Rechercher un article

Musée de la Photographie Charleroi : Debi Cornwall : Welcome to Camp America

Preview

Ceci est l’histoire de la lutte d’une femme pour la liberté, la démocratie et la justice ; ceci est l’histoire de l’engagement de Debi Cornwall.

Cornwall est une avocate et photographe américaine. Elle a obtenu un diplôme en Culture Moderne et Médias de l’Université Brown en 1995, tout en poursuivant une formation en photographie à la Rhode Island School of Design (RISD). Elle a fait des stages chez Sylvia Plachy et Mary Ellen Mark, deux photographes engagées dans la tradition humaniste. Elle a également obtenu un diplôme en droit de Harvard en 2000 et a ensuite travaillé pendant une décennie en tant qu’avocate spécialisée dans le Droits civil. Elle décrit son travail d’avocat comme suit:

«Représenter les personnes condamnées à tort dans des poursuites civiles cherchant à effectuer un changement systémique dans les pratiques d’application de la loi»

En pratique, cela signifie qu’elle prend la défense des personnes incarcérées ou condamnées à tort et tente de les disculper (par exemple sur la base de l’ADN). C’est une bataille épuisante: après 12 ans de pratique juridique, elle revient en 2014 à son premier amour de la photographie documentaire, en se concentrant sur ce qu’elle décrit comme des «réalités créées par l’État». Après une enquête approfondie, elle décide de se concentrer sur Guantanamo.

Guantanamo … les personnes plus âgées peuvent peut-être entendre une mélodie perce-oreille (Guantanamera ou la fille de Guantanamo) ou se souvenir du lieu comme décor d’un film hollywoodien. Mais la réalité d’aujourd’hui est très différente, le nom Guantanamo (ou Gitmo en jargon militaire) a une connotation amère. L’endroit est situé sur le territoire de Cuba, et a été une base de l’US Navy & Marines depuis 1898. Avec une superficie de 117 km2, il est plus grand que par exemple les 20 arrondissements de Paris. Les États-Unis paient le pour cela un loyer annuel de… 4 000 dollars, qui n’est jamais perçu par Cuba car ils considèrent la base comme une occupation illégale de leur territoire. Au lendemain du 11 septembre et de la guerre en Afghanistan, il est décidé d’y détenir des prisonniers. Le choix est très conscient: compte tenu de sa localisation, on fait valoir que les règles juridiques américaines ne s’y appliquent pas. Les prisonniers soupçonnés d’être impliqués dans des organisations terroristes sont détenus et interrogés sans mise en accusation ni condamnation.

Bien sûr, cela semble acceptable d’une certaine manière, mais est-ce vraiment le cas? Lorsque la torture s’est répandue à Abu Ghraib et que le monde a protesté avec horreur, le rapport officiel du gouvernement déclare:

« Les techniques d’interrogatoire destinées uniquement à Guantánamo ont été utilisées en Afghanistan et en Irak. »

En d’autres termes, l’horreur d’Abou Ghraib est tolérée et réservée à Guantanamo …

Cornwall demande la permission de photographier Guantanamo et, à sa grande surprise, elle obtient la permission assez rapidement. Au cours de mars 2014 à janvier 2015, elle se rendra trois fois au camp. Elle reçoit une note de 12 pages avec des instructions très claires auxquelles elle doit se conformer: une interdiction de photographier les visages des soldats, de prendre la moindre photo des systèmes de surveillance, une obligation d’être escortée à tout moment et de faire valider tous les jours les images sur les cartes SD. Le gouvernement militaire change les règles quand elle apprend que la photographe veut faire des images analogiques: son escorte l’accompagne jusqu’à son hôtel et reste avec elle pendant qu’elle développe ses images dans la salle de bain.

L’exposition Cornwall Camp America présente une vue d’ensemble de Guantanamo, divisée en trois séries.

«Gitmo chez soi, Gitmo en jeu » traite la condition de vie des prisonniers – une cellule nue, un paquet de vêtements réduit à l’essentiel, un tapis de prière en caoutchouc. Une salle de télévision pour les prisonniers «méritant» (avec des chaînes pour fixer les jambes) ou un fauteuil roulant pour nourrir les grévistes de la faim «réticents». Et puis Cornwall contraste avec l’infrastructure de loisirs du personnel militaire et civil et de leurs familles sur la base. Ils ressemblent à des photos arrachées à une brochure publicitaire d’un parc de vacances exclusif, avec une piscine bleu ciel, des chaises longues sur la plage, une publicité d’une chaîne de hamburgers bien connue et d’une pataugeoire pour les tout-petits. Il n’y a presque personne dans les images, et les quelques individus qui y figurent ne sont pas des prisonniers mais des soldats vus de dos.

«Gitmo en vente» Comme tout bon touriste, Cornwall sort par la boutique de cadeaux de la base navale. Elle photographie un méli-mélo coloré d’objets comme une figurine branlante de Fidel Castro, des tasses représentant Camp X-Ray, des animaux moelleux pour les bambins comme un vautour, un rat ou un iguane rasta. Là encore on est confronté au contraste entre la réalité brute du camp et l’illusion joyeuse qui se crée sur les étagères de la boutique de cadeaux.

Dans la dernière série «Après Gitmo», Cornwall part à la recherche de la vie après Gitmo, car il y en aussi un: depuis le 11 janvier 2002, au total 780 personnes ont été détenues à Cuba, et le 15 12 2020 il y a encore 40 gens détenues à Guantanamo. 26 d’entre eux sont des ‘prisonniers perpétuels’ qui sont détenus sans inculpation ni jugement, 2 ont été effectivement condamnés et 7 n’ont pas encore comparu devant le tribunal. Cornwall est allé à la recherche de 10 affranchis, des terroristes présumés libérés faute de preuves. Elle les photographie conformément aux directives qui lui sont imposées par le gouvernement militaire dans leur environnement de vie actuel. Beaucoup d’entre eux ne peuvent pas retourner dans leur pays d’origine et ainsi ils sont dans un état de misère et de bouleversement permanents. Leur traumatisme des années d’emprisonnement et de torture se perpétue.

La liberté d’agir de Cornwall était très limitée dans le camp – mais malgré les contrôles stricts, elle montre une image stupéfiante de « Gitmo » dans des photos apparemment neutres et objectifs. Elle n’a enfreint aucune règle en adaptant son style – un style qu’elle décrit comme mariant l’humour noir avec la critique structurelle – et nous ne pouvons donc que conclure que les autorités militaires et ses escortes n’avaient aucun sens de l’humour.

Si vous n’avez pas la possibilité de visionner la série à Charleroi, la publication Welcome to Camp America: Inside Guantánamo Bay (Radius, 2017) est fortement recommandée – mais sachez seule la version signée est encore disponible auprès de l’éditeur.

Dans son dernier projet Necessary Fictions (Radius Books) sur les jeux de guerre (wargames) immersifs et réalistes, a été nominé pour le Deutsche Börse Photography Foundation Prize et sélectionné pour les Rencontres de la Photographie d’Arles – Prix du livre photo. Elle a également été nominée pour le W Eugene Smith Fund for Humanitarian Photography.

Une exposition qui vous fait réfléchir sur le champ d’application du droit, sur la liberté, sur le rôle du gouvernement. Une exposition sur les droits de l’homme restreints au nom de la force majeure. Cornwall donne un coup de pied à notre conscience avec Guantanamo comme exemple exemplaire, ou comme elle le dit cyniquement: « Un endroit qui ne devrait pas exister, mais qui est autorisé à le faire, annonce un avenir merveilleux pour toute l’humanité, si nous, en tant que citoyens, ne défendons pas la primauté du droit. »

John Devos

Plus d’infos sur   https://www.debicornwall.com/

johndevos.photo [@] gmail.com

 

Informations pratiques

Les exhibitions sont ouverts jusqu’au 16 mai

Musée de la Photographie

Centre d’art contemporain de la Fédération Wallonie-Bruxelles

11, av. Paul Pastur (GPS : Place des Essarts)

B-6032 Charleroi (Mont-sur-Marchienne)

T +32 (0)71 43.58.10

F +32 (0)71 36.46.45

mpc.info@museephoto.be

Le musée est ouvert du mardi au dimanche, de 10h à 18h.

L’accès au Musée est conditionné à une réservation via le site www. museephoto.be

 

Merci de vous connecter ou de créer un compte pour lire la suite et accéder aux autres photos.

Installer notre WebApp sur iPhone
Installer notre WebApp sur Android