Rechercher un article

Dennis Hopper : In Dreams

Preview

La Fahey / Klein Gallery présente Dennis Hopper: In Dreams, une exposition d’œuvres qui relient le rôle de Hopper en tant qu’acteur, mari, père et photographe. L’exposition, conjointement avec le livre du même nom récemment publié (par Damiani), affirme l’énergie agitée et la curiosité de Hopper, ainsi que sa place unique dans la culture de l’Amérique des années 1960.

Une Référence à la chanson de Roy Orbison du même nom, célèbre dans le film de David Lynch, Blue Velvet, In Dreams comprend des apparitions de visages célèbres tels que Andy Warhol, Peter Fonda et Wallace Berman, qui sont intimement liés à la vie mouvementée de Hopper et à son utilisation quotidienne de la caméra. Alors que Hopper était vraiment un initié – à l’aise avec les célébrités et les artistes de son époque – ce nouvel engagement avec ses archives révèle que, comme de nombreux photographes, Hopper était aussi d’une certaine manière un étranger, un observateur.

Célèbre lui-même, mais aussi observateur: c’est cette dualité unique qui a permis à Hopper de voir le monde à sa manière.

Le cinéaste, acteur et artiste Dennis Hopper (1936–2010) est apparu à la télévision en 1954 et a passé les cinq décennies suivantes devant et derrière la caméra. En 1969, Hopper a co-écrit, réalisé et joué dans le film Easy Rider, changeant à jamais le visage du cinéma américain. Pendant les années qui ont précédé la création de «Easy Rider», Dennis photographiait à un rythme fanatique.

Hopper a consacré avec ardeur plus de cinq décennies de sa vie à l’expression artistique – explorant les médiums de la photographie, de la peinture, de la sculpture, du film et de l’installation. Sa première exposition de photographies, qui constitue aujourd’hui l ‘«album perdu», a eu lieu au Ft. Worth Museum au début des années 1970 – et est devenu une exposition légendaire.

Dans le rôle d’artiste et de collectionneur, Hopper a travaillé et socialisé avec l’avant-garde artistique, échangeant constamment des idées et s’influençant mutuellement. En tant que photographe, sa production était particulièrement concentrée dans les années 1960; l’appareil photo Nikon que sa femme Brooke Hayward lui a offert était si bien en vue autour de son cou que ses amis l’appelaient en plaisantant “le touriste”. Vers la fin de sa vie  il disait ” le souvenir que les gens auront de moi est comme acteur et pour Easy Rider- mais je veux que le souvenir que l’on garde de moi soit comme photographe, pas seulement comme un acteur qui a pris des photos “.

Depuis le décès de Hopper en mai 2010, son œuvre continue d’être en demande dans les domaines de l’art contemporain privé et public. Hopper n’est pas seulement un élément du paysage hollywoodien que sa photographie a capturé, mais aussi l’essence du paysage urbain unique de Los Angeles, bon et mauvais, brut et glamour.

Le nouveau livre, Dennis Hopper: In Dreams: Scenes from the Archive (Damiani, 132 pages; 49,95 $) est disponible à la vente dans la galerie jusqu’à épuisement des stocks.

 

Dennis Hopper : In Dreams

23 janvier 2020 au 21 mars 2020

Galerie Fahey Klein

148, avenue North La Brea

Los Angeles, CA 90036

www.faheykleingallery.com

Merci de vous connecter ou de créer un compte pour lire la suite et accéder aux autres photos.

Installer notre WebApp sur iPhone
Installer notre WebApp sur Android