l’âge d’une personne;
c’est le papier sur lequel sont écrits ses choix, ses échecs, ses passions, ses peurs.
le corps se définit, il stratifie et guérit le passage du temps sous les voiles, les couvertures et les cachettes. comme le tronc aux arbres.

Prends-le, trace-le, cartographie-le
Rappelles toi

Lansink interconnecte ces images très féminines avec de gros plans de traces de Dame Nature où l’intervention humaine a laissé un impact profond. Contempler s’il vaut mieux ne pas intervenir avec ces processus naturels de vieillissement, mais plutôt faire preuve de respect et accepter le résultat.

 

BALLROOM PROJECT Ballroom Project #3 12 May—16 May 2021

‘BORGERHUB’   Turnhoutsebaan 92   2140 Antwerpen
ballroom-project.be

Dans le cadre de l’événement à l’échelle de la ville Antwerp Art Weekend, Ballroom Project offre l’opportunité aux galeries non anversoises de Belgique et des Pays-Bas d’être présentes à travers une plateforme créative, dynamique et artistique. Cette année, Ballroom Project aura lieu au «BORGERHUB», l’ancien palais de justice de Borgerhout, situé dans un élégant manoir de la rue principale du quartier. À distance de marche de la gare centrale, ce quartier animé abrite plusieurs acteurs importants et futurs de la scène artistique contemporaine. L’espace d’exposition lui-même a un caractère intime mais ouvert qui dégage avant tout une impression distinctive «out-of-the-box».

Ballroom Project veut éviter le sentiment typique de «foire d’art». Le concept ne fonctionne donc pas avec des stands séparés, mais avec un commissaire qui, sur la base des soumissions reçues des galeries participantes, élabore un concept d’exposition adapté à la dynamique spécifique de l’espace d’exposition.

Ballroom Project est une initiative d’Ida Wollens (DMW Gallery) et Bart Vanderbiesen (Base-Alpha Gallery), et est organisée par Yirka De Brucker.

Galeries participantes: Galerie Templon, Nathalie Obadia, Ron Mandos, Josilda da Conceição Gallery, Barbe Urbain, Tatjana Pieters, Base Alpha Gallery, Rodolphe Janssens, White House Gallery, DMW Gallery, Kristof Declercq, Irène Laub, Harlan Levey Projects, Super Dakota, Numéroté par, Caroline O’Breen, Gerhard Hofland, Waldburg-Wouters, Fontana Gallery, Althuis & Hofland.

 

À la Ballroom Project, Caroline O’Breen présente la photographe Anne Geene

En tant qu’artiste visuelle, Anne Geene (NL, 1983) capture la beauté cachée des plantes et des animaux. Avec l’aide de la photographie, Geene enquête, collectionne et organise le monde qui l’entoure. La caméra enregistre objectivement les matériaux dans lesquels Geene recherche des similitudes visuelles, modèles et phénomènes. Finalement, ses découvertes sont analysées et cataloguées selon une logique apparente. Son interprétation des données est strictement personnelle et fait référence à notre envie de réglementer et de comprendre le monde qui nous entoure. Le projet présenté à Ballroom # 3 est une œuvre spécifique au site, créée lors d’une résidence artistique au Portugal cette année. À partir de septembre 2021, le musée Kröller-Müller accueillera une exposition personnelle d’Anne Geene. Pour cette exposition, Geene jette un regard envieux sur la méthode de collecte d’Helene Kröller-Müller, la fondatrice du musée.

.

MAIS… Antwerp Art Weekend, ce n’est pas que de la photographie: 78 musées, galeries d’art proposent des expositions exaltantes!

Découvrez tout sur:

https://antwerpartweekend.be/

 

Moi-même je vais certainement visiter:

Luc Tuymans Seconds 12 mai – 26 juin 2021

ZENO X – Godtsstraat 15 2140 Anvers

zeno-x.com

une nouvelle exposition personnelle de Luc Tuymans. Pour cette exposition, l’artiste a créé sept peintures monumentales et un film d’animation. Les chiffres sont un motif important de cette exposition. L’année dernière, Luc Tuymans a parlé à Artforum de son intérêt pour les nombres: «Dans le passé, je découpais des nombres et les collais à la surface de mes tableaux, énumérant les toiles de un à dix avant de recommencer. Je voyais ces nombres comme une réalité qui contrastait avec le caractère fictif de ce que représentait le tableau lui-même. En ces jours de pandémie, les nombres ont pris un sens différent: d’un côté, ils dépeignent l’idée de s’entasser; de l’autre, ils impliquent un compte à rebours pour une fin.

 

Johndevos.photo@gmail.com

 

 

Merci de vous connecter ou de créer un compte pour lire la suite et accéder aux autres photos.

Installer notre WebApp sur iPhone
Installer notre WebApp sur Android