Rechercher un article

Arles 2012: Vu par Anne-Hélène Decaux

Il fait chaud, mais pas si chaud. Ce n’est pas la chaleur qui est écrasante, c’est le climat. Je me souviens de la première fois où je suis venue en Arles, pour les Rencontres justement. Nous étions en plein mois d’août et la température dépassait 33°. Pourtant, l’air n’était pas étouffant. Il était, tout au contraire, chargé d’électricité. Je me souviens des larmes qui avaient coulé sur mon visage face à l’installation de Nan Goldin à l’église des Frères Prêcheurs. Je me souviens des clichés de Larry Clark, de Diane Arbus, de Pierre Molinier et d’Antoine d’Agata. Je me souviens des clairs-obscurs de Willy Ronis, et de l’espièglerie de Duane Michals. J’étais grisée par tant de beauté ; tant de chefs d’œuvres. La « rencontre » avait eu lieu.

This content is for Abonnement annuel et Abonnement mensuel members only.
Log In Register

Merci de vous connecter ou de créer un compte pour lire la suite et accéder aux autres photos.

Installer notre WebApp sur iPhone
Installer notre WebApp sur Android