Rechercher un article

Quoi de neuf, Chloé Jafé? Interview par Nadine Dinter

Preview

La photographe française Chloé Jafé est une véritable centrale électrique. Non seulement elle est une artiste brillante, elle est aussi une personne courageuse et avisée.

En découvrant son travail il y a environ quatre ans lors du salon Paris Photo, j’ai été étonné d’apprendre que les photos avaient été prises  par une photographe française, et non par une disciple japonaise d’Araki.

Afin de découvrir pourquoi Jafé avait décidé de vivre et de photographier au Japon, comment elle a réussi à atteindre son objectif et à établir un rapport étroit avec son sujet, et sur quoi se concentre son dernier travail, je me suis connectée avec elle il y a quelques semaines et suis maintenant ravie de partager son histoire et «Quoi de neuf» avec vous.

 

Nadine Dinter : Vous avez déménagé au Japon il y a environ sept ans, vous parlez couramment le japonais et avez osé explorer les enfers japonais. Quelle est l’histoire derrière cette partie de votre vie?

Chloé Jafé : J’ai déménagé au Japon en 2012 avec l’idée de rencontrer des femmes de la pègre.

À l’époque, je parlais à peine le japonais, alors j’ai pris quelques cours. Mais j’ai surtout appris la langue dans les bars et avec des amis. J’étais fasciné par la beauté et la complexité de la culture japonaise – un équilibre apparemment parfait qui semble impénetrable mais qui cache en fait beaucoup d’obscurité. L’histoire du Japon m’intéressait également, d’abord avec les samouraïs puis avec les Yakuza (qui s’identifiaient à l’origine à des Robin des Bois modernes). Je voulais créer un travail avec lequel je pouvais m’identifier, alors j’ai décidé de me concentrer sur les femmes de la mafia japonaise.

ND : Quand on pense à la photographie japonaise, Araki et ses femmes en servitude viennent souvent à l’esprit. Mais il y a tellement plus, comme le montrent vos photos et leur sujet. Comment l’idée vous est-elle venue? Et combien de temps vous a-t-il fallu pour préparer correctement le projet?

CJ : J’étais déjà allé deux fois au Japon lorsque j’ai eu cette idée. Quand j’ai commencé à y penser sérieusement, je venais de quitter mon travail à Londres et vivais à Paris avec mon petit ami à l’époque. Un jour, nous avons eu une grosse bagarre, signalant la fin de notre relation; le lendemain de l’achat de mon billet d’avion pour Tokyo. Bien sûr, j’avais déjà fait des recherches sur le sujet, et je me suis aussi inspiré du livre Yakuza Moon: Memoirs of a Gangster’s Daughter et de la série télévisée japonaise Gokudo no tsuma-tachi (The Yakuza Wives). Mais quand je suis parti au Japon pour commencer ce travail, je suivais principalement mon instinct sans trop de préparation. J’ai travaillé sans fixeurs et je me suis simplement jeté dedans. Je pense que la vulnérabilité est une partie importante de ma pratique.

ND : Une partie de vos préparatifs a consisté à entrer dans le cercle intérieur des Yakuza, à gagner leur confiance et, finalement, à recevoir la permission des patrons des Yakuza pour photographier leurs compagnes. Comment avez-vous réussi à infiltrer ce groupe fermé?

CJ : Je n’ai pas «infiltré» mais plutôt tenté de devenir «l’un d’eux» de la manière la plus sincère possible. Je voulais m’assurer d’avoir une bonne compréhension des gens que j’essayais de photographier. Quand j’ai commencé à photographier des hôtesses, je pouvais sentir une distance qui n’était pas tout à fait correct. J’avais l’impression d’essayer de voler quelque chose ou d’être inoportune. C’est à ce moment que j’ai décidé de décrocher un emploi d’hôtesse moi-même, afin de pouvoir communiquer avec les filles au même niveau et mieux comprendre leur position et la relation qu’elles entretiennent avec les hommes.

Je vois la photographie comme un échange, et même si je devais faire mes preuves au début, je pense que finalement c’était un gain de confiance mutuel entre nous.

ND : Dans la première partie de votre trilogie, intitulée Je vous donne ma vie, vous dépeignez des épouses, des maîtresses et d’autres femmes dans le monde Yakuza, montrant leurs tatouages ​​élaborés et impressionnants. Bien que les femmes soient nues, ces inscriptions puissantes et individualisées d’animaux, de signes et de symboles puissants leur donnent une apparence forte et pas du tout vulnérable. Était-ce votre idée – de les responsabiliser de cette façon? 

CJ : Pour être honnête, quand j’ai commencé ce projet, je ne savais pas ce que je trouverais et qui je pourrais rencontrer, donc il n’y avait pas de concept clair. Ce que je savais depuis le début, c’est que je voulais faire une oeuvre mixte et que je voulais éviter les clichés. En tant qu’étrangère au Japon, je voulais essayer d’éviter une perspective trop occidentale et il était important pour moi de montrer le plus possible les sentiments des femmes. Même si elles sont dans l’ombre la plupart du temps, je pense qu’elles sont belles et fortes, et je voulais en quelque sorte leur donner une voix.

ND : Les patrons Yakuza étaient-ils présents lors de ces séances photos et avez-vous dû obtenir leur autorisation pour les photos finales?

CJ : Heureusement non! Je voulais partager une certaine intimité avec les femmes que j’ai photographiées. Mais chaque cas était différent, et parfois je devais obtenir l’approbation du patron avant de commencer à photographier. Encore une fois, la relation était basée sur la confiance, alors je leur ai montré tout ce que je photographiais et ils m’ont fait confiance dans mes choix.

ND : Êtes-vous toujours en contact avec les femmes que vous représentez, et comment cette série a-t-elle affecté et influencé votre vie personnelle?

CJ : Je reste en contact avec la plupart d’entre elles et j’ai un lien proche avec certaines d’entre elles. Ce travail m’a changé. Les gens que j’ai rencontrés m’ont donné de la force et m’ont appris à avoir le sens de l’honneur et de la conviction. Cela restera avec moi pour toujours, tout comme l’encre que j’ai sur le dos maintenant.

ND : Dans la deuxième partie de votre trilogie, intitulée Okinawa, Mon Amour, vous avez créé un portrait sensuel, mais honnête, de la ville d’Okinawa. Encore une fois dans cette série, les femmes jouent le rôle principal. Ici, vous les avez recherchées dans des bars et des hôtels, entre autres. Quelle a été votre approche? Comment les avez-vous trouvées et «choisies»?

CJ : Le travail que j’ai fait à Okinawa était très personnel. Loin de ses belles plages. Ce n’est pas un projet que j’avais l’intention de faire mais c’est plutôt quand je me suis devenue amoureuse. J’ai aussi adoré l’île et ses habitants. Sur le plan personnel, j’avais beaucoup de sentiments difficiles à ce moment-là, à commencer par l’anxiété. Je pense que je me cherchais à travers ces femmes. J’ai photographié les gens qui m’attiraient et ceux qui me rassuraient. J’ai trouvé beaucoup de confort à passer du temps avec la maman locale (femmes plus âgées). En même temps, je poussais mon moi le plus sombre pour essayer de trouver mes propres limites. Je devais juste documenter ce que je vivais de manière brute, sans plans; c’était ce qui avait du sens pour moi à l’époque.

ND : Les portraits et paysages urbains sont complétés par des scènes de guerre et des photographies historiques. Pensez-vous que la ville d’Okinawa souffre toujours de son histoire et des pertes tragiques de la Seconde Guerre mondiale?

CJ : Je pense que le traumatisme qu’Okinawa a subi pendant et après la Seconde Guerre mondiale est devenu en quelque sorte une partie de son identité. De nombreux Japonais semblent voir Okinawa comme une destination de rêve pour leurs vacances annuelles et ont tendance à oublier que près de 15% de l’île est occupée par des bases militaires américaines. (La plupart des bases américaines au Japon sont situées à Okinawa.) Les cicatrices du passé sont encore visibles. Aujourd’hui encore, les habitants d’Okinawa se battent pour arrêter la construction de nouvelles bases sur leur île, mais le gouvernement du Japon continental ne montre aucun soutien – la nouvelle base de Henoko en est un exemple. Okinawa avait sa propre culture dans le royaume Ryukyu, et cela, avec l’influence des États-Unis, rend l’île assez unique et différente du Japon continental. C’est un sujet très sensible qui n’est malheureusement peu traité à l’échelle internationale.

ND : Quelle est l’idée derrière la troisième partie de votre projet, Osaka Ben?

CJ : Osaka est connue pour avoir le taux de criminalité le plus élevé au Japon. Cela est en partie dû au district de Nishinari, alias Kamagasaki, ou Airin – ce dernier nom (qui signifie «aime ton voisin») est un nom officiel donné par le gouvernement pour tenter de changer l’image de ce bidonville. Il attire ceux qui souhaitent prendre un nouveau départ, qui cherchent un endroit pour échapper à un mari violent, à des dettes ou à la police. Les sans-abri, les journaliers, les prostituées, les anciens criminels, les transsexuels, les anarchistes, les poètes et autres personnes marginalisées habitent ce quartier contrôlé par les Yakuza. Loin des traditions et des jugements conformistes, Nishinari a ses propres lois. Les gens de cet «autre Japon» sont réels et palpables.

ND: Pour la prochaine génération de photographes souhaitant faire carrière dans un autre pays étranger, quelles sont vos recommandations et astuces?

CJ : “Trouvez ce que vous aimez et laissez-le vous tuer.” – Charles Bukowski

Merci, Chloé, d’avoir pris le temps de partager ton dernier avec nous!

 

Restez à l’écoute pour les expositions à venir:

  • 16-30 septembre: Exposition à Kodoji, Golden Gai (Tokyo)
  • 18 septembre-18 octobre: ​​Kyotographie, KG Select (Kyoto)
  • 7-11 octobre: ​​Photo Londres
  • 12-15 novembre: Paris Photo

 

Suivez Chloé Jafé à: @ chloe.jafe // Représenté par Akio Nagasawa Gallery

Merci de vous connecter ou de créer un compte pour lire la suite et accéder aux autres photos.

Installer notre WebApp sur iPhone
Installer notre WebApp sur Android