Rechercher un article

Chantal Stoman : Ōmecitta

Preview

Chantal Stoman est une photographe française basée à Paris. Son approche photographique est centrée sur la connexion humaine à l’environnement urbain.

L’intérêt de Stoman pour le Japon commence par les projets photographiques fondateurs: A Women’s Obsession, c’est l’observation de la relation entre les femmes japonaises et le monde des marques de luxe européennes. Et The Lost Highway, qui comprend Tokyo et se compose de grandes métropoles autour des visions du monde de la ville. Ce travail raconte l’histoire partagée par les grandes villes. Le point commun où il n’y a pas de frontières, une intimité de ces lieux la nuit et de leurs connexions.

Cet intérêt et cette exploration du Japon l’ont amenée dans la petite ville tranquille de Ōme, «la prune bleue», à la périphérie de Tokyo, au bord de la rivière Tama. Une ville amoureuse du cinéma. Après la Seconde Guerre mondiale, cette ville comptait trois salles de cinéma, spécialisées dans la présentation de films d’art et d’essai nationaux et internationaux. Pour faire la publicité de ces films, un seul artiste local, «Bankan» Noburo Kubo, né en 1941, a créé des centaines d’affiches de films. L’un des derniers peintres restants derrière les panneaux d’affichage de films à l’ancienne, à dix-neuf ans, il était responsable de la fourniture des panneaux d’affichage des trois théâtres d’Ōme. Son travail présentait des images vibrantes de héros de l’écran passés.

En 1970, avec l’avènement de la télévision, ces cinémas ont perdu leur public et fermé.

L’héritage d’Ōme en tant que centre de cinéma disparaissait. Il ne restait plus que ce trésor de l’affiche de film.

 

Q: Comment en êtes-vous venu à visiter Ōme et à découvrir l’art des affiches de films?

 Stoman: Je voyage au Japon depuis près de 15 ans. Je suis fasciné par le pays et j’ai de la chance d’avoir eu l’occasion de rencontrer des gens formidables qui sont devenus mes amis. Elina, l’une d’entre elles, savait que je cherchais un ancien cinéma à Tokyo, m’a vérifié sur Internet et m’a dit qu’il y avait une ville nommée Ōme, qui s’appelait «La ville du cinéma» de la période SHOWA. Elle m’a également dit qu’il n’y avait pas de photos disponibles et que je pourrais y aller seule et vérifier. Puis j’y suis allé pour la première fois en mars 2017. Ce fut pour moi une découverte incroyable!

 

Q: Comment avez-vous trouvé Noburo Kubo, l’artiste? Parlez-moi de cette réunion?

Stoman: Quand j’ai visité Ōme pour la première fois, seulement pendant 2 jours car j’ai dû prendre l’avion pour rentrer en France, j’ai posé des questions aux gens là-bas, puis ils m’ont dit que le peintre «Bankan» Noburo Kubo était toujours vivant . Je ne l’ai rencontré que lors de ma deuxième visite à Ōme. Puis j’ai amené avec moi le journal LE MONDE où j’avais un portfolio de 10 pages présentant le projet ŌMECITTA. Quand il m’a rencontré et l’a vu, il m’a dit: “Je t’attendais depuis 30 ans.”

 

Q: Veuillez me dire le titre Ōmecitta et ce que cela signifie?

 Stoman: Je considère que showsme montre l’histoire complète du cinéma. Pas seulement japonais, mais surtout américain et européen. J’ai senti que c’était vraiment la «Cité du Cinéma = Cinecitta» puis j’ai décidé d’appeler mon projet ŌmeCitta.

 

Q: Quand la ville a-t-elle présenté à nouveau ces panneaux d’affichage, à quelle période de temps avez-vous pu réaliser le projet?

 Stoman: Les trois salles de cinéma ont fermé à la fin des années 70. Le peintre avait conservé dans son atelier tous les panneaux d’affichage qu’il avait peints pendant des décennies. Au début des années 90, il propose à la municipalité de réaliser une exposition permanente sur la route principale de cette petite ville. C’est vraiment une petite ville. Quand je suis arrivé à Ōme, j’ai su immédiatement que ce serait un projet important pour moi. J’ai été vraiment surpris que personne ne communique sur cet endroit incroyable. Je ne pouvais pas croire que cette fabuleuse ville, à moins de 2 heures de Tokyo, était ignorée par presque tout le monde.

Puis, quand j’ai vu les réactions lorsque je montrais mes photos de mon premier voyage, j’ai décidé de rentrer immédiatement. Pendant deux ans, je me suis rendu chez moi environ six fois. J’ai eu la chance d’avoir une bourse du ministère français de la Culture CNAP.

 

Q: Que s’est-il passé depuis que vous avez photographié les panneaux d’affichage in situ (en place) dans la ville?

Stoman: Malheureusement, «Bankan», le peintre est décédé. Ses héritiers ont décidé de retirer certains des panneaux d’affichage pour les garder en lieu sûr. Ensuite, un fort typhon les a tous détruits. Ils étaient fragiles car il s’agissait de peintures originales sur panneaux de bois. Maintenant, il n’y a plus de panneaux d’affichage de cinéma à Ōme. Le seul souvenir et enregistrement du passé sont mes photos.

 

ŌMECITTA, de Chantal Stoman, la première publication sera disponible en France et au Japon à partir de mars 2020.

L’éditeur est le français, Les Éditions de l’Oeil.

 

 

Merci de vous connecter ou de créer un compte pour lire la suite et accéder aux autres photos.

Installer notre WebApp sur iPhone
Installer notre WebApp sur Android