Rechercher un article

Bologne: FOTO / INDUSTRIA 2019. Technosphère: l’homme et l’Environnement Bâti

Preview

FOTO / INDUSTRIA 2019, promu et organisé par la Fondation MAST, est axé sur le thème de l’environnement bâti et propose dix expositions dans des lieux exceptionnels du centre-ville de Bologne, ainsi qu’une à MAST. Grâce aux travaux de grands noms de l’histoire de la photographie, tels qu’André Kertész, Albert Renger-Patzsch, Luigi Ghirri et Lisetta Carmi, ainsi qu’à ceux d’Edward Burtynsky, Jennifer Baichwal et Nicholas de Pencier, Armin Linke, David Claerbout , Matthieu Gafsou, Stephanie Syjuco, Delio Jasse et Yosuke Bandai, l’enjeu central de cette quatrième Biennale de la photographie sur l’industrie et le travail est abordé sous différents angles.

En effet, la question de l’environnement bâti est intimement liée à la nature de l’espèce humaine et les auteurs l’ont étudiée depuis ses racines historiques et philosophiques jusqu’à ses implications scientifiques, en documentant les activités humaines à l’origine de la «technosphère» sur la Terre. . Le terme «technosphère» – comme l’appelait en 2013 Peter Haff, professeur de géologie et de génie civil à la Duke University – fait référence à toutes sortes de structures construites par l’homme pour survivre et vivre sur la planète.

«Cette couche artificielle a été contrôlée au cours des deux derniers siècles grâce à un moyen fondamental de façonner et d’actualiser constamment l’imaginaire collectif: la photographie est à la fois un outil de recherche indispensable et un produit du besoin inextinguible de l’homme de changer le monde et de le revoir. ”, A déclaré le directeur artistique Francesco Zanot. “La diversité des sujets et des lieux représentés dans les images des artistes met en évidence le vaste impact de l’intervention humaine sur l’environnement”, ajoute-t-il.

Selon le major de Bologne, Virginio Merola, «nous pouvons influer sur le présent pour un avenir meilleur et nous pouvons le faire de manière durable. À cet égard, la photographie joue un rôle majeur dans la sensibilisation à la question et la discussion sur ce sujet »

«C’est un thème tellement global», dit Francesco Zanot, «il a été considéré comme un système d’échantillonnage. Ainsi, par exemple, vous pouvez trouver les photos d’Albert Renger-Patzsch, illustrant les paysages de la Ruhr, sorte d’archétype de l’industrie des années 30, ainsi que des ouvrages sur la relation homme-machine d’André Kertész (plus connu pour ses images of Paris street life) commandées par des entreprises qui souhaitaient améliorer leur image au moyen de publications élégantes. L’exposition dédiée à Lisetta Carmi traite de son reportage social engagé, centré sur les usines et le port de Gênes et ses relations profondes mais contradictoires avec la ville, tandis que celles de Luigi Ghirri, bien que commandées, étaient ressenties comme des occasions inestimables d’expérimenter, se tester.

Armin Linke étudie à la fois les recherches sous-marines et les effets du changement climatique selon une perspective sociale, scientifique et ethnographique. David Claerbout et Stephanie Syjuco semblent avoir une conversation avec le temps: le premier représentant à Olympia, une réplique du stade olympique de Berlin générée par ordinateur, la dégradation progressive du stade lui-même, l’autre en faisant référence à un film tourné peu avant le tremblement de terre qui a détruit San Francisco en 1906. Délio Jasse étudie et représente Luanda, la capitale de l’Angola, et étudie sa croissance rapide et la perte simultanée de sa «forme». Les images de Matthieu Gafsou, représentent l’enjeu du transhumanisme et illustrent la dissolution des technologies et des hommes, l’effacement des anciennes frontières ontologiques. Puis Yosuke Bandaj, avec un projet composé de 70 images. Cela a commencé lorsque l’artiste a rassemblé une série d’objets se trouvant dans la rue (des fragments de plastique aux ordures) afin de créer des sculptures minimes et fragiles. Il les a ensuite scannés, les transformant en quelque chose de différent, comme des totems ».

L’Oeil a déjà traité de l’anthropocène, au MAST. Ce spectacle multimédia documente l’impact de l’homme sur la planète à travers les photographies d’Edward Burtynsky, les films de Jennifer Baichwal et Nicholas De Pencier et une série d’installations de réalité augmentée.

Francesco Zanot est le commissaire FOTO / INDUSTRIA 2019, avec ses dix expositions dans le centre-ville et celle de MAST, organisée par Urs Stahel.

FOTO / INDUSTRIA est la première biennale au monde consacrée à la photographie liée à l’industrie et au travail. Il est produit et promu par la fondation MAST (Manifattura di Arti, Fondation et technologie), une organisation internationale à but non lucratif, associée au groupe industriel Coesia et conçue comme un pont entre l’entreprise et la communauté. FOTO / INDUSTRIA a été créé en 2013, sous la direction artistique de François Hèbel pour les trois premières éditions, dans le but de partager la mission culturelle de la Fondation avec la ville de Bologne.

Paola Sammartano

Paola Sammartano est une journaliste spécialisée dans les arts et la photographie basée à Milan.

 

FOTO / INDUSTRIA 2019

IV BIENNALE DE LA PHOTOGRAPHIE SUR L’INDUSTRIE ET ​​LE TRAVAIL

Tecnosfera / Technosphere: L’humanité et l’environnement bâti

 

Du 24 octobre au 24 novembre 2019

 

Biblioteca Universitaria di Bologna – Armin Linke – Prospecting Ocean

Fondazione Cassa di Risparmio in  Bologna – Casa Saraceni – André Kertész – Tires / Viscose

Fondazione del Monte di Bologna e di Ravenna, Palazzo Paltroni – Délio Jasse – Arquivo Urbano

Genus Bononiae, Santa Maria della Vita – Lisetta Carmi – Porto di Genova

Mambo, Museo d’Arte Moderna di Bologna  – Stephanie Syjuco – Spectral City

MAST. – Anthropocene – Edward Burtynsky, Jennifer Baichwal, Nicholas De Pencier (open until January 05, 2020)

Museo Internazionale e Biblioteca della Musica – Yosuke Bandai – A Certain Collector B

Palazzo Bentivoglio – Luigi Ghirri – Prospettive industriali

Pinacoteca Nazionale di Bologna, Palazzo Pepoli Campogrande – Matthieu Gafsou – H+

Pinacoteca Nazionale di Bologna, Palazzo Sant’ignazio – Albert Renger-Patzsch – Paesaggi della Ruhr

Spazio Carbonesi – David Claerbout – Olympia

Bologna

 

www.fotoindustria.it

 

Merci de vous connecter ou de créer un compte pour lire la suite et accéder aux autres photos.

Installer notre WebApp sur iPhone
Installer notre WebApp sur Android