Rechercher un article

World Press Photo 2021 : Mads Nissen par Jesper Storgaard Jensen

Preview

Au total, 74470 photos ont été soumises à l’édition 2021 de World Press Photo, le concours photo le plus prestigieux au monde. Le vainqueur final était le photographe danois Mads Nissen. Ce triomphe était le deuxième de sa carrière. La photo gagnante a été prise dans un Brésil ravagé par le COVID et mêle beaucoup d’émotions. The Eye of Photography a parlé à Mads Nissen sur comment il a insisté pour obtenir la bonne photo, de l’éthique du photographe et de l’importance de se rapprocher vraiment.

 

”Je suis motivé par ma propre éthique pour essayer de faire une différence” – Mads Nissen

“Je suis généralement envoyé en mission photographique après avoir fait une présentation à mon rédacteur en chef de Politiken (un quotidien danois, ndlr.). Je ne dis pas seulement à mon rédacteur: ‘S’il vous plaît, donnez-moi 7 000 euros pour que je puisse partir au Brésil. Ma mission et ma proposition de voyage sont très détaillées, motivées et approfondies, et avant même de partir, j’ai passé un certain nombre d’accords. Dès l’atterrissage à l’aéroport, je sais exactement ce que je vais faire”. – Mads Nissen

 

A quelques jours de notre entretien, le photographe danois Mads Nissen a remporté le plus prestigieux concours photo au monde, World Press Photo (WPP). C’était la deuxième fois qu’il remportait le prix principal «la meilleure photo de presse du monde». La première fois, c’était en 2015, lorsqu’il a photographié deux homosexuels russes dans un moment de tendresse. Il a été récompensé  par le WPP cinq fois. Pas étonnant que l’étiquette flatteuse «l’un des meilleurs photographes de presse du monde» soit souvent collée à sa personne.

 

Mads, que pouvez-vous me dire sur votre photo gagnante?

La photo a été prise à l’été 2020 dans une maison de retraite médicalisée dans un Brésil ravagé par le covid, elle montre Rosa Luzia Lunardi, 85 ans, qui est embrassée par l’infirmière Adriana Silva da Costa Souza à travers un rideau en plastique transparent.

Pourquoi avez-vous décidé d’aller au Brésil?

Eh bien, à l’époque, les choses commençaient à se compliquer au Brésil, principalement en raison de la mauvaise gestion de la pandémie».

Comment a-t-il été possible de prendre cette photo?

Avant de partir pour le Brésil, j’avais passé des accords avec deux maisons de retraite médicalisées. Au début, j’ai pu constater immédiatement que les conditions pour prendre des photos étaient médiocres. L’endroit était trop en désordre et la lumière était vraiment mauvaise. Nous sommes donc immédiatement passés a la suivante. Et ici, nous avons heureusement trouvé une situation complètement différente. La lumière était parfaite, et j’ai tout de suite remarqué qu’il serait possible de faire de bons clichés. Le câlin que Rosa Lunardi fait à travers ce rideau de plastique a été son premier câlin en cinq mois.

En décrivant cette photo, vous avez parlé d’amour et d’émotions. Y a-t-il quelque chose de plus?

Hmm, eh bien en fait oui. J’aimerais que cette photo soit regardée avec des émotions mitigées. Il y a aussi un fort aspect de critique à l’égard du président brésilien Jair Bolsanaro, qui n’a pas pris au sérieux le problème du covid, simplement parce que lui et son élite sont mieux protégés que la population en général.

Vous avez pris une plus grande série de photos au Brésil pour documenter à quel point le covid-19 a une emprise de fer sur le pays. Pourquoi pensez-vous que l’étreinte est devenue la photo gagnante?

J’avais pris de nombreuses photos au Brésil. Dans un cimetière où les victimes de covid étaient enterrées en longues rangées, dans diverses favelas, dans une ambulance et dans un hôpital.

Comment prenez-vous réellement une telle photo? Combien coûte la préparation et la chance? Et combien coûte le talent?

C’est un mélange de beaucoup de choses. La recherche est importante, je dirais très importante. Ce n’est que grâce à la recherche que vous saurez où se trouve l’opportunité de la bonne photo. Mais aussi l’intuition est importante. Cela vous indique en quelque sorte où aller aller chercher la bonne histoire. Un autre mot-clé important est l’insistance. Lorsque votre intuition vous dit que dans un certain endroit il y a une bonne opportunité de photo, alors vous devriez insister pour obtenir la bonne photo. Et puis vous devez être patient.

 

Bons Baisers de Russie

Avez-vous déjà pensé aux différences entre la communication avec des mots et la communication avec des images?

Eh bien, à cette époque, il m’arrive souvent de penser que la communication politique peut devenir vraiment ennuyeuse. Les solutions politiques semblent reposer sur un monde simple. Malheureusement, le monde n’est pas un endroit simple, comme nous le savons.

Alors les photos expliquent mieux le monde?

Je perçois mes photos comme un dialogue avec ceux qui regardent mes photos. Ce que j’aime le plus, c’est quand les gens qui regardent une exposition avec mes photos, ne sont pas d’accord sur le message d’une photo. Mes photos sont une invitation à réfléchir à ce à quoi ressemble le monde. Je fournis les photos, puis le spectateur doit décider lui-même ce qu’il ou elle veut penser. Mais dans l’ensemble, je suis très conscient du fait que certaines photos contiennent un langage extrêmement puissant qui est capable d’aller bien au-delà de celui des mots. Ceci dit, bien sûr, avec tout le respect que je dois à celui qui travaille avec l’écrit.

La dernière fois que vous avez remporté le WPP, c’était en 2015 avec une photo de Russie. À l’époque, pourquoi la Russie était-elle intéressante?

Au moment où je suis allé à Saint-Pétersbourg, les homosexuels étaient confrontés à une grande discrimination en Russie. Mais malheureusement aussi aujourd’hui, je suppose. J’assistais à une manifestation et à un moment donné, un homme est venu vers un gars qui se tenait à côté de moi. «Êtes-vous gay», lui a-t-il demandé. «Oui, je le suis», a-t-il répondu, après quoi l’homme a levé un poing sur le visage du gars. J’étais complètement choqué.

Votre photo gagnante semble être une situation assez intime. Comment est née cette photo?

Par hasard, j’avais fait la connaissance de Jon et Alex, le jeune couple gay russe. J’ai été invité chez eux. Quand nous sommes arrivés chez eux, j’ai demandé si je pouvais les photographier, et ils ont accepté. Je leur ai juste dit de faire comme si je n’étais pas là. Et c’est ce qu’ils ont fait pendant que je faisais certaines images.

Lorsque je regarde vos photos – à la fois vos photos gagnantes – mais aussi celles de votre site d’accueil, il est clair que vous aimez vous rapprocher. Je pense automatiquement à la célèbre phrase du photographe hongrois Robert Capa «Si vos photos ne sont pas bonnes, c’est parce que vous n’êtes pas assez près». Est-ce aussi votre philosophie?

Oui définitivement. Pour le type de photos que je prends, je doit être proche. On pourrait dire que d’une certaine manière, la photographie est une grande discipline  Si vous restez à distance, vos images vont puer. Le nom du jeu est la présence, et cette présence est cruciale pour mes photos. Une fois en Libye au milieu d’un conflit armé, où j’ai eu l’occasion d’assister à une action de guerre assez risquée, je me suis demandé. «Si tu ne veux pas aller jusque là où les soldats déchargent leurs mitrailleuses, alors qu’as tu vraiment à faire ici?» Alors, bien sûr, j’ai foncé .

Vous évoquez vous-même les situations de guerre. Avez-vous déjà eu le sentiment que votre vie était en danger?

Oui, plusieurs fois des tremblements de terre aux conflits armés, en passant par les zones dangereuses dans les villes, par exemple les bidonvilles, mais aussi maintenant dans les hôpitaux avec le corona. Mais alors … si vous optez pour les bonnes histoires, il y aura toujours des risques. C’est comme ça.

 

Valeurs et éthique

Quand je regarde vos photos et que je vous entends parler, j’ai le sentiment que vous, en tant que photographe, êtes animé par une éthique intérieure, par vos propres valeurs. Est-ce correct?

Permettez-moi de le dire de cette façon: je ne recherche pas de projets pour promouvoir ma carrière. Je recherche des projets qui communiquent un message fort. Je dois avoir le sentiment que l’on a besoin de moi quelque part. J’ai besoin de sentir que je fais une différence d’une certaine manière grâce à ma photographie. En fait, je crois qu’une nouvelle génération de jeunes photographes est en route, animée par une forte vocation politique. Prenez un sujet comme Black Lives Matter. Ou la discussion sur le climat. Ou mon propre projet en Russie dans la communauté LGTBQ. Ce sont des sujets intéressants pour de nombreux jeunes photographes. Alors… oui, je suis très motivé par ma propre moralité et éthique. Je dois vraiment sentir que je fais quelque chose .

 Après avoir remporté le WPP pour la deuxième fois, avez-vous le sentiment de «mission accomplie»?

Oh non, pas du tout. Je suis content du prix, mais ce n’est pas un résultat final. C’est juste un autre passage le long de la route. Vous savez, je n’ai pu supprimer ni l’homophobie ni l’injustice sociale. Être béni avec du talent signifie aussi avoir des responsabilités, puis cela vous oblige à faire quelque chose là où c’est possible. Et je continuerai à faire ça .

Interview par Jesper Storgaard Jensen

 

Mads Nissen a 41 ans et vit à Copenhague. Il est diplômé de l’école danoise de journalisme et est photographe pour Politiken depuis 2014.

Au Danemark, il a été élu «Photographe de l’année» à trois reprises et à deux reprises, il a remporté la «Photo de presse de l’année» au Danemark.

C’est la troisième fois qu’il est nominé pour «Photo de l’année» dans World Press Photo qu’il remporte pour la deuxième fois, d’abord en 2015 avec une photo de deux homosexuels russes et plus récemment en 2021 avec une photo d’une maison de retraite au Brésil.

Merci de vous connecter ou de créer un compte pour lire la suite et accéder aux autres photos.

Installer notre WebApp sur iPhone
Installer notre WebApp sur Android