Rechercher un article

Michael Nguyen

Preview

Le pouvoir du design et les contradictions entre l’art et la vie

Les photographies de Michael Nguyen La façade la plus colorée du centre commercial de Munich

par le Prof. Dr. Rainer Funke

Quand les conteneurs seront-ils chargés ? Une telle question vient à l’esprit lorsqu’on approche de loin du centre commercial construit en 2008. Mais arrêtez ! Les couleurs intenses des cubes apparemment empilés et leur composition sophistiquée font immédiatement naître d’autres associations. Comme si quelqu’un avait créé une commande spéciale à partir de blocs de construction. On se demande si c’est déjà l’état final parfait, comme on essaie de le créer avec le Magic Cube, par exemple.

La variété des combinaisons semble trop grande pour cela. Tant celle des couleurs que celle des structures de surface. A cela s’ajoutent les multiples reflets et l’étonnante dynamique visuelle. On ne semble pas passer devant le bâtiment lui-même, mais ses façades se mettent à courir, à tourner, à couler. On se souvient presque de la danse des façades et des intérieurs des palais de justice baroques du centre-ville de Munich. Mais ici, au lieu de la figuration baroque, c’est la géométrie qui est à l’honneur.

Plus on s’approche, plus les détails deviennent visibles. Non, ce ne sont ni des conteneurs ni des blocs de construction. La forme prismatique des plaques de métal colorées et réfléchissantes donne à l’enveloppe du bâtiment une plasticité prononcée. On n’aurait pas pu s’attendre à autant de sophistication de la part d’un centre commercial, surtout pas ici, où Munich n’a presque plus rien de typique et s’effiloche dans le paysage.

Que ce soit la volupté du rouge avec un bleu éclatant, la douceur du pastel, l’or noble, la luxuriance ou le vert pâle : la puissance écrasante de la couleur est, bien sûr, le thème de base de la série d’images, toujours en montée en flèche puissante, une séquence verticale riche en contrastes de parallèles apparemment sans fin.

Les imposantes photographies de Michael Nguyen nous emmènent très près de cet organe de la couleur. Elles nous mettent au garde-à-vous sur le terrain de parade des verticales. C’est surtout la sévérité de la composition dans le détail qui devient un thème.

Ce geste apparaît une fois de plus impitoyablement souligné par l’appareil photo de Nguyen, alors que les réfractions et les perturbations émergent de près. Deux casiers bleus carrés encadrés, par exemple), selon leurs dimensions probablement placés sur un fond bleu avec des ferrures métalliques non colorées en bleu – la tentative de les cacher a échoué. Nguyen les place au centre. Le merveilleux motif à rayures est ainsi perturbé, moins parfait et aussi un peu plus vivant. On retrouve la même chose avec les serrures de porte (ici les charnières forment en plus un rythme de contre-rotation), l’interphone et les autocollants sur deux autres images. En tant que photographe, Michael Nguyen est aussi désinhibé que les façades représentées veulent l’être mais ne peuvent pas être dans la tempête de la vie et de l’entropie.

Les surfaces réfléchissantes évoquent des associations presque poétiques lorsque la nature et l’espace urbain s’y combinent doucement et soigneusement (dans une image, les formes douces des restes de neige sont ajoutées). Ici aussi, Nguyen est provocateur. Une image est destinée à irriter par huit coupes horizontales apparemment irrégulières dans les surfaces colorées environnantes.

Et, bien sûr, la saleté et les déchets. Un tel dessin axé sur la perfection géométrique des couleurs est très moralisateur. Il lève son index en pleine grandeur, nous enjoignant de ne pas déranger l’ordre, de préserver la perfection et la propreté. Lorsque nous percevons ensuite de petites choses jetées et en plus un sol sale ou même des surfaces de façade sales, il nous frappe de plein fouet. En même temps, on nous renvoie à la particularité et à l’enlèvement artistique de la façade. Même un panneau de signalisation, placé un peu de travers et à son tour, défiguré par les restes d’un autocollant, souligne la distance de l’objet d’art par rapport à la vie. Même le choc des différentes dimensions de la grille des bandes de la façade et du pavage du trottoir attire l’attention et les distances. Ici, rien n’a poussé du sol, là où il a été posé. Cette impression est encore renforcée par la structure quadrillée en filigrane des surfaces qui pointent vers la gauche.

Si donc des objets se trouvent encore devant l’œuvre d’art, comme un conteneur quelque peu démoli pour la collecte de vêtements, un cendrier (néanmoins en forme verticale et orthogonale stricte d’acier inoxydable et exactement aligné), ou encore une poubelle dont la couleur est certes coordonnée, on a souhaité interdire les objets autour du bâtiment.

Les personnes apparaissent sur deux photos. Elles nous font pousser un soupir de soulagement : oui, tout est fait pour les gens. Les deux personnes sur une photo, prises un peu voyeuristes derrière un lampadaire, pourraient cependant être déjà un peu plus serrées, plus droites, et peut-être se défiler devant la façade en marchant ! L’homme avec son caddie, en revanche, semble vouloir se sauver de l’austérité de la toile de fond dans le monde organique de la colonie de feuillus.

De manière impressionnante, Michael Nguyen nous présente cette série de photos d’un bâtiment comme une œuvre d’art et nous montre ainsi la puissance du design mais aussi les contradictions entre l’art et la vie.

Prof. Dr. Rainer Funke

 

Le professeur Rainer Funke effectue des recherches et publie des questions théoriques sur le design dans une perspective sémiotique, culturelle et philosophique et travaille comme consultant en design pour les entreprises. Il enseigne la théorie du design à l’université des sciences appliquées de Potsdam. Après avoir étudié la philosophie à l’université Martin Luther de Halle-Wittenberg, il a obtenu son doctorat en sémiotique et a ensuite travaillé dans la recherche sur la théorie du design au Burg Giebichenstein – Université d’art et de design de Halle. En 1992, il a été nommé à Potsdam en tant que doyen fondateur du département de design. Rainer Funke était propriétaire d’une agence de design, président du conseil d’administration du Centre de design du Brandebourg et professeur invité à l’Université d’art et de design industriel de Linz.

 

“La théorie du design est censée motiver de manière éclairante en transmettant des méthodes d’analyse du design, en particulier pour les relations multiples entre les formes perceptibles d’artefacts et leurs significations dans le contexte du processus d’utilisation. La théorie de la conception explique les modes d’action et les relations de développement historiquement fondées de la conception et leurs divers facteurs d’influence”. (Prof. Dr. Rainer Funke)

 

Le centre commercial Mira a ouvert en 2008 dans le quartier de Munich Nordhaide. Les façades ouest, nord et la moitié nord de la façade est, d’une superficie totale de 5 800 mètres carrés, étaient constituées de panneaux métalliques laqués colorés qui étaient placés sur les murs pour former des prismes. Comme les côtés des prismes ont des couleurs différentes, la façade apparaît du sud-ouest et du nord-ouest dans des couleurs différentes. Entre les deux, une transition progressive a lieu, de sorte que le bâtiment change de façon dynamique au fur et à mesure que l’on passe devant. En plus des panneaux colorés, la façade contient également des panneaux en aluminium poli, qui reflètent le ciel et les bâtiments environnants. La construction de la façade a commencé en 2007 et a été récompensée par le “DGNB Gold Award for sustainable buildings” en 2009. Le centre commercial a été planifié par Chapman Taylor. L’architecte responsable du projet était Ruprecht Melder. Léon-Wohlhage-Wernik-Architekten était responsable de la conception de la façade.

 

www.nguyensminiaturen.de
https://www.instagram.com/nguyensminiaturen/

 

 

 

Merci de vous connecter ou de créer un compte pour lire la suite et accéder aux autres photos.

Installer notre WebApp sur iPhone
Installer notre WebApp sur Android