Rechercher un article

Pieter Hugo : La Cucaracha

Preview

La galerie Yossi Milo présente une exposition de nouvelles photographies prises au Mexique par l’artiste sud-africain Pieter Hugo.

Connu pour avoir photographié des communautés en marge de la société en Afrique, Hugo s’est  immergé de la même façon à Mexico et dans des régions du Mexique, notamment Hermosillo, Oaxaca de Juárez et Juchitán, lors de plusieurs voyages de quelques mois en 2018-2019. Invité à travailler au Mexique pour une exposition sur le thème du sexe et de la mort, les photographies résultantes incarnent les attitudes mexicaines sur les sujets à la fois dans des vignettes délibérément mises en scène et dans des images brutes et colorées de personnes, de paysages et d’objets de tous les jours. Alors que l’artiste décrit son obsession pour le pays, «l’énergie anarchique et viscérale du Mexique a pénétré ma peau et m’a aspirée».

Portraits intimes et puissants de divers sujets, y compris une jeune mariée posant avec un iguane, un couple de nains déguisés en révolutionnaires Emiliano Zapata et Adelita, un policier déguisé en travailleur du sexe, une troupe de théâtre amateur locale et une ancienne génération de Muxes (Le «troisième sexe» de la culture zapotèque, qui sont des hommes à la naissance mais qui s’habillent et remplissent des rôles plus associés aux femmes) sont représentés de la manière franche et directe dans le style de Hugo. S’inspirant souvent de l’histoire mexicaine, d’icônes culturelles, de références historiques et littéraires sur l’art, comme la peinture murale De la dictature de Porfirio Diaz à la révolution (1957-1966) de l’artiste communiste David Alfaro Siqueiros, la figure littéraire Don Quichotte et des histoires de la Bible , l’artiste et ses sujets collaborent pour enquêter sur la réconciliation complexe de la culture de la célébration de la vie avec les réalités de la violence et de la mort. Hugo a observé le peuple mexicain, “… l’humour, le rituel, un fort sens de la communauté et une étreinte de l’inévitable permettent de vivre avec des situations tragiques et souvent inacceptables”.

En tant que métaphore de l’éthos dans lequel les extrêmes de la vie et de la mort résident confortablement, Hugo a choisi de nommer sa série d’après la chanson folklorique espagnole, La Cucaracha, à propos d’un cafard luttant pour marcher avec ses deux pattes arrière manquantes. Bien que l’origine de la chanson optimiste soit inconnue, elle a été, au fil du temps, cooptée et embellie depuis les années 1800 par des groupes aussi divers que les rebelles et les dictateurs, les utilisateurs de marijuana et les dessins animés de Looney Tunes. La créature héroïque symbolise idéalement la persévérance malgré les difficultés et, avec les nombreux portraits nus de la nouvelle série de Hugo, reflète l’intérêt de longue date de l’artiste pour la façon dont l’histoire, l’environnement et le passage du temps s’inscrivent dans une culture et dans un corps physique par des lignes de bronzage, des cicatrices, des tatouages ​​et des rides.

Un livre de La Cucaracha, avec des essais d’Ashraf Jamal et de Mario Bellatin, sera publié par Editorial RM (Mexique et Espagne) en mars 2020.

 

Pieter Hugo : La Cucaracha

10 janvier – 29 février 2020

Réception de l’artiste et signature du livre

10 janvier 2020, de 18 h 00 à 20 h 00

Yossi Milo Gallery

245 10th Ave

New York, NY 10001

https://www.yossimilo.com/

 

Merci de vous connecter ou de créer un compte pour lire la suite et accéder aux autres photos.

Installer notre WebApp sur iPhone
Installer notre WebApp sur Android