Rechercher un article

Quoi de neuf, Sylvie Blum? Interview par Nadine Dinter

Preview

Sylvie Blum fait partie d’un petit nombre de femmes photographes qui s’aventurent à travailler dans le domaine de la photographie de nu. Après avoir travaillé comme mannequin pour Helmut Newton et Jeanloup Sieff, elle a décidé de changer de rôle et de devenir elle-même photographe. Informée par ce CV passionnant, elle a développé une marque unique: le corps féminin photographié d’un point de vue féminin, mis en scène avec une vue, mis en scène avec une perfection qui transcende les stéréotypes de genre.

La série Big Cats de Blum a attiré l’attention internationale lorsqu’elle a été vendue aux enchères à Christies en 2014. Ses œuvres de la série «Naked Beauty» ont été présentées aux côtés de celles de Herb Ritts à Fahey Klein à Los Angeles, et maintenant elle est prête à lancer sa première exposition personnelle en Asie au Museum of Contemporary Art (MOCA) à Bangkok, ouverture le 25 janvier 2020.

Entre les préparatifs de l’exposition, elle a pris le temps de partager ses idées avec nous. Bonne lecture!

 

Nadine Dinter: Une femme photographiant des femmes nues – avez-vous l’impression de rompre avec la tradition?

Sylvie Blum: Je suis le genre de personne qui aime toujours enfreindre une règle ennuyeuse – cela rend la vie tellement plus excitante!

ND: Qu’est-ce qui a déclenché votre passage de mannequin à photographe?

SB: Devenir photographe après avoir été mannequin pendant 16 ans a été une transition très naturelle pour moi. A part ça, j’ai toujours su que je voulais devenir artiste. Et je suis fasciné par la photographie depuis aussi longtemps que je me souvienne. Après avoir rencontré le photographe et artiste légendaire Gunter Blum dans les années 1990, je suis devenu son modèle, sa muse et sa femme. Gunter était un génie, un artiste obsessionnel et mon mentor. Il m’a beaucoup appris sur la photographie. À sa mort, j’ai pris un vieil appareil photo Polaroid Sx70 et j’ai commencé à me prendre en photo. C’est quelque chose de très courant aujourd’hui, mais à l’époque c’était très exotique et audacieux de rendre mon travail public, ce qui m’a montré à la fois comme mannequin et photographe. Ces «selfies» ont été vendus en 2014 à Christie’s NYC et ont également fait la couverture du catalogue de vente aux enchères.

ND: Était-il difficile de prendre pied dans un genre dominé par les hommes, et comment ont été vos expériences jusqu’à présent? Les gens sont-ils ouverts ou surpris?

SB: Le monde de l’art et de la photographie est généralement assez compétitif, donc j’ai l’habitude de me frayer un chemin dans le genre dans lequel je veux être. J’aime la bonne compétition parce que je suis une combattante et c’est pratique si vous êtes persévérante, dure au travail, perfectionniste. Je sais que ma voix en tant que créatrice d’images est forte et unique et je suis assez audacieuse pour ignorer la négativité liée au genre. Cela me surprend qu’elle existe toujours, mais d’un autre côté, je m’en fiche. Une bonne image est toujours une bonne image et elle parle d’elle-même.

ND: Comment trouvez-vous vos modèles et travaillez-vous seule ou en équipe?

SB: La plupart des modèles me contactent à cause des réseaux sociaux. C’est fantastique: cela rassemble des personnes ayant les mêmes intérêts et vous pouvez travailler avec des modèles du monde entier car vous êtes déjà connectée via les réseaux sociaux. J’aime découvrir de nouveaux talents et des gens passionnants… et je pense que tout le monde est beau et fascinant de toute façon. La plupart du temps, je suis très connectée à mes modèles et à mes muses. Avec certains d’entre elles, j’ai établi une longue relation. Selon le projet sur lequel je travaille, j’ai une grande ou une petite équipe. Certaines productions nécessitent juste beaucoup de préparation.

ND: Dans la série “Big Cats”, vous avez coopéré avec un groupe d’animaux apprivoisés, comme des lions, etc. Quelle est l’histoire de la célèbre “Angela chevauchant le lion”?

SB: Travailler avec des animaux est très fascinant et peut parfois être difficile. Contrairement aux modèles, ils n’ont pas l’habitude de poser longtemps. Ils sont tout simplement naturels et vous feront savoir s’ils ne sont pas d’humeur pour plus. Vous pouvez vraiment voir quand ils deviennent fringants ou paresseux et qu’ils commencent à jouer à des jeux avec vous. J’aime des animaux et aime travailler avec eux et les avoir autour de moi. La série «Big Cat» a été l’une de mes plus grandes productions. J’ai commencé à préparer la série en 2004 lorsque j’ai voyagé pour la première fois en Afrique du Sud et en Namibie pour étudier la faune dans son environnement naturel. Voir ces animaux m’a époustouflé. Leur beauté, leur force et leur grâce étaient écrasantes. En 2008, j’ai finalement débuté ma production  gros chats. Depuis, j’ai travaillé avec toutes sortes d’animaux, d’éléphants, de flamants roses, d’oiseaux, de serpents, d’alligators, de kangourous, de porcs, de chats et bien d’autres.

“Angela Rides the Lion” reste toujours l’une de mes images les plus emblématiques. Nous n’étions pas censés faire cela, car c’était trop scandaleux. Mais j’ai saisi l’occasion quand je l’ai vu –  la soulever sur le dos du lion pendant quelques secondes. Si vous regardez attentivement, vous pouvez voir qu’Angela a les larmes aux yeux en posant sur la bête. C’était très excitant et nous sommes restés amies depuis ce tournage.

ND: Votre prochaine exposition s’ouvre en Asie. Comment avez-vous géré l’ouverture généralement limitée à la nudité dans ces cultures? Cela a-t-il affecté votre sélection d’œuvres?

 SB: Je suis heureuse de travailler avec une équipe hautement professionnelle au MOCA Bangkok. Ils sont très modernes et ouverts d’esprit en termes de nudité. Je veux dire, ce n’est pas Facebook, Instagram et les règles de censure de Zuckerberg qui remontent le temps? Aux États-Unis, le terme «you got Zuckered» est courant… et devinez ce que cela signifie en termes de nudité!

La pruderie entourant ce que vous êtes autorisé à montrer ces jours-ci. Je trouve la censure des mamelons, des fesses et des autres parties du corps horrible et ridicule.

Ma prochaine exposition au MOCA Bangkok est la première et la plus grande exposition du genre en Thaïlande, montrant près de 300 de mes œuvres – et ce sont principalement des nus.

ND: Au début de votre carrière, vous avez réalisé de nombreux autoportraits, certains classiques et d’autres plus sauvages. Est-ce une série en cours ou cette phase est-elle terminée pour vous?

SB: MOCA Bangkok présentera mes Polaroids dans une installation intitulée “20 Years of Polaroids”. Ce sont principalement des autoportraits et des prises de vue de journal intime de mes voyages, de mes amis, de mon travail et de mon environnement… et oui, je prends toujours des polaroids sauvages et fous. C’est un jeu pour moi; J’aime travailler avec l’analogue instantané et je suis enthousiasmé par toutes les rayures et les défauts qui sortent de cette caméra. J’ai mon SX70 partout avec moi.

ND: En dehors de votre travail artistique, faites-vous actuellement du travail commercial?

SB: En ce moment, je suis très impliquée dans mes projets artistiques. 2020 est déjà prévu avec mes prochains shoots. J’ai des idées folles et j’ai hâte de travailler dessus.

 ND: Qu’est-ce qui est prévu pour 2020, à part votre exposition au musée?

SB: Nous préparons actuellement mon prochain projet de livre et discutons d’autres expositions. Je donnerai un atelier exclusif juste après l’ouverture au MOCA en janvier en Thaïlande. Ensuite, je prévois de reprendre la production, car l’année dernière j’étais occupé à préparer les expositions du musée et il n’y avait pas beaucoup de temps pour autre chose.

ND: Pour la nouvelle génération de femmes photographes en herbe qui veulent entrer dans votre genre, quel est votre conseil?

SB: Il est toujours difficile de donner des conseils, mais je suis toujours heureuse de voir mes collègues photographes apparaître sur les réseaux sociaux. Il y a tellement de talent là-bas. Je pense que si vous restez fidèle à votre vision et faites ce que vous aimez vraiment faire, vous ne pouvez pas vous tromper. Il faut du temps pour trouver votre voix et perfectionner votre métier… faites-le!

 

Exposition:

Sylvie Blum: Naked Beauty au Museum of Contemporary Art (MOCA) Bangkok

25 janvier au 25 mars 2020

MOCA Museum of Contemporary Art, 499 Kamphaengphet 6 Road, Ladyao, Chatuchak, Bangkok, 10900 Thaïlande

Plus sur: http://www.sylvie-blum.com/ // Suivez sur: @sylvieblum

Merci de vous connecter ou de créer un compte pour lire la suite et accéder aux autres photos.

Installer notre WebApp sur iPhone
Installer notre WebApp sur Android