Rechercher un article

Romain Peli, Ouroboros

  • © Romain Peli, Ouroboros

  • © Romain Peli, Ouroboros

    © Romain Peli, Ouroboros

  • © Romain Peli, Ouroboros

    © Romain Peli, Ouroboros

  • © Romain Peli, Ouroboros

    © Romain Peli, Ouroboros

  • © Romain Peli, Ouroboros

    © Romain Peli, Ouroboros

  • © Romain Peli, Ouroboros

    © Romain Peli, Ouroboros

  • © Romain Peli, Ouroboros

    © Romain Peli, Ouroboros

  • © Romain Peli, Ouroboros

    © Romain Peli, Ouroboros

  • © Romain Peli, Ouroboros

    © Romain Peli, Ouroboros

  • © Romain Peli, Ouroboros

    © Romain Peli, Ouroboros

  • © Romain Peli, Ouroboros

    © Romain Peli, Ouroboros

  • © Romain Peli, Ouroboros

    © Romain Peli, Ouroboros

Si l’ouroboros a pour figure le serpent qui se mord la queue, il est aussi le symbole de l’éternel retour sur soi, (attesté en Mésopotamie, en Egypte, en Europe, en extrême Orient, NDLR)

Cette définition, j’ai voulu l’appliquer à notre quête consumériste de l’objet aujourd’hui. Dans notre société, il n’est plus acquis en fonction d’un usage ou d’une finalité, mais enfermé dans un retour sur lui-même. Il ne renvoie qu’à sa possession.