Rechercher un article

Best of Juin 2020 : Antonio Lopez

Preview

Né à Porto Rico en 1943, Antonio Lopez reste l’une des figures les plus importantes et remarquables du monde de la mode des années 1960 aux années 1980. À l’âge de sept ans, sa famille déménage à New York, sa ville d’adoption, qui deviendra plus tard la scène géante de son travail créatif.

Il a étudié au Fashion Institute of Technology, où il a rencontré son partenaire, Juan Ramos, qui a eu une profonde influence sur l’ensemble de son œuvre, soutenant sa production créative et son ascension dans l’échelle de la mode.

À partir des années 1960, Antonio Lopez a travaillé comme illustrateur de mode et ses dessins ont été publiés dans des magazines tels que Vogue, Elle, The New York Times et Harper’s Bazaar. À New York, il collabore avec des artistes et des éditeurs comme Andy Warhol et Diana Vreeland, puis s’installe à Paris en 1969. Ici, il travaille avec Yves Saint-Laurent et Karl Lagerfeld pendant quelques années et devient une figure emblématique de la scène parisienne de la mode , avec “Antonio’s Girls”.

Antonio est devenu son éponyme. Libéré du nom de sa famille, il crée le sien. Cette famille était aussi, à certains égards, sa cour. Il a été suivi par des muses et des mannequins comme Jerry Hall, Grace Jones et Jessica Lange, dont il a fait avancer la carrière à leur insu. Et d’innombrables amis, amants et artistes, qui gravitaient autour de lui nuit et jour, des doubles proches chargés de masquer sa solitude et de le soulager de son ombre comme Peter Schlemihl dans le conte de Chamisso.

De retour à New York en 1975, il a travaillé sans relâche sur une campagne publicitaire après l’autre, perpétuant le dynamisme de cette éblouissante carrière jusqu’à ce que sa mort subite ne la mette finalement à terme à l’âge de 44 ans. Antonio Lopez est décédé du sida le 17 mars 1987, à Los Angeles, laissant derrière lui une grande quantité de travaux. Sa déclaration esthétique et rhétorique se dissoudra dans les profondeurs de l’histoire de l’art.

La mode était son sujet, mais aussi son prétexte – son prétexte pour exprimer la beauté, la sensualité, la sexualité, la vie et le temps.

Son temps.

Parce que la mode, comme Coco Chanel l’a décrit, “n’est pas quelque chose qui n’existe que dans les vêtements. La mode est dans l’air, portée par le vent. Nous la ressentons. La mode est dans le ciel et dans la rue.” Antonio Lopez a transmis, mode incarnée, vécue. C’était une question d’attitude, et probablement de vie ou de mort. Car bien que la mort l’ait pris trop tôt, tout son corps rayonnait de vie. Une vie ardente, exaltante, passionnée, lumineuse, toujours poussée à son apogée par le la force vitale de ses pouvoirs créatifs et un besoin impérieux de rechercher quelque chose sans jamais vraiment se soucier de le trouver.

La mode était un prétexte pour Antonio de générer des formes, mais c’était aussi un prétexte pour déconstruire les langues afin de libérer leur sens, et pour reconstruire la sienne, le “corps intraduisible des langues”. Jacques Derrida

 

Anne Morin – Conservatrice

 

Antonio Lopez

Dessins et photographies

23 mai – 6 septembre 2020

Fondation Sozzani

Corso Como, 10

20 154 Milan

http://fondazionesozzani.org/

 

Merci de vous connecter ou de créer un compte pour lire la suite et accéder aux autres photos.

Installer notre WebApp sur iPhone
Installer notre WebApp sur Android