Rechercher un article

1925-1935, une décennie bouleversante

Preview

“En attendant, nous pouvons nous dire : tout ce qui travaille au développement de la culture travaille aussi contre la guerre.” – Sigmund Freud, 1932

Illustrer les bouleversements esthétiques en France entre 1925 et 1935 est une gageure tant les références sont nombreuses et variées. La photographie est pour encore très peu de temps en noir et blanc mais l’instantané y installe le goût du mouvement, et ce qu’elle saisit explose en réalité de couleurs. 1925-1935 est une décennie où l’ivresse de la fête se mêle à l’angoisse de l’avenir : dix années suspendues, magiques, bouleversantes dans leur fragilité et dans leur inventivité.

Après la Première Guerre mondiale et avant la Seconde, la montée vers l’élection du Front populaire est marquée par l’euphorie d’un conflit laissé derrière soi et une démocratisation de la société où chacun espère bénéficier des mutations en cours. Les révolutions stylistiques d’un temps où les arts travaillent ensemble matérialisent la transition : que ce soient la presse, la littérature, la mode, la musique, le théâtre, la danse, toutes les manières de dire et de faire changent et l’époque fait une place immense à la photographie comme témoin de ses bouleversements.
Un nouveau monde de papier se déploie : les éditeurs de presse se font éditeurs d’art, les industries publient de somptueux magazines. Les imprimeurs valorisent à l’envi leurs machines modernes et les nouvelles techniques d’impression en montrant des travaux d’artistes, d’illustrateurs et de photographes. Après la horde dispersée des publications du XIXe siècle, la presse se réinvente avec des figures comme Lucien Vogel, Alexey Brodovitch, Florent Fels, Michel de Brunhoff, Jean Prouvost,

Gaston Gallimard, Roger Tolmer… jusqu’à Diana Vreeland qui rencontre pour la première fois Chanel à Paris en 1926.

Les écrivains sont mis à contribution, usant et abusant de pseudonymes pour publier des reportages sérieux sur le monde tel qu’il va, aussi bien que des romances, voire commenter des faits divers.
La composition des pages est calibrée pour attraper le lecteur. Les photographies sont recadrées, retouchées la plupart du temps mais signées le plus souvent, valorisant une réelle politique d’auteurs photographes.

Entre l’Exposition internationale des Arts décoratifs et industriels modernes en 1925 et l’arrivée au pouvoir du Front populaire, printemps 1936, la France a changé de visage. Le fameux « style français » cher à Jean Cocteau est bouleversé du point de vue esthétique et intellectuel. L’Exposition universelle de 1937 conclut cette parenthèse dite dorée. Elle s’accompagne, hélas, de la montée des nationalismes, sonnant la fin d’une décennie, qui s’est voulue oublieuse et gracieuse, moderne et chic et dont le style élégant et sobre perdure jusqu’aux années 1950.

L’exposition a été conçue à partir des fonds conservés au sein des Collections Roger-Viollet [Albert Harlingue, Boris Lipnitzki, Maurice-Louis Branger, Laure Albin Guillot…] et du musée Nicéphore Niépce [Jean Moral, Marcel Arthaud, magazines VU, Voilà, Marie-Claire, Art et Médecine, Match L’intran, Comoedia Illustré, L’Art Vivant…].

 

1925-1935, une décennie bouleversante
Jusqu’au 19 janvier
Musée Nicéphore Niépce
28 quai des messageries
71100 Chalon-sur-Saône

www.museeniepce.com

Merci de vous connecter ou de créer un compte pour lire la suite et accéder aux autres photos.

Installer notre WebApp sur iPhone
Installer notre WebApp sur Android