Rechercher un article

Sergey Maximishin

Preview

La photographie peut-elle raconter l’Histoire ? Story and History est le thème proposé par Liza Fetissova animatrice de la Galerie Russian Tea Room. Deux photographes pour illustrer le propos, Sergey Maximishin et Jiri Hanke. Le premier parcourt le monde pour attraper l’événement, tentative de confondre l’espace et le temps par l’action, il est photojournaliste. Le second pendant vingt ans va photographier, de la même fenêtre, en plongée, de jour comme de nuit les «événements» de sa rue, discrètement l’action y est permanente, l’espace est toujours le même et le temps passe. Pour les deux ce sont des histoires qui vont faire, qui vont construire de l’Histoire. La photographie est un moyen qui permet de raconter des histoires et, pour y parvenir il n’y a pas de voie particulière. Toutes les pratiques sont bonnes. Une spécificité de la Photographie.

Michel Philippot

Artiste authentique, Sergey Maximishin s’appuie sur le langage de ses images – élégant, convaincant, reconnaissable et toujours pertinent. Il ne cherche pas à apaiser nos anxiétés, pas plus qu’il ne cherche à nous donner de réponses. De Moscou au Kamtchatka, de Saint-Pétersbourg à la Tchétchénie, la Russie a beaucoup de fléaux : pauvreté, maladie, avidité, richesses mal acquises et de façon scandaleuse. Les protagonistes préférés de ses histoires sans paroles sont souvent anonymes. Époques précises, lieux précis. Sergey capte l’essence de chacun de ses moindres personnages. Avec maîtrise, changeant de tonalité narrative, mélangeant drame et ironie, il ne tombe jamais dans le cynisme ou la facile flatterie.

Naturellement modeste et discret, Maximishin évite les projecteurs, aussi bien quand il se cache derrière son appareil à l’occasion d’une prise de vue que lors de la cérémonie de remise des World Press Awards : il observe et capture l’instant. Son attitude pragmatique l’aide à créer des images sans prix pour les générations à venir. Sa réelle empathie pour ses personnages nous fait apprécier jusqu’aux sujets les plus durs : les prisons, la misère en arrière-plan, éveillent notre conscience, elles ne provoquent pas de répulsion. Sergey, avec grâce, avec goût, interprète inconsciemment les références de l’Ouest, les reconstruit et en offre de nouvelles lectures, tour à tour modernes, polémiques, elliptiques : de nos jours, en costume d’homme d’affaires, on peut prendre le télésiège pour se rendre à la colline Vorobiev de Boulgakov ; les modernes Raskolnikov se font tatouer des symboles nazis sur les bras ; le Zov Ilycha (l’Appel de Lénine) n’est guère qu’un restaurant dont les serveuses sont seulement vêtues de leur ceinture porte-monnaie. Ses images nous rappellent que l’ancien empire abrite de toutes sortes de personnes et de situations en cette ère de post-Perestroïka : les modestes gens qui avancent péniblement et les faux tsars ; une frénésie de modernité à tout prix et une poignante nostalgie du passé ; un amour sincère pour la patrie et un nationalisme des plus détestables ; elles nous rappellent enfin qu’aujourd’hui, comme autrefois, le diable Voland n’est pas loin.

Chiara Mariani,
Directrice de la Photographie and journaliste au
magazine Corriere Della Sera

Sergey Maximishin est né en 1964. Il a passé son enfance à Kertch, en Crimée. Il a démenagé à Leningrad en 1982. Il a fait son service militaire en tant que photographe au sein du Groupe de Force Militaire Soviétique à Cuba de 1985 à 1987. Après un DESS de physique à l’Institut Polytechnique de Leningrad en 1991, il a travaillé dans le laboratoire d’expertise scientifique et technique au sein du Musée de l’Hermitage. En 1998, Maximishin fait des études à la faculté de photojournalisme de Saint-Pétersbourg. En 1999-2000, il a travaillé comme photographe permanent pour le journal “Izvestia”. Depuis 2003, Segey Maximishin travaille avec l’agence allemande “Focus”.

Story and History
Jusqu’au 24 dec 20011

Russiantearoom Gallery
42 rue Volta
75003 Paris
+ 33 6 63 20 23 33

Merci de vous connecter ou de créer un compte pour lire la suite et accéder aux autres photos.

Installer notre WebApp sur iPhone
Installer notre WebApp sur Android