Rechercher un article

Ogulcan Arslan : All The Rivers Flow In The Nuthouse

Preview

Enfants de l’État

Le schizophrène qui aimait porter du rouge a dit: «Toutes les rivières coulent dans la maison des fous». Je peux toujours voir les endroits où j’ai été, regarder je vois, je vois, je peux voir quand je plisse un peu les yeux et que je les fixe avec mes doigts. ”

Oui, il pouvait, et j’aurais aimé pouvoir les voir aussi. Ce à quoi je pensais, c’était si, une fois que j’aurais effectué les ajustements essentiels avec mes yeux et mes doigts, si mes souvenirs pouvaient se transformer en signaux électriques et s’animer devant mes yeux comme un écran de télévision. Peut-être que mon ami qui aime porter du rouge pourrait le faire, mais avant longtemps, j’ai remarqué que cela ne pouvait pas aller plus loin qu’une idée pour moi.

Au fur et à mesure que les jours passent et que mes visites sont devenues plus fréquentes, j’ai commencé à m’habituer à cet endroit. Je ne me sentais plus comme un étranger. La personne avec laquelle je m’entends le plus était mon ami, qui adore porter du rouge, jusqu’à ce que ses médicaments soient augmentés et qu’il soit transformé en jouet télécommandé.

Quelque temps après le changement de ses médicaments, mon ami qui aimait le rouge n’était plus mon ami car il avait perdu ses lingettes humides et ne pouvait plus se souvenir de moi. Plus il ne se souvenait plus, plus il s’éloignait de moi, et pendant qu’il était comme ça, je le regardais juste devenir distant et je ne pouvais rien y faire. Il n’était plus celui qui avait de l’imagination et des pensées dans un système avec sa propre télécommande, mais juste une marionnette du système. Je me souviens de lui avant les jours où la dose de médicaments était plus élevée: il regardait dehors derrière les fils, et quand je lui ai demandé s’il regardait dehors, il a répondu: «Je pense où est à l’intérieur et où est à l’extérieur, ici ou Là.” J’y ai réfléchi jusqu’à ma prochaine visite et comment il va me répondre, mais dès que je suis arrivé, j’ai réalisé qu’il était trop tard car mon ami qui aimait porter du rouge a perdu mes lingettes humides et a donné sa télécommande. Mes visites ont continué pendant un certain temps mais n’ont pas duré longtemps à cause de la situation étouffante. Je savais que le système s’effondrerait et qu’une rébellion commencerait une fois qu’un homme libre entrerait dans cet esclavage. Je serais celui à blâmer, comme une persona non grata.

Alors le système m’a craché, mes visites ont finalement été refusées et mon amitié est restée indésirable. Alors qu’un sourire sur les enfants de l’État valait mille histoires, leur maison est devenue une prison tandis que leurs familles sont devenues le système lui-même. Le moment venu, les enfants que l’État a pris comme prisonniers ont été libérés avec l’autorisation de leur famille et ont pris le nom de «Enfants de l’État». Les enfants de l’État sont élevés par le système et continuent leur vie dans un petit environnement enclavé.

Et bien que mes visites soient terminées, il semble que cela puisse continuer à l’avenir.

Parce que j’ai raté mon ami qui aimait déjà porter du rouge.

Ogulcan Arslan

 

Origini edizioni présente le quatrième des cinq livres photo d’artistes nés de la collaboration avec Leporello-Rome, à partir de projets sélectionnés par un appel sur le thème «Terra» (au sens de terre, de terre, de matière)…

Après:

“Blanco” by Elton Gllava – 1/5 earth of crack “Finisterrae” by Michele Palazzi – 2/5 border land “Vialattea” by Ilias Georgiadis – 3/5 eclipse land

 

OGULCAN ARSLAN: ALL THE RIVERS FLOW IN THE NUTHOUSE

4/5 autres terres

Ce livre est un voyage à travers l’esprit et la vie quotidienne du “pays des autres”: le pays des adolescents atteints de maladies mentales qui vivent dans des cliniques publiques en Turquie, les soi-disant “enfants de l’État”.

Ogulcan Arslan raconte à travers des mots sans frontières de son ami schizophrène “qui aime porter du rouge”, la couleur et les monstres intérieurs de ce monde, grâce à un fantasme téméraire et parfois dérangeant.

Photos et texte par Ogulcan Arslan Design par Origini edizioni & Leporello Réalisation artisanale par Origini edizioni

Printrun en 200 exemplaires numérotés et signés Livre fermé dimensions 22x32cm env. 120 pages, 60 photos 4 couleurs et n / b Langue: anglais

Prix: 50 euros

www.originiedizioni.com

 

Disponible à:

 

 

Merci de vous connecter ou de créer un compte pour lire la suite et accéder aux autres photos.

Installer notre WebApp sur iPhone
Installer notre WebApp sur Android