Rechercher un article

Unseen Jubilee edition 16th-18th Sept 2022, Amsterdam, galeries 4

Preview

Gallery Japanesque Paris : Yasuo Kiyonaga (images 1-2)

Nous allons présenter deux œuvres de l’artiste japonais Yasuo Kiyonaga sur le thème nature.
Dans ”Spirit of Forest”, Kiyonaga a photographié et développé ses images uniques d’esprits de la forêt qu’il a rencontrés dans les profondeurs de la forêt japonaise.
Dans “Woods of Strife” il essaie de montrer la distance entre les humains et la nature, basée sur les forêts sacré du Mont Kurama à Kyoto.
Ces deux œuvres sont des chefs-d’œuvre de la façon de voir la nature de Kiyonaga et sa philosophie artistique qui transcende le figuratif et l’abstrait.

Gallery Japanesque Paris
75006 Paris
+33 (0)7 49 40 05 98
[email protected]
https://kyoto-muse.jp/paris/

 

Hangar : Isabel Muñoz, Kíra Krász & Alice Pallot (images 3-4)

Hangar présente une exposition collective de 3 artistes femmes, animées par le même engagement envers le médium photographique et son impact écologique. Chaque artiste a sa propre façon d’exprimer l’urgence, la finitude (vie et mort) et les dangers auxquels la planète est confrontée.

2 jeunes talents soutenus par le Hangar et une artiste reconnue présentent 3 projets entièrement nouveaux et inédits.

Isabel Muñoz a pris un « tournant écologique » après sa rencontre avec les fonds marins et sa prise de conscience de l’arrivée du 5ème élément – le plastique – dans cet écosystème. C’est aussi une rencontre humaine avec la plongeuse en apnée, Ai, détentrice de records mondiaux et ambassadrice du climat au Japon, modèle et muse qui a inspiré l’artiste dans sa nouvelle démarche, aboutissant à la création d’un nouveau procédé d’impression qui consiste à utiliser de la poudre de corail : la coralotipie. Un certain nombre de pièces uniques seront présentées à Unseen.

En n’utilisant que du vieux papier (recyclé) et en pratiquant la technique du collage, les images de Kíra Krász créent un monde bucolique et fantasmagorique qui fait appel à notre imaginaire collectif. Pour Unseen, Kíra Krász explore de nouvelles créations liées à la nature et à son besoin d’attention.

Alice Pallot travaille sur le paradoxe entre l’impact destructeur de l’homme et la force vitale des éléments : volcans, zones polluées et régénérées, micro-organismes, champignons, etc. Algues toxiques, son nouveau projet a été sélectionné pour la Résidence 1+2 à Toulouse. Cette collaboration entre scientifiques et photographe donnera lieu à une nouvelle série intitulée Algues maudites, présentée pour la première fois à Unseen

Une installation d’Alice Pallot en collaboration avec De Anima est présentée à UNBOUND.

HANGAR
1050 Brussels Belgium
+32 (0)2 538 00 85
[email protected]
www.hangar.art

 

Homecoming Gallery: Fenna Schilling, Eddie Wrey, Derrick Ofosu Boateng (image 5-6)

Fenna Schilling (NL)
Les compositions graphiques distinctes d’objets, de nature et de paysages de Fenna Schilling mettent en évidence la beauté du quotidien. À travers des collages découpés manuellement et retravaillés numériquement, les éléments sont dépouillés de leur contexte et de leur fonction d’origine. De nouvelles natures mortes hybrides, analogiques et numériques, émergent de son jeu pictural avec la perception, l’échelle, la forme, la texture et la couleur.

Eddie Wrey (UK)
Eddie Wrey est un nom familier dans le monde de la mode – connu pour ses photographies documentaires éthérées et stylisées et ses palettes vibrantes lors de campagnes pour des clients comme Miu Miu, Dior, etc.
Ayant grandi entre la campagne anglaise et la jungle sri-lankaise, entouré d’appareils photo et d’une chambre noire à la maison, l’amour de Wrey pour la photographie s’est développé très tôt. Enfant, son appareil photo est devenu son outil pour se rapprocher des gens et des cultures qui l’intriguaient. Son projet personnel Adjamé a été conçu avec des intentions similaires ; une célébration de la force et de l’agilité des femmes vendeuses sur le principal marché d’Afrique de l’Ouest à Abidjan. Mettant en valeur la richesse des produits de la région, la série marque également les débuts de Wrey dans l’espace des beaux-arts, démontrant sa signature sculpturale et picturale distincte. Eddie Wrey est représenté par la NY / London CLM Agency.

Derrick Ofosu Boateng (GH)
Les photographies de Derrick Ofosu Boateng débordent de couleurs, de joie et de fierté de vivre à Accra, au Ghana. Grâce à son utilisation particulière de la composition et à une palette de couleurs audacieuse, Derrick transforme des environnements banals en tableaux. Il a commencé à photographier en réaction aux stéréotypes négatifs sur l’Afrique véhiculés par les médias. Visant à modifier les perceptions sur l’Afrique dans son ensemble et à rechercher la connexion humaine, il y a une énergie puissante et optimiste omni présente dans l’ensemble de son travail.

Lorsqu’il a commencé à partager son travail sur Instagram en 2018, sa photographie est littéralement devenue sa porte d’entrée dans le monde, le connectant avec des publics du monde entier – de clients comme Google à la maison de mode Louis Vuitton et au rappeur emblématique Common – dont les dernières couvertures d’albums ‘A Beautiful Revolution part 1&2’ sont celles de Derrick.

Homecoming Gallery
Amsterdam The Netherlands
+31 6 29896950
[email protected]
www.homecoming.gallery

 

Human Playground: Hannelore Vandenbussche (images 7-8)

La photographe belge Hannelore Vandenbussche est fière de présenter son premier projet de photographie documentaire « Human Playground – Why We Play » à UNSEEN 2022.
Cette collection de photographie d’art unique en son genre met en lumière les nombreuses façons fascinantes dont les humains vivent le sport sous la forme de rituels anciens, de rites de passage, d’affaires, de douleur, de perfection et de caractère sacré. Les photos d’Hannelore Vandenbussche donnent un aperçu de certains des terrains de jeu les plus phénoménaux de la planète, des personnes qui s’adonnent à ces jeux et des extrêmes qu’elles sont prêtes à atteindre. L’exposition Human Playground à UNSEEN nous invite tous à découvrir le monde universel du jeu.

HUMAN PLAYGROUND HQ
1012 RV Amsterdam The Netherlands
+ 31 6 20 21 90 37
[email protected]
www.humanplayground.com

 

IBASHO: SAYURI ICHIDA (images 9-10)
Pour Unseen 2022, IBASHO présente une exposition solo d’œuvres de l’artiste japonaise Sayuri Ichida comprenant deux séries récentes, Absentee et E3 2JH. Ichida, née à Fukuoka, au Japon, en 1985, vit et travaille à Margate, au Royaume-Uni.

La série « Absentee » d’Ichida, datant de 2021, a été créée pendant la pandémie de corona. Ichida a fait la déclaration suivante sur ‘Absentee’ :

« Dans cette série, je me concentre sur la temporalité de notre existence. … Cet ensemble d’œuvres est une représentation évocatrice d’un sentiment de détachement, d’une absence, de soi et de la réalité. … Nous avons tendance à négliger notre propre mortalité. Nos tentatives d’échapper aux pensées de mort sont inévitablement remises en question, et nous sommes forcés de reconnaître notre propre fragilité. Une reconnaissance viscérale fait parfois surface, nous rappelant le caractère éphémère de la vie ».

Nous exposerons non seulement ses impressions pigmentaires d’archives sur papier Kozo, mais aussi une œuvre imprimée sur voile.

Nous exposerons également les dernières œuvres d’Ichida, une série de natures mortes intitulée « E3 2JH », un autre projet de confinement terminé en 2021. Cette série est une étude de la forme constructive dans un espace domestique limité. Elle explore la capacité à contrôler les lignes et les formes en utilisant la tension gravitationnelle.

Le code postal employé pour le titre – qui indique également la zone où s’est déroulée la séance de photos était auparavant fortement industrielle. Tous les objets et débris de construction représentés dans la série ont été collectés dans les rues proches de son studio.

Le constructivisme a influencé sa composition perceptuelle. La relation entre les objets et l’espace laissé vide – ou « Yohaku », un concept apporté par les prêtres-artistes bouddhistes de Chine au Japon au 12e siècle – joue un rôle important dans ce travail. Le silence entre les lignes invite à la contemplation.

La photographie est une reproduction de la réalité, et cette œuvre est la reproduction performative par Ichida des débris laissés par l’urbanisation.

IBASHO
Antwerpen Belgium
+32 (0)32162028
inf[email protected]
www.ibashogallery.com

 

Ingrid Deuss Gallery: Frieke Janssens, Gert Motmans & Isabel Miquel Arques & Joost Vandebrug (images 11-12)

 Joost Vandebrug | Exhilarating |
Joost Vandebrug ‘Exhilarating’ est une histoire de lumière et de positivité. Elle a pourtant commencé en 2017 à un endroit sombre. Submergé par l’anxiété, l’auteur s’est retrouvé coincé dans sa maison dans la campagne française. À l’intérieur de la maison, il avait réduit son espace de vie et de sommeil à une vieille chaise longue qui se tenait près de la fenêtre, où son anxiété semblait la plus gérable. À travers la fenêtre, il ne voyait que la répétition des jours qui se transforment en nuits – de l’obscurité à la lumière et de la lumière à l’obscurité. Sortir de cet état, c’était comme réapprendre à marcher, et le voyage de quatre ans qui a suivi est le sujet de « Exhilarating ».

Chaque œuvre de « Exhilarating » est constituée d’une centaine de petites cartes en papier faites à la main représentant de vastes et écrasants paysages de montagne, qui ont été photographiés chaque jour quelques heures avant le crépuscule. Toutes les œuvres individuelles disposées ensemble, en diagonale, montrent toute la gamme de ces heures dorées magiques qui séparent le jour de la nuit. Ce sont cent moments dans le temps, inséparables pour former une œuvre, et à leur tour, reliés pour devenir la série dans son ensemble. Chaque étape embrasse la fragilité du processus et, par conséquent, les imperfections qui peuvent apparaître et qui, à leur tour, sont devenues une partie essentielle des œuvres dans leur ensemble.

Frieke Janssens / Lightness
Avec Lightness, Frieke Janssens a créé une série de photos cathartiques, qui font appel à notre besoin d’évasion et à notre quête individuelle d’un but et d’un sens. Ses compositions explorent la dichotomie visuelle entre apesanteur et gravité, eau et air, esthétique et imperfection. En utilisant la mer et son éternel flux et reflux comme toile de fond, la photographe contemple l’énigme universelle : nous connaissons-nous ou nous comprendrons nous jamais ?

Les photocollages de Gert Motmans sont une antithèse bienvenue dans une ère numérique où les smartphones et les médias numériques règnent en maîtres. L’œuvre de Motmans apaise car ses images attirent l’attention, elles invitent le spectateur à se promener, à errer, à se perdre ou même à disparaître en elles.

Gert Motmans / Now it’s day, but I am dreaming
Gert Motmans est un artisan. Il choisit souvent de travailler avec des techniques analogiques et de développer ses images dans une chambre noire. Il travaille avec des matériaux tels que du papier japonais fait à la main ou des papiers jaunis ou usés par le temps qu’il trouve dans des stocks anciens. De cette façon, il insuffle une nouvelle vie aux techniques traditionnelles et aux matériaux anciens.

Isabel Miquel Arques / A Study on Movement and Imperfections
Une sélection d’œuvres de 2013 à aujourd’hui nous donne un aperçu de la recherche d’Isabel Miquel Arques sur l’âme du médium de la photographie. S’opposant à une reproduction techniquement exacte, l’artiste opte résolument pour l’imperfection de l’expérimentation. En prêtant attention à la matérialité, à la transparence, à la texture et à la tactilité, elle aborde ses impressions et ses sérigraphies comme des objets physiques, des sculptures présentes dans le temps et l’espace.

À côté de cette série, Igrid Deuss présentera le livre Beyond Borders. Il s’agit d’un dialogue avec Karen Blixen et fait partie d’une trilogie qui est un dialogue artistique entre l’artiste et des icônes féminines telles que Karen Blixen, Virginia Woolf et Georgia O’Keeffe.

À l’occasion de la publication, l’éditeur Ludion et l’artiste lancent une édition collector limitée. Cent exemplaires constituent une édition spéciale pour les collectionneurs, et chacun d’entre eux sera signé, numéroté et emballé dans une sérigraphie sur toile imprimée. La sérigraphie aussi étant réalisée à la main, le livre est unique en tous points…

Ingrid Deuss Gallery
2018 Antwerp Belgium
+32 475 56 22 83
[email protected]
www.ingriddeussgallery.com/

 

INSIDE OUT GALLERY – BRUSSELS: Derrick O. Boateng, Justin Dingwall & Iwajla Klinke (Images 13-14)

Le thème de notre exposition sera « le portrait ».
Un portrait n’est pas seulement un portrait, c’est bien plus que cela.
Il peut être idéalisé pour valoriser le modèle, refléter sa personnalité ou transcrire la perception de l’artiste.
Il n’est pas toujours fidèle à la réalité. Il peut être créé pour des raisons politiques, sociales ou personnelles, et questionne le rôle de l’image et de la représentation.
Il peut rendre l’apparence physique du modèle, mais il peut aussi refléter son statut social ou tenter de transmettre les qualités psychologiques de la personne.
Autour de ce thème, nous exposerons 3 artistes :

  • notre artiste iPhone en plein essor, originaire du Ghana, Derrick O. Boateng : son travail porte sur la réhabilitation de l’image de l’Afrique
  • Justin Dingwall d’Afrique du Sud : la série que nous présenterons porte sur les chemins alternatifs que nous devons parfois emprunter dans la vie.
  • Iwajla Klinke d’Allemagne : un questionnement sur notre(nos) identité(s) à travers ses portraits de personnes en transition et métamorphoses ».

inside-out art gallery
brussels – belgium
+32 473 68 09 69
[email protected]
insideoutartgallery.com

 

Josilda da Conceição Gallery: Joeri Woudstra & Inge Schoutsen (image 15-16)

Les deux artistes présenteront une vue d’ensemble hybride en suivant le chemin qui mène de l’objectif à l’installation. Des approches contrastées de l’objet trouvé entrent en conversation, les compositions audiovisuelles reconstituées de Woudstra contre l’imagerie sémiotique de Schoutsen.

Dans Unseen, Joeri Woudstra (1993) présentera un Mupi mécanique, comme ceux que nous voyons tous les jours dans nos déplacements. Il s’agit d’un « meuble urbain », conçu uniquement comme un support neutre de la publicité et de la culture visuelle dans l’espace public. En retirant le Mupi de son contexte d’origine, l’objet devient une partie intégrante de l’art exposé. Au lieu de passer devant et d’accepter passivement la présence de l’objet dans notre environnement, le public s’arrête un instant et a la possibilité d’apprécier l’objet pour ses qualités visuelles. Une série continue d’œuvres de la taille d’une affiche tourne à l’intérieur, faisant référence à l’esthétique de la culture contemporaine de la publicité de rue, révélant une nouvelle composition 10 secondes après l’autre. Woudstra présentera également une nouvelle œuvre dans laquelle il plonge encore plus profondément dans l’analyse de cet objet trouvé, en le retournant à l’envers.

Schoutsen (1974) a réagi aux œuvres de Woudstra en s’aventurant sur de nouveaux terrains avec une pièce au sol intitulée ‘The secret rules of engagement’. Le point de départ de Schoutsen est le langage sémiotique dans l’imagerie. Elle le prend au pied de la lettre en utilisant l’imagerie de panneaux de signalisation dans la circulation touchés par une interaction humaine involontaire. Comme Woudstra, elle distille l’objet trouvé de son contexte mais le range dans une perspective observationnelle et symbolique. Schoutsen accompagne l’œuvre au sol de nouvelles gravures en photopolymère. Avec ces nouvelles œuvres, Schoutsen vise une présence plus profonde de l’abstraction dans ses photos, se fondant ainsi parfaitement dans le reste de la présentation du stand.

Josilda da Conceição Gallery
1073 SR Amsterdam The Netherlands
+31-(0)644184409
[email protected]
www.josildadaconceicao.com

Merci de vous connecter ou de créer un compte pour lire la suite et accéder aux autres photos.

Installer notre WebApp sur iPhone
Installer notre WebApp sur Android