Rechercher un article

Vogue Italia sans photos !

Preview

C’est le texte le plus con de ce début d’année, le triomphe du politiquement correct le plus radical et le plus racoleur.

Il est signé ; Emanuele Farneti , le rédacteur en chef du Vogue Italia. C’est l’éditorial du numéro de Janvier 2020.

We seriously miss you Franca !*

 

Aucune production de séance photo n’a été requise pour la création de ce numéro

«Cent cinquante personnes impliquées. Une vingtaine de vols et une dizaine de trajets en train. Quarante voitures en attente. Soixante livraisons internationales. Les lumières sont allumées pendant au moins dix heures sans interruption, en partie alimentées par des générateurs à essence. Déchets alimentaires des services de restauration. Plastique pour envelopper les vêtements. L’électricité pour recharger les téléphones, les caméras…

Dans le débat mondial sur le développement durable et les valeurs que Vogue s’est engagé à promouvoir au cours de la prochaine décennie (signé par les rédacteurs en chef des 26 éditions mondiales), il y a un aspect qui me tient particulièrement à cœur: l’honnêteté intellectuelle. Dans notre cas, cela signifie admettre que la publication d’un magazine de mode a un impact environnemental significatif. Les statistiques ci-dessus sont une estimation arrondie de ce qui s’est produit pour produire les huit histoires qui composaient le dernier numéro de septembre. Le changement est difficile, mais comment demander aux autres de changer si nous ne sommes pas prêts à nous remettre en question? En conséquence, ce mois-ci, nous avons voulu lancer un message: cette créativité – qui est la pierre angulaire de Vogue depuis près de 130 ans – peut et doit nous inciter à explorer différentes voies.

Toutes les couvertures, ainsi que les fonctionnalités des pages suivantes, ont été conçues par des artistes qui ont créé sans voyager, expédier des vêtements ou polluer en aucune façon. Ce sont des histoires de mode au vrai sens du terme: les artistes ont été assistées par des stylistes, et elles ont dépeint les visages de vraies femmes. Mais le défi était de prouver qu’à titre exceptionnel, il est possible de montrer des vêtements sans les photographier. C’est une première: Vogue Italia n’a jamais eu de couverture illustrée et, à ma connaissance, depuis l’existence de la photographie, aucun Vogue n’a jamais imprimé un numéro sans inclure ce support.

Huit artistes – des icônes de l’art et des légendes de la bande dessinée bien connues et émergentes – se sont mis à l’épreuve. De plus, grâce à leur générosité, l’argent économisé dans la production de ce numéro ira au financement d’un projet qui le mérite vraiment. Il y a un endroit à Venise qui reste ouvert la nuit pour les étudiants lorsque le reste de la ville éteint ses lumières. Appelée Fondazione Querini Stampalia, c’est un lieu d’art, de silence et d’abri qui a été gravement endommagé par les inondations de la ville en novembre dernier. Nous donnerons les fonds économisés à la restauration de cette fondation, car même si le magazine reprendra sa routine de production normale demain, il est bon de penser qu’il restera quelque chose de ce numéro: un petit geste concret. Condé Nast Italia a également réalisé un investissement tout aussi tangible, car à partir d’aujourd’hui, il a décidé de n’utiliser que du plastique compostable pour emballer le magasine: un coût supplémentaire substantiel mais nécessaire.

Sur ces pages, nous parlons de vêtements qui n’existent que dans le monde numérique, de vêtements qui renaissent de chutes et d’articles qui passent d’une personne à une autre. Nous voyons comment même le secteur de la beauté fait maintenant des incursions dans le monde de la seconde main. Nous discutons du pouvoir cathartique de l’échec, comment la mode peut aider à décrire les migrations, le genre et l’identité. Et nous découvrons à quel point il est parfois difficile de répondre à la simple question: qui êtes-vous? La seule photo présente ce mois-ci est ici car elle a été prise par deux photographes de 17 ans. Ils sont les yeux de demain prêtés à notre présent.

Surtout, il y a des voix qui ne sont pas les nôtres, car il n’y a pas de valeur sans une opinion dissidente. Nous avons donc décidé qu’il était temps de se poser des questions inconfortables, deux en particulier: la mode, avec son besoin obsessionnel de nouveauté et son fétichisme de possession, peut-elle prétendre être véritablement durable? Et la recherche de la diversité – qui est bien nécessaire et jamais suffisante – est-elle une question de sincérité ou de tactique? Les deux personnes qui ont répondu à ces questions – Naomi Klein et Lea T. – n’ont fait aucune concession. Et cela, à mon avis, est inestimable. ”

Emanuele Farneti

 

*Note: Franca Sozzani fut la mythique directrice du Vogue Italia pendant plus de 20 ans.

 

Merci de vous connecter ou de créer un compte pour lire la suite et accéder aux autres photos.

Installer notre WebApp sur iPhone
Installer notre WebApp sur Android