Rechercher un article

Portrait de Jill Freedman

Preview

Elle s’appelait Jill Freedman. C’était une formidable photographe et un personnage difficile. Ce qui explique que sa notoriété est loin d’être à la hauteur de ce qu’elle mérite. Jonas Cuenin avait fait, il y a 4 ans, ce très beau portrait d’elle. Et parcourez ses archives, elle fut l’une des photographes les plus douées de sa génération.   Qu’il est difficile d’échapper aux charmes de Jill Freedman, soixante-quinze ans, éternelle amoureuse des discussions infinies et des anecdotes romanesques. Elle conte, envoûte et fait rire aux éclats. Non par besoin ou autolâtrie, mais par cette même générosité qui habite son œuvre photographique – témoin d’une époque où l’on appréciait les images à l’aune de la compassion qu’y manifestait leur auteur. Dans son appartement de Harlem, à deux pas de Central Park, elle sert le café avec ce même regard tendre et chaleureux qu’elle pose sur les êtres. L’endroit, où les visites sont rares, ressemble à un sanctuaire. Elle, à la gardienne d’un héritage. Sans ordre apparent, les tirages se mêlent aux livres et aux carnets intimes, et forment une archive qui...

This content is for Abonnement annuel et Abonnement mensuel members only.
Log In Register

Merci de vous connecter ou de créer un compte pour lire la suite et accéder aux autres photos.

Installer notre WebApp sur iPhone
Installer notre WebApp sur Android