Rechercher un article

20 ans du Prix HSBC pour la Photographie : Birgitta Lund, lauréate 2005

Preview

En 2005, Prix de la Fondation CCF pour la photographie change de nom, et devient le Prix HSBC pour la photographie. Les deux lauréats qui inaugurent cette nouvelle appellation sont Birgitta Lund et Eric Baudelaire. Oliva Maria Rubio, directrice des expositions de la Fabricà à Madrid, en était la conseillère artistique. Pour cette dixième semaine consécutive, à mi-parcours, de ce fil rouge, nous revenons sur les travaux primés de l’année 2005. Aujourd’hui, c’est la photographe danoise, Birgitta Lund qui répond à nos questions.

L’Œil de la Photographie : Le prix HSBC pour la photographie fête ses 20 ans. Il est remis chaque année à deux artistes pour les aider à développer un projet et fait l’objet d’une exposition et d’une monographie, souvent la première. Comment avez-vous vécu cette expérience ?
Birgitta Lund : Le Prix HSBC a donné une importante visibilité instantanée à mon travail : des expositions en France, une monographie publiée par Actes Sud, lancée durant Les Rencontres d’Arles, puis une grande exposition chez Phillips de Pury à New York, avec des séances de dédicaces en France et aux Etats-Unis. De plus, c’était un plaisir de travailler de près avec le photographe et réalisateur Eric Baudelaire, l’autre lauréat, Olivia Maria Rubio, la conseillère artistique, Chantal Nedjib et Christine Raoult de la Fondation HSBC pour la Photographie ou encore avec l’équipe d’Actes Sud, pour la publication de la monographie.

LODLP : Pouvez-vous nous parler du projet qui a été récompensé ? Le prix a-t-il eu une influence sur votre création depuis ?
B.L. : J’ai travaillé et vécu pendant 18 ans à New York, puis je suis retournée au Danemark en 2003. Ce déménagement s’est rapidement “manifesté” dans mon travail. Le projet photographique “In Transit” (2005) a pris la forme d’une réflexion personnelle et géopolitique sur un monde changeant. D’une part, il y avait le voyage personnel, déménager des Etats-Unis au Danemark ; d’autre part, les évocations de la période à laquelle le déménagement s’est produit : l’après 11 septembre, la guerre en Irak en Afghanistan, les attentats de Madrid et de Londres, avec les forces de mondialisation et d’aliénation qui se font écho dans le travail. Certaines photographies sont très spécifiques, d’autres plus métaphoriques. “In Transit” pourrait se comparer à une collection de poèmes visuels.

LODLP : Outre la publication d’une première monographie, quel impact le prix a-t-il eu sur votre carrière ? Aujourd’hui encore quels sont vos rapports avec HSBC ?
B.L. : Gagner le prix HSBC et la visibilité qui l’accompagnait signifiait des propositions d’exposition, des commandes, des acquisitions d’œuvres,  la galerie Julie Saul à New York a commencé à représenter mon travail. L’impact était massif.

« Le travail de Birgitta Lund comprend différents niveaux de signification et de perception, tant en ce qui concerne les thèmes traités que la méthode photographique. Il y a d’une part, un voyage personnel des Etats-Unis vers l’Europe – Birgitta est rentrée récemment au Danemark après avoir vécu dix-huit ans aux Etats Unis – et d’autre part une représentation de l’espace temporel marquée par les événements géopolitiques de ces dernières années. La série de photographies est comparable à une collection de poèmes. Un travail conceptuel réalisé selon la vision d’une artiste qui utilise la photographie pour refléter un monde où nous semblons tous vivre en transit permanent, où les images s’impriment quelques secondes à peine dans nos rétines pour être immédiatement remplacées par d’autres. »
Oliva Maria Rubio – Conseillère artistique 2005

LIVRE
In Transit
Monographie 
Birgitta Lund
Editions Actes Sud
ISBN : 2-7427-5616-7

21,50€

http://www.birgittalund.com
http://prixhsbc.evenium.com

Merci de vous connecter ou de créer un compte pour lire la suite et accéder aux autres photos.

Installer notre WebApp sur iPhone
Installer notre WebApp sur Android